Le coup porté à Fillon

Pénélope Fillon
(Photo AFP)

« Le Canard » publie ce matin une information selon laquelle l’épouse de François Fillon a bénéficié pendant huit ans d’un emploi d’assistante parlementaire qui lui aurait rapporté quelque cinq cent mille euros.

LE RECRUTEMENT par un élu d’un membre de sa famille rémunéré dans le cadre des frais qui lui sont alloués pour constituer son équipe est extrêmement courant et concernerait près de 150 parlementaires. Les amis de M. Fillon ont donc eu tôt fait de souligner d’une part que l’ancien Premier ministre a recouru à une pratique légale et répandue et d’autre part que le secret lié à cette activité relève du caractère de Mme Fillon, dont chacun connaît l’immense discrétion. Bien entendu, l’information publiée par le « Canard » arrive à point nommé pour affaiblir la position de M. Fillon à la veille de la campagne présidentielle et correspond à une manoeuvre dont personne n’ignore la perversité. C’est d’autant plus regrettable que, jusqu’à présent, le candidat de la droite avait une réputation de parfaite intégrité.

Emplois fictifs ?

Il n’empêche que les révélations de l’hebdomadaire risquent d’embarrasser durablement M. Fillon. Les commentaires acerbes ne manqueront pas, qui mettront en évidence le népotisme dans le monde politique, la recherche de l’argent facile et, surtout, la réalité des emplois que Mme Fillon, qui a aussi émargé à la Revue des deux mondes (propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, un hommes d’affaires très puissant, propriétaire de l’agence de notation Fitch), a obtenus. Des voix s’élèvent depuis ce matin qui contestent que Pénélope Fillon ait vraiment travaillé pour les salaires qu’elle a touchés et voilà son époux empêtré dans une affaire comparable à celle des emplois fictifs de la mairie de Paris, qui ont coûté cher à Jacques Chirac et surtout à Alain Juppé.
Tôt ou tard, M. Fillon sera amené à s’expliquer sur les emplois de sa femme, en prouvant avant tout qu’elle n’a pas été payée pour des activités inexistantes. Non seulement l’exercice sera quelque peu humiliant mais il risque de ne pas lever entièrement le voile qui recouvre l’activité professionnelle de Mme Fillon. L’opinion pourrait éprouver le sentiment que, décidément, dans la « République des copains et des coquins », on utilise moins le pouvoir pour l’intérêt général que pour s’attribuer quelques avantages.

Placé sur la défensive.

Aujourd’hui, avec l’explosion des commentaires sur Internet, il est très difficile d’échapper à l’une de ces campagnes spontanées que le public adore quand il trouve une nouvelle tête de Turc. Les nombreux adversaires, de droite et de gauche, de M. Fillon, n’hésiteront pas à prononcer sur lui les jugements les plus sévères, même s’ils ne disposent pas de preuves concluantes. Le voilà soudainement placé sur la défensive uniquement parce qu’il est candidat à la présidence. S’il n’avait pas gagné la primaire de la droite et du centre, il est probable que personne n’aurait fouillé dans le passé de Pénélope Fillon.
Il reste qu’un homme qui a l’ambition de François Fillon et qui sait depuis longtemps qu’il a un destin national aurait pu informer le public dans la plus grande transparence quand il a décidé d’embaucher sa propre épouse. Le fait qu’il n’ait pas tenu à le faire savoir semble révéler une forme de duplicité et souligne l’étrange naïveté de tous ceux qui sont largement exposés aux médias mais continuent à croire qu’ils peuvent leur cacher durablement de petits secrets de famille. On n’ira pas jusqu’à imaginer que l’affaire Pénélope ruinera les chances de M. Fillon à la présidentielle, mais l’électorat est maintenant si capricieux, si volatil, si inconstant que le candidat de la droite doit regretter amèrement d’avoir négligé naguère la préparation de son propre avenir.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le coup porté à Fillon

  1. Elie Arié dit :

    Je crois que, depuis qu’il existe, le Canard Enchaîné n’a jamais perdu un seul procès en diffamation, et ils n’ont pas manqué. Fillon a déjà parlé de beaucoup de choses sur cette histoire (« misogynie », etc.), mais pas de lui en intenter un…

  2. Andre MAMOU dit :

    Fillon a fait comme beaucoup d’autres : embaucher sa femme pour avoir un salaire de plus. Mais a-t-elle travaillé, auquel cas il n’y aura pas de problème, ou s’agit-il d’un travail fictif ? Peu de gens l’ont vue sur le pied de guerre.
    On va regretter Sarko ou Juppé.

  3. Une campagne électorale est impitoyable. Mais là, ce n’est pas le financement d’un parti politique avec de l’argent public; c’est le financement du train de vie de château du couple Fillon avec les impôts des Français. C’est une honte morale absolue, quand on s’autoproclame gaulliste « social », chrétien, et que l’on prône une politique d’austérité pour les Français (donc les autres que le couple Fillon), dans une France « en faillite » (mais que l’on n’hésite pas à utiliser pour financer ses désirs de châtelain propriétaire de chevaux et de voiture(s) de course). Quant au fait que M. François Fillon accuse les autres de « misogynie », c’est un comble puisqu’il ne daigne même pas donner la parole à son épouse, comme s’il était le seul compétent. Il faut que ce soit la justice qui demande à Pénélope de s’expliquer ! Désespérant de machisme. Quant au « tous pourris », il a de beaux jours devant lui …

  4. lionel dit :

    J’aimerais souligner l’extrême élégance d’Alain Juppé hier à Bordeaux lorsque les journalistes lui ont demandé de s’exprimer à propos de cette affaire. Et, si d’aventure ce problème devenait trop lourd à porter pour François Fillon et hypothèque ses chances à la présidentielle, je pense très sincèrement qu’Alain Juppé pourrait réunir les 500 signatures en moins de 24 heures sachant que son programme est pratiquement similaire à celui de François Fillon et qu’il a largement la stature pour exercer la fonction. Je serais extrêmement décontenancé par un deuxième tour de la présidentielle Le Pen/Macron.

  5. PLANTARD dit :

    Les articles du « Canard enchainé » sont bien documentés et l’évolution des revenus de M. Fillon sont également bien détaillés. Si l’on s’en tient aux chiffres seuls et s’ils sont vrais, nous pouvons conclure que les somes « apportées » par Mme FILLON arrivaient à point nommé. Pour ma part j’étais un électeur de Fillon et si le 10ème des articles du « Canard » est avéré, je change de crémerie. Dans le monde médical, nous souffrons déja trop des « Dr Diesel » pour lesquels d’ailleurs le « Quotidien » lui-même est d’une extrême discrétion. Pouvez vous nous préciser les suites de cette affaire ? Merci.

    Réponse
    Je suis déjà revenu sur le cas Fillon et j’y reviendrai encore.
    R.L.

  6. JMB dit :

    Une élection consiste-elle à désigner un candidat pour un poste donné, ou à fournir, dans le même temps, à sa famille des postes périphériques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *