Le taureau par les cornes

Valls et Fabius ce matin
(Photo AFP)

Manuel Valls a annoncé ce matin, à l’issue du Conseil des ministres, une série de décisions qui semblent être approuvées par la communauté du renseignement et forment un ensemble crédible. Le gouvernement va créer 2 680 emplois, dont 1 400 pour le seul renseignement, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

IL DÉGAGE 450 millions en trois ans pour ces emplois, pour l’amélioration des équipements des forces de l’ordre, pour lutter contre l’endoctrinement en prison, pour accroître la surveillance d’Internet, pour créer un fichier des personnes condamnées pour terrorisme afin d’assurer leur suivi. Soixante postes supplémentaires d’aumôniers musulmans seront créés dans les prisons et la peine d’indignité nationale sera examinée au cours d’une « réflexion trans-partisane ». Selon le Premier ministre, il y aurait en France 3 000 personnes à surveiller pour risque terroriste, dont 1 300 seraient particulièrement actives.  Le danger est donc considérable et, même si leur financement semble insuffisant, les mesures nouvelles adoptées par le gouvernement expriment sa détermination à engager une bataille décisive pour éloigner la menace des attentats.

Apartheid.

Dans la conduite de cette bataille, le Premier ministre a décidé de ne pas mâcher ses mots. Hier, il a décrit la situation des quartiers sensibles comme une forme d’apartheid, mot qui a choqué mais aussi galvanisé l’opinion, mais qui correspond à une réalité : le regroupement des Français issus de l’immigration dans des quartiers que les autres citoyens ont quittés ressemble à une sorte de ségrégation mécanique, engendrée par la pauvreté. Beaucoup de communes sont livrées à elles-mêmes, ou plutôt à la délinquance, parfois à la criminalité, qui représentent les principaux vecteurs vers le djihadisme. M. Valls entend montrer sa lucidité et la faire partager par ses concitoyens.

S’il annonce un plan urgent de lutte anti-terroriste, c’est parce qu’il a bien compris l’ordre des priorités. Le nombre d’individus qui, en France, sont des terroristes en puissance est tout simplement accablant. M. Valls a beaucoup insisté sur la qualité démocratique des méthodes qui sont utilisées et vont être améliorées, mais on peut se demander si lui-même ne s’interroge pas sur un durcissement éventuel des lois, ou des règles, par exemple lorsqu’il s’agit d’écouter davantage des personnes qui préparent un attentat, assurent le départ et le retour de djihadistes qui vont combattre en Syrie ou en Irak, et, en outre, commettent des vols ou des braquages pour trouver l’argent nécessaire à leurs entreprises.  Le Premier ministre a donc dressé de l’insécurité sur notre territoire un tableau alarmant qui justifie les mesures adoptées.

Tension nerveuse.

Cette prise de conscience est salutaire mais n’empêchera sans doute pas que soient commis de nouveaux attentats. Le nombre de hors la loi est trop élevé, la stratégie de l’État islamique et d’Al Qaïda, engagés dans une compétition sinistre, trop ambitieuse, la vulnérabilité de l’État de droit trop grande pour que nous puissions évaluer l’avenir immédiat avec sérénité. Le plan Vigie-Pirate a été appliqué à son niveau d’alerte maximale et pratiquement tous les Français sont concernés par la surveillance du territoire, notamment en signalant ce qui leur paraît suspect. Ce n’est pas drôle, mais la prévention sera efficace si elle devient l’affaire de tous. La tension nerveuse est préférable au chaos.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le taureau par les cornes

  1. Dr Jérôme Lefrançois dit :

    Oui, bien dit.
    Et il faut absolument soutenir Manuel Valls dans ce combat…sans lui faire de procès d’intention ou politiser un jugement.
    Car l’heure est grave, et c’est M. Valls qui est aux commandes, donc aidons-le.

    Dr Jérôme Lefrançois

  2. Robert SAINT-JACQUES dit :

    Navré, M. Liscia. Je ne me reconnais pas dans votre phrase:  » la tension nerveuse est préférable au chaos » et ce, au moins, pour trois raisons.

    D’une part, évoquer une « tension nerveuse » réelle ou putative, car nul ne le sait, c’est porter par vos mots un sentiment national de faiblesse et conforter les terroristes. Ce n’est pas la réalité que je perçois au quotidien et ce n’est assurément pas le moment de laisser planer quelque doute que ce soit à ce sujet.

    D’autre part, je ne crois pas que la menace terroriste, portée par quelques islamistes radicaux voire malades mentaux, puisse générer le « chaos » dans notre pays et dans d’autres. Vous l’avez noté vous même, la majorité de nos concitoyens sont « Charlie ». Un rassemblement aussi important et pratiquement spontané, de nos compatriotes ainsi que des républicains de toute origine et de part le monde, au nom de la défense de notre attachement commun aux valeurs qui fondent le monde libre et partant, notre la liberté individuelle et responsable, signe la force des nations libres et des peuples qui en sont l’âme.

    Enfin, vous citez les mesures que prennent nos actuels gouvernants et l’investissement financier qu’elles représentent. Ces mesures sont, pour le moins, des mesures d’union nationale puisque d’aucun parti républicain de notre pays eût fait de même et que la représentation nationale vote dans ce sens. L’union nationale ne génère pas la  » tension nerveuse ». Elle est habituellement et historiquement rassurante.

    Réponse
    Ne feignons pas d’être en désaccord. Ce n’est pas l’union nationale qui risque de plonger le pays dans le chaos mais une série d’attentats.

    • Robert SAINT-JACQUES dit :

      Qui dit que l’union nationale risque de plonger le pays dans le chaos?
      Je reformule mon propos: l’union nationale, actuellement affichée – ce qui est la moindre des choses en pareille(s) circonstance(s) – est rassurante et de nature à protéger note pays contre le chaos que pourrait générer une série d’attentats voire à faire en sorte qu’ils ne se produisent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *