Fillon démarre en trombe

Un programme radical (Photo S. Toubon)

Un programme radical
(Photo S. Toubon)

En publiant un livre intitulé « Faire », qui a plus retenu l’attention des médias que celui d’Alain Juppé sur l’école, François Fillon expose un programme de gouvernement réformiste et détaillé. Ses diverses interventions dans les médias confirment sa détermination à « aller jusqu’au bout » du processus électoral qui désignera le candidat de la droite. Son problème, c’est une cote de popularité insuffisante.

DE TOUS les candidats de la droite, l’ancien Premier ministre est celui qui a le plus travaillé. Il propose de surcroît un programme particulièrement fouillé et capable, s’il était appliqué un jour, de faire sauter les verrous de l’économie française. Gouvernement restreint, réduction de la dépense publique de 110 milliards, suppression de l’impôt sur la fortune, réforme des 35 heures et des retraites, avec prolongation des carrières, deux référendums pour obtenir le soutien populaire à ses réformes, action ultra-rapide (tout doit être mis en place en cent jours) : voilà des idées qui décoiffent et qui, surtout, semblent constituer le remède à une fatigue nationale qui nous entraîne vers le fond. Il y de l’audace dans ses propositions. La question porte sur la capacité des Français à accepter des réformes aussi profondes. S’ils commencent à comprendre que les recettes social-démocrates ne fonctionnent plus et qu’il faut soumettre notre économie à un électro-choc, rien ne dit qu’ils soient prêts à prendre leur part de sacrifices pour parvenir à juguler le chômage.

De Juppé à Fillon.

La position de M. Fillon est à comparer à celle d’Alain Juppé. Lui aussi a été Premier ministre, et a proposé en 1995 à une Assemblée nationale qui l’ovationnait debout, des réformes radicales qu’une grève nationale particulièrement longue a fini par enterrer. Aujourd’hui, M. Juppé pense qu’il a peut-être été trop loin et il suggère donc un rythme de réformes un peu plus lent. C’est dommage, parce qu’il n’y aura pas de changement en France qui ne prenne les Français par surprise. En même temps, on peut toujours craindre qu’un plan radical soit bloqué par la colère du peuple. Au point de déliquescence où nous sommes parvenus, par manque de courage de la droite et parce que la gauche reste fascinée par ses vieilles lunes, je me demande pour ma part si ce n’est pas M. Fillon qui a raison. Son livre, en tout cas, mérite d’être lu. Il s’explique sur à peu près tout et répond même à la question : pourquoi feriez-vous ce que vous n’avez pas fait quand vous étiez à Matignon ? Nicolas Sarkozy, explique-t-il, voulait bien réformer mais ne voulait pas le faire au détriment de sa popularité. M. Fillon, au contraire, a dit un jour qu’il dirigeait un État en faillite, ce qui, nous rappelle-t-il, lui a valu les pires critiques dans son propre camp. L’ex-Premier ministre montre donc combien l’exercice du pouvoir est difficile. Il ne ménage pas la gauche au pouvoir et il incarne, à lui seul, un esprit de droite bien charpenté.

Traitement violent.

Chacun des candidats les moins populaires de la droite croit être en mesure de réitérer le « miracle hollandais », qui consiste à partir de 3 % et à l’emporter à la présidentielle. M. Fillon est le troisième homme des Républicains, après MM. Sarkozy et Juppé. Il n’est pas dit pour autant qu’il ne soit pas le candidat qui porte le meilleur projet. Nous avons affaire à un homme qui a sans doute quelques défauts (qui n’en a pas ?) mais qui ne s’accorde aucune facilité. Il voit clairement où sont les maux qui affectent notre société. Il propose une thérapie drastique, mais à la mesure de ces maux. Souvenez-vous : Mitterrand croyait « avoir tout tenté » contre le chômage. Ce n’était pas vrai, mais, le pire, c’est que rien de sérieux ou en rapport avec la crise structurelle que nous vivons depuis trente ans, n’a encore été tenté. Ne manquons pas l’occasion, en tout cas, de choisir enfin le bon traitement, fût-il violent.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Fillon démarre en trombe

  1. DRAGACCI dit :

    Le plus compétent et le seul à avoir une vision claire de l’avenir de la France dans le monde.
    Sensé, équilibré, rassurant comme un médecin mais n’hésitant pas à dire la vérité, maître et sûr de lui.
    Il y a du Churchil dans cet homme.

  2. phban dit :

    Tout à fait d’accord avec le commentaire précédent, mais malheureusement il a fallu une guerre pour rendre Churchill populaire.

  3. mapommered dit :

    Enfin un homme politique ose une analyse sur le fond et des solutions courageuses.
    Et si le vrai grand projet à tenter pour un candidat était de réaliser enfin les réformes indispensables au redressement du pays, en sachant qu’il ne sera pas élu une seconde fois, mais l’histoire retiendrait celui-ci comme le plus grand président depuis le général.
    Finalement ça peut être tentant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *