Chaos dans les têtes et dans la rue



Un monde fou
(Photo AFP)

Pour qui la manifestation d’hier contre le mariage homosexuel est-elle un succès ?  Pas pour Frigide Barjot qui n’y a pas participé, a laissé Ludovine de la Rochère, présidente du mouvement, prendre la tête des manifestants et refuse de poursuivre l’action. Pas pour la droite, qui n’aura jamais été aussi divisée. Pas pour le PS, dont le siège, rue de Solférino, a été investi par Génération identitaire. Pas pour le pouvoir qui perd le contrôle de l’affaire et n’est plus en mesure de faire des concessions dans l’espoir de ramener le calme, puisque la loi est promulguée.

LE GOUVERNEMENT apprend à ses dépens que le thème du mariage gay soulève une hostilité partagée par un plus grand nombre de nos concitoyens qu’il ne le croyait. Autour de cette bataille se rassemblent des forces de droite et d’extrême droite que ne contrôlent ni l’UMP ni même le Front national, dont la ligne officielle est beaucoup plus mesurée que celle de Génération identitaire ou de Civitas. À n’en pas douter, François Hollande ne s’attendait pas à un tel soulèvement de forces certes disparates mais unies dans le même rejet, pour des raisons morales ou sociales qu’il a négligées. Rien ne dit, bien sûr, qu’il ne s’agit pas d’un accès de fièvre qui sera oublié, surtout si « le Printemps français » et Civitas se retrouvent avec de maigres troupes pour continuer à organiser des manifestations, alors que « la Manif’ pour tous » aura cessé le combat. Mais le pouvoir n’avait sûrement pas besoin, en ces temps diffficiles, de donner du grain à moudre à des formes d’opposition encore plus remuantes que l’UMP.

L’UMP a de quoi s’inquiéter.

La droite, au lendemain de la manifestation du 26 mai, ne se retrouve pas en meilleure posture. Jean-François Copé a participé, pas François Fillon. Manuel Valls, sincèrement inquiet des dérapages possibles (ils ont eu lieu), a demandé aux parents de laisser leurs enfants à la maison. Ils n’ont pas obéi et M. Copé a vu dans l’appel de M. Valls un acte d’intimidation destiné à faire échouer le rassemblement. Pour l’UMP, le problème est bien plus vaste qu’une échauffourée verbale avec le ministre de l’Intérieur : elle demande aux manifestants de traduire leur colère par un vote en sa faveur lors des municipales de l’année prochaine, mais elle n’est pas sûre du tout d’être entendue. La droite voit apparaître une forme inattendue de « démocratie directe », celle qui permet aux citoyens d’abandonner les urnes et d’aller crier leur opposition à un gouvernement ; et à le faire sans cesse, jusqu’à ce qu’il abandonne sa propre loi, comme Jacques Chirac l’a fait à propos du CPE, référence obligée de tous ceux qui militent contre le mariage gay dans les médias. Mme Barjot, dont le style décontracté cache des idées plus raisonnables qu’elle ne le dit, en est toute retournée ; et M. Copé se demande pour qui les gens hostiles à la loi vont voter en 2014.

Liberté pour les uns, anathème pour les autres.

M. Hollande n’a pas d’autre choix que de compter sur le temps, qui atténue les passions les plus aiguës. Il peut se dire, avec une satisfaction très relative, que, sur ce point au moins, il a le soutien de toute la gauche. On fait des comparaisons avec le passé, comme les manifestations énormes qui ont empêché le gouvernement de Mitterrand de changer le statut de l’école privée. Mais il se passe quelque chose de plus profond et de plus nouveau, comme l’idée que le peuple n’a plus besoin des partis politiques pour exprimer sa volonté. Il ne croit pas que l’UMP, le PS, les Verts, le FN ou d’autres le représentent bien. Ce refus viscéral du mariage gay ne décrit pas toute la colère populaire. Elle se nourrit du triomphalisme des socialistes quand ils célèbrent « un progrès de la liberté » qui n’est qu’anathème pour au moins la moitié du pays.  C’est aussi la goutte d’eau qui a fait déborder le vase des innombrables désillusions que la gauche et la droite, sonnées par une crise planétaire, ont infligées aux Français.

RICHARD LISCIA

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Chaos dans les têtes et dans la rue

  1. JMB dit :

    Cet « esprit d’intolérance et d’exclusion, qui fait que l’on ne se contente jamais de la liberté pour soi, si l’on n’opprime en même temps celle des autres ». Ernest Renan.
    Les autres: le protestant, le juif en France jusqu’à la Constituante, l’Afro-Américain dans les États du sud des États-Unis, le chrétien dans les pays musulmans, le musulman dans un pays bouddhiste, et l’homosexuel spontanément un peu partout dans le monde.

  2. Letellier dit :

    Je suis médecin et je crois utile de donner mon avis à l’âge de 72 ans.
    Puis-je être homo ? : non. Puis-je être dans la peau d’un homo ? Non. Je suis hétéro et demande à être simplement reconnu. L’homo, lui aussi demande à être reconnu. Pourquoi des discriminations encore et toujours ? Ce ne sont pas des maladies connues. Ce sont des mystères de la nature et, devant l’incapacité à expliquer ces phénomènes humains, il nous faut remarquer que tout cela n’est pas dangereux et doit être respecté, toléré jusqu’à preuve établie du contraire. Une minorité gêne la masse populaire et tous les « intégristes » : réformons notre esprit étriqué. Les divorcés élèvent des enfants : le font-ils mieux que deux hétéros ? Prouvez-le. Si dégâts il doit y avoir, la société peut toujours faire marche arrière. Si les homos font des dégâts éducatifs une fois le mariage homo autorisé avec adoption d’enfants, cela se saura et on pourra stopper le droit à l’adoption d’enfants dans les générations suivantes.
    En Europe, les pays qui ont autorisé le mariage gay et l’adoption d’enfants par des couples homosexuels, constatent-ils des effets secondaires néfastes sur les enfants et la civilisation ?
    Tout cela relève de l’instinct d’Homme ou de Femme : extraire la substantifique moelle de la coutume est un exercice délicat. Une fois encore, aucune réforme ne doit être définitive.

    Je préfère une société ouverte où la majorité respecte les minorités. Le mariage gay est autorisé au Canada, en Islande, au Portugal, en Suède, Norvège, Afrique du Sud, dans de nombreuses grandes villes des USA, en Belgique, aux Pays Bas etc… Et on les tue dans certains pays très religieux.
    Et le Dieu des religieux ne doit-il pas accueillir ses propres créatures en son temple, en sa mosquée, en son église. Le Dieu est miséricordieux.
    Je me pense agnostique mais ne puis-je pas avoir des sentiments religieux ? Cette infinie bonté divine

    Moi, père de famille, divorcé, ai-je le droit d’intervenir par une loi chez les homosexuels ?

    Vous tous qui avez un avis, ne pensez-vous jamais que vous pourriez avoir un fils homo ou une fille homo: Que souhaiteriez-vous pour vos enfants homosexuels? Si vous aimez vos enfants, vous souhaiterez qu’ils soient heureux et vivent comme tout le monde.

    La normalité est définie par la majorité de la société mais cette majorité, au demeurant légitime, se doit d’intégrer en son sein les minorités surtout quand on ignore absolument la ou les causes de l’homosexualité qui survient chez n’importe lequel d’entre nous. La sexualité est un mystère relatif. En tous les cas bien malin qui pourra nous éclairer véritablement sur la condition humaine et plus particulièrement sur l’homosexualité. Soyons tolérants, prudents, sages et souhaitons amour et réussite aux hommes ou femmes qui sont différents de nous. Evitons les passions, les délires, les fantasmes idiots. Restons simples et aimons les humains tels qu’ils sont quand ils ne tuent personne et ne font pas de mal. Mon rêve, c’est que le législateur aime tout le monde, accueille tout le monde, ne froisse personne, explique à tout le monde. Les lois d’amour sont faites pour le monde entier, pour chacun d’entre nous, que chacun puisse vivre sa vie.

    • métivier dit :

      Vous avez soulevé de bonnes remarques que vous avez exprimées avec mesure.
      Toutefois il me semble qu’il manque une interrogation importante. Elle concerne l’enfant, j’entends celui qui sera adopté par un couple d’homos ou celui qui naîtra par GPA.
      Il n’est pas encore né, mais il me semble qu’il a son mot à dire. Vous n’avez pas évoqué ce problème. Et pourtant…
      L’adoption, en temps « normal » n’est déjà pas sans problème. Qu’en sera-t-il pour ceux qui seront issus de ces nouveaux concepts qui n’ont de progrès que le nom ?
      Réponse dans 15 ans au minimum.
      D’ici là, il y aura des innocents qui paieront la note.

  3. admin dit :

    J’ai traité le sujet de l’enfant adopté dans des articles précédents. Je suis hostile à la PMA et surtout à la GPA. Des homosexuels ont déjà adopté des enfants à titre individuel. Ils souhaitent donner à leurs enfants les mêmes droits qu’aux enfants issus de la filiation naturelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *