Le sport et nous

Stoïque Federer
(Photo AFP)

Ce matin, sur France Info qui, comme toutes les radios, ne cesse de se féliciter des plus récentes mesures d’audience, presque tous les journaux ouvraient sur la finale de la Coupe Davis. De politique, rien. Sauf que François Fillon n’a pas été autorisé par la justice à avoir accès à l’enregistrement des conversations du « Monde » avec Jean-Pierre Jouyet, et que Najet Vallaud-Belkacem débloque 50 millions pour les élèves dépassés par le système d’éducation. La Coupe Davis est-elle l’alpha et l’oméga de l’actualité ?

ELLE l’EST sans doute par l’importance de l’enjeu, et parce que Roger Federer, le plus grand joueur de tennis de tous les temps, a mal au dos. Je ne sais pas ce que les commentateurs sportifs français cultivent le plus, l’hommage au héros qui surmonte les plus vives douleurs, ou l’espoir que les tennismen français pourront enfin le battre. Derrière l’admiration, un soupçon d’hypocrisie. En tout cas, le stade Pierre-Mauroy à Lille, où se déroule la compétition,  prend l’affaire très au sérieux. Comme il y fait froid malgré le chauffage, manifestement insuffisant, on a prévu des couvertures pour les téléspectateurs.

ATTAC s’en mêle.

Que la fête commence. Mais, tout de suite, il y a un hic. L’organisation altermondialiste ATTAC affirme que la finale de la Coupe est un affrontement helvéto-suisse, et non franco-suisse. Pourquoi? Mais pardi ! parce que la plupart des joueurs français sont domiciliés en Suisse où ils paient moins d’impôts. Ces rabats-joie d’ATTAC ont placé l’injustice sociale au coeur du tennis mondial. Ils trouvent l’occasion de dénoncer l’évasion fiscale. Ils n’ont pas tort, sauf que, pour une fois, le pays voudrait penser à autre chose. Ou comment des idéologues psycho-rigides finissent par gâcher chaque moment de l’existence.

Il en va de même pour le football qui, lui, figure en bonne place dans les journaux parce que la justice a décelé d’effrayantes affaires de corruption. Matches truqués ou rétro-commissions (finalement non confirmées) sur les transferts, la magie du foot en a pris un coup cette semaine. À vous dégoûter de ce sport omniprésent, aussi indispensable au bonheur des foyers que la poule au pot d’Henri IV. J’ai souvent dénoncé la violence du football, les excès du public, les émeutes qu’entraînent les matches, le rôle prédominant de l’argent dans la compétition. Mais je dois reconnaître que je prêche dans le désert, que le foot triomphe toujours, quelles qu’en soient les victimes, et que la France est prête à vendre son âme au Qatar si le PSG triomphe.

Optimisme permanent.

Vous me direz que le football n’est pas la seule activité qui soit contaminée par la violence et par l’argent. Je ne peux que me rendre à cet argument. S’il y a un prix à payer pour des spectacles qui font sortir les gens d’eux-mêmes, on n’en dira pas autant de la politique qui ennuie tout le monde sans jamais produire le moindre résultat positif. De ce point de vue, je suis, comme François Hollande, un optimiste permanent. Je crois toujours que l’économie est une science du bonheur, même si elle est affreusement inexacte, et que la démocratie améliore sans cesse nos libertés. Je vous entends rire. Mais chacun a le droit de tirer quelque espoir de ce qui l’intéresse. Il m’arrive certes d’applaudir un service parfait ou un smash réussi. On ne m’empêchera pas pour autant de militer pour une réduction du taux de chômage (et d’explorer sans cesse les voies et moyens pour y parvenir), pour une diminution des inégalités et pour une France rassérénée qui renoncerait enfin à cette sorte de guerre civile perpétuelle qui épuise les partis et surtout les électeurs.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le sport et nous

  1. JMB dit :

    Le dramaturge George Bernard Shaw déclarait: « Le sport que je pratique est la marche à pied, pour suivre les enterrements de mes amis qui faisaient du sport ». Il est décédé à 94 ans des suites d’une chute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *