Armées : Macron fait son service

Macron et Lecointre
(Photo AFP)

Le Conseil des ministres examine aujourd’hui une Loi de programmation militaire (LPM) qui contient une vive hausse des dépenses d’ici à 2025, soit un budget de près de 300 milliards d’euros en sept années.

IL S’AGIT de l’actualisation de la LPM qui expire en 2021. Elle devrait permettre d’atteindre en 2025 un budget représentant 2 % du PIB, comme l’exige l’OTAN. Pour cette année, le budget des Armées sera de 34,2 milliards. Il augmentera de 1,2 % par an jusqu’en 2023, puis de 3 % par an. La LPM est de nature à réconcilier les militaires français avec le chef de l’Etat, auquel ils reprochent encore d’avoir annulé un crédit de plus de 800 millions d’euros pour le renouvellement d’équipements l’année dernière. Ce qui avait conduit le chef d’Etat-Major des Armées, Pierre de Villiers, à exprimer un courroux assez vif pour qu’il aboutisse à sa démission. Le président de la République, l’été dernier, entendait réaffirmer son autorité fraîchement acquise à la faveur des élections. Il semble aujourd’hui souhaiter donner satisfaction aux cadres de l’armée et achever une réconciliation avec eux qu’il avait amorcée en nommant le général François Lecointre à la place de Pierre de Villiers.

Batailles complexes.

D’aucuns estiment qu’Emmanuel Macron aurait pu faire l’économie de cette crise entre les dirigeants politiques et militaires puisque, de toute évidence, il devait tôt ou tard, reconnaître les immenses besoins des armées en matière d’effectifs et d’équipements. Déployés sur le territoire français pour assurer la prévention du terrorisme et à l’étranger pour le combattre là où il est, nos militaires n’ont pas chômé ces dernières années. Ils ont besoin de matériels performants pour survivre aux batailles sophistiquées de la lutte anti-terroriste et d’être plus nombreux pour  effectuer les missions multiples qu’ils doivent accomplir. La priorité a donc été donnée à l’amélioration de la vie quotidienne des soldats et à la modernisation d’équipements à bout de souffle. Entre 2005 et 2015, La France a diminué de 60 000 ses effectifs militaires, elle va créer 6000 postes supplémentaires d’ici à 2025. L’effort financier sera considérable.

Quinquennat et septennat.

Il s’agit d’améliorer les équipements usés (parfois jusqu’à la corde) et acquérir de nouveaux avions, des drones et des satellites.  L’armé de terre sera fournie en véhicules blindés (avec 50 % de nouveaux modèles avant 2025). Les fameux VAB, âgés de 40 ans, seront remplacés par des Griffon, dont 150 exemplaires seront commandés. La marine aura quatre ravitailleurs pétroliers nouvelle génération et des études seront menées pour envisager le remplacement en 2050 de notre unique porte-avions, le Charles de Gaulle. L’aviation acquerra de nouveaux avions légers de surveillance et renouvellera ses appareils ravitailleurs. Enfin, la défense nucléaire n’est pas oubliée, qui fera l’objet d’une modernisation, pour laquelle est prévu un budget de 37 milliards d’euros, qui sera financé en sept ans, entre 2019 et 2025.

Beaucoup de ces dispositions sont prévues pour un avenir assez lointain pour qu’il dépasse la durée du quinquennat de M. Macron. Mais c’est la règle qui régit, par définition, la Loi de programmation militaire, laquelle s’étend sur plusieurs années. Certes, le successeur du président actuel peut avoir une autre idée de la défense mais on ne peut pas écarter l’hypothèse d’une réélection de M. Macron en 2022.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Armées : Macron fait son service

  1. Michel de Guibert dit :

    Le président Macron donne raison a posteriori au général Pierre de Villiers.

  2. belita dit :

    Il ne s’est pas honoré en se déguisant en militaire, alors qu’il n’a même pas fait son service militaire.
    C’était une attitude très enfantine. Il a beaucoup à apprendre.

  3. PICOT dit :

    Cette décision ne vient pas de Macron, mais de l’OTAN, semble-t-il, donc des Etats-Unis. Cela explique le revirement d’une année sur l’autre et démontre, au passage, notre manque complet d’indépendance et de souveraineté.

    Réponse
    Les militaires réclamaient cette hausse du budget des Armées. Macron avait promis de redéployer les moyens budgétaires en faveur des Armées, après sa dispute avec le général de Villiers.
    R.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.