Taubira : les pieds dans le plat

Taubira mardi à l’Assemblée
(Photo AFP)

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a diffusé une circulaire qui permet d’accorder la nationalité française aux enfants nés par GPA (grossesse pour autrui), dont les parents sont français. Sa décision, annoncée au deuxième jour du débat de l’Assemblée nationale sur le « mariage pour tous », ne pouvait qu’enflammer l’opposition et renforcer son argumentation hostile au mariage entre homosexuels.

LA GARDE DES SCEAUX disposait d’un argument recevable, à savoir que les enfants nés dans les conditions ci-dessus indiquées n’ont pas d’existence légale en France et sont même appelés « les fantômes de la République ». Chacun comprendra que le sort de ces enfants mérite une décision compassionnelle. Mais Mme Taubira a pris un raccourci qui jette le pays tout entier dans une contradiction énorme : la France, en effet, est résolument hostile à la GPA et, à plusieurs reprises, la majorité et le gouvernement ont répété qu’elle ne serait jamais légalisée. Comment ne pas admettre que, si on accorde des droits aux enfants nés d’une GPA sans en discuter au préalable, on contribue à la rendre acceptable ?

Quelques petits mystères.

Il est étrange que la ministre ait cru qu’une disposition d’une telle importance pût relever de sa seule volonté, comme s’il y avait un programme Taubira qui s’affranchit de toutes les règles démocratiques et parlementaires. Son choix du timing est encore plus étrange et il ne faut pas être un obsédé du complot pour commencer à se demander si elle ne l’a pas fait exprès, si elle n’a pas l’intention d’enfoncer dans la gorge de l’opposition (et même de la majorité à laquelle elle appartient) une série de dispositions relevant de son ministère qui feraient d’elle une sorte de gourou indiscutable de la pensée sociale. Il est étrange, enfin, que le Premier ministre ne lui ait pas demandé des comptes sur sa façon d’exercer le pouvoir exécutif et l’a laissé faire hier une mise au point qui n’abolit pas sa circulaire sur le champ.

On cherchera en vain sa motivation, qui peut soit relever d’une arrogance bien connue dans l’affirmation de ses convictions (changeons le pays tant que nous sommes au pouvoir et de telle façon qu’il ne puisse plus revenir en arrière), soit d’une provocation, soit d’une précipitation fort peu professionnelle (et fort peu loyale) qu’un chef de gouvernement jaloux de ses prérogatives eût tôt fait de dénoncer. En tout cas, la ministre, ses décisions et ses déclarations sont pain bénit pour l’opposition qui se bat contre le mariage homosexuel. Elle ne cessait de dire que ce mariage ouvrirait la porte à la procréation médicalement assistée et à la GPA pour les couples homosexuels, voilà que Mme Taubira, en dépit des dénégations de la majorité et du gouvernement, lui en donne la preuve éclatante.

Débat faussé. 

En réalité, elle fausse le débat en tentant d’en accélérer l’issue. Au pire, elle empêchera la nouvelle loi d’être adoptée (hypothèse improbable) ; au mieux, elle sera adoptée seulement parce que le pouvoir dispose de la majorité absolue à l’Assemblée, alors qu’il y a des pour et des contre dans les deux camps et qu’il n’était pas impossible de les réconcilier au terme d’un bon débat au cours duquel tous les arguments auraient été exposés. En dépit de toutes les tentatives de Jean-Marc Ayrault pour renforcer la cohésion d’un gouvernement qui tire à hue et à dia, les Montebourg, Taubira, Valls (avec succès) et quelques autres appliquent davantage leurs idées personnelles qu’un plan collectif.

Sauf, bien sûr, si M. Ayrault a approuvé la circulaire avant qu’elle ne fût rendue publique. Il n’empêche que la mise en oeuvre de programmes divers plus liés à des convictions individuelles qu’à un plan d’ensemble se ressent dans le résultat : d’abord le gouvernement a augmenté lourdement les impôts, puis il a créé le crédit d’impôt aux entreprises ; d’abord François Hollande a rapatrié les troupes françaises d’Afghanistan, ensuite il est intervenu militairement au Mali ; d’abord il est revenu à la retraite à 60 ans, ensuite il a taxé le montant des pensions et se demande maintenant comment le déficit du régime va être résorbé ; d’abord Jean-Marc Ayrault a laissé M. Montebourg dire qu’il fallait nationaliser Florange, ensuite il a déclaré que la nationalisation n’était pas une option viable. Et ainsi de suite.

RICHARD LISCIA

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Taubira : les pieds dans le plat

  1. Ronald dit :

    Comme dit RL, « on tire à hue et à dia » dans ce gouvernement.
    Il me semble que l’opposition parlementaire n’est opposée au « mariage pour tous » que parce qu’il y a derrière une évolution prévisible vers l’adoption, la PMA et la GPA.

    Un terme qui est un lapsus : « mariage des couples homosexuels » . Brièvement :
    – mariage est l’union d’un homme et d’une femme en vue de la procréation. (Code Civil)
    – idem dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (art. 16).
    – 2 homosexuels ne forment pas un « couple » au sens littéral mais une « paire » ou un « duo »
    – l’homosexualité est une réalité de toutes les époques.
    – l’homosexualité est une impasse sociologique.

  2. Schmitt Alain dit :

    Je suis totalement opposé à la GPA et totalement pour le droit à la nationalité des enfants concernés. Personne ne s’élève contre d’ailleurs. On reproche à Meme Taubira la manière et on s’en sert pour illustrer et accréditer la maladresse gouvernementale. Mais là, c’est trop! Pourtant, l’occasion était belle de s’appuyer sur cette circulaire bien fondée pour montrer qu’un consensus est possible au delà des clivages politiques. Je regrette le « classicisme » de Richard Liscia.

  3. francois dit :

    Excellente analyse qui, à partir d’un exemple récent, démontre clairement la malhonnèteté (et – ou l’amateurisme ) de ces gens-là.
    Je ne soutenais pas particulièrment Sarkozy, mais dire qu’on lui a reproché maintes fois (et de façon excessivement violente) de diviser le pays, à un moment où notre avenir collectif implique uen cohésion nationale …
    Ce serait risible si ce n’était pas pathétique.

  4. Eric Waldo dit :

    Cet article est lamentable. La circulaire Taubira a été présentée le 16 janvier à la commission des lois de l’Assemblée Nationale en réponse à un amendement de EELV qui ordonnait la transcription des états civils des enfants nés par GPA.
    Rappelons que cette circulaire n’introduit aucun nouveau droit. Elle ne fait que reprendre une décision du Conseil d’Etat d’avril 2011 qui rappelait la loi française (articles 18 et 47 du code civil), la convention internationale de La Haye sur l’apostille et la convention internationale de New York sur les droits de l’enfant.

    Notons que la plupart des pays qui interdisent la GPA en Europe ont pris des dispositions pour reconnaître l’état civil des enfants nés par GPA à l’étranger. Et pour rappel, l’état civil en France est régie par des circulaires, pas par des lois. Quant à la dernière réforme fondamentale de la filiation, elle avait faite par ordonnance et non par voie parlementaire. Madame Taubira a donc parfaitement raison d’agir ainsi, et la droite qui prétend refuser le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe au nom de l’intérêt de l’enfant vient de nous montrer que ce n’est qu’un prétexte. Car si c’était l’intérêt de l’enfant qui était sa préoccupation, elle soutiendrait la circulaire Taubira comme vient de le faire Bayrou par exemple.

  5. admin dit :

    Nous n’avons cessé dans ce blog de défendre le mariage pour tous. Cela ne nous empêche pas de signaler les confusions de la gauche et les manoeuvres de la droite. L’article ci-dessus défend d’emblée les droits des enfants et approuve le contenu de la circulaire. C’est le timing de Mme Taubira qui pose problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *