TV : l’usager otage

Vincent Bolloré (Canal+)
(Photo AFP)

Le sérieux différend qui oppose Canal + à TF1 serait dérisoire s’il n’affichait le mépris que ces chaînes de télévision éprouvent pour ceux qui les font vivre.

LA GUERRE  des médias mérite-t-elle qu’on s’y intéresse ? La télévision reste pour chacun d’entre nous, et à des titres culturels divers, une source d’information ou de divertissement. Les pouvoirs publics, depuis que la télé existe, ont multiplié les efforts pour qu’elle entre dans tous les foyers et y demeure un mode de vie contemporain. Des organismes, comme Canal + ou Orange offrent des bouquets de services comprenant Internet (pour l’ordinateur du foyer), le téléphone et la télévision. Si le client passe par leur « box », il en devient dépendant pour l’accès à toutes les chaînes gratuites de la télévision. De ce marché captif, TF1 et Canal + ont fait une arme de guerre.

La mauvaise manière faite au client.

TF1 souhaite que Canal + lui verse une redevance au titre des contenus que diffuse la chaîne cryptée. Celle-ci rétorque que ces contenus étant gratuits, elle n’a aucune raison d’obtempérer. Comme c’est souvent le cas, la querelle a pris un tour excessif dont les conséquences sont gravissimes. Canal + a cessé de retransmettre TF1 et les chaînes qui lui sont associées dans le cadre de la TNT, par exemple TMC et LCI. Des centaines de milliers de téléspectateurs, peut-être des millions, sont donc privés de plusieurs programmes alors que, s’ils n’étaient pas liés à Canal + par un contrat qu’ils paient mensuellement, ils auraient un accès direct à ces programmes, comme tous ceux qui n’ont pas un abonnement à Canal +.

La riposte de Canal atteint certes TF1 de plein fouet. La chaîne la plus regardée constate qu’elle perd en audience et qu’elle va devoir réviser ses tarifs publicitaires. Mais la vraie victime de cette guerre médiatique, c’est le téléspectateur, qui n’y est pour rien. Canal + a adressé un communiqué à ses clients pour les prévenir de sa méthode, à la fois brutale et suicidaire : l’abonné de Canal, si l’affrontement devait durer, est confronté à un choix simple : entre Canal et plusieurs autres chaînes, il peut préférer les autres et rompre son contrat avec Canal. Que Canal ait adopté cette  stratégie étrange et maximaliste montre son indifférence pour une clientèle qui, chaque mois, paie quelque 40 euros pour voir des films ( souvent d’affreux navets) et une partie des événements sportifs.

Plus de chaînes, mais rien à voir.

La bataille entre les deux géants de la télévision traduit une crise plus générale des programmes et de la TNT. Il y a une trentaine de chaînes gratuites, mais il y a de moins en moins de choses à voir : reprise de vieilles séries usées jusqu’à la corde, de films très anciens que l’on a déjà vus trois fois et, surtout, une frénésie publicitaire qui finit par faire fuir le téléspectateur. Entre deux programmes, l’un de la télévision publique, sans publicité, et un autre, de la TNT, peut-être meilleur mais grevé de 45 minutes de publicité, le choix se porte naturellement vers le premier. La pléthore de chaînes n’est nullement satisfaisante : la vérité est que le système télévisuel, tel qu’il  a été mis en place, est absurde, charrie une publicité indigeste, violente et répétitive qui étouffe tout appétit culturel. On ne peut pas voir une film émouvant ou de bonne qualité s’il est interrompu par des pubs dont la créativité est très discutable.

D’une part, les pouvoirs publics doivent mettre les pieds dans le plat et interpeller les auteurs de l’escroquerie en cours avant qu’ils ne provoquent l’extinction des écrans. D’autre part, c’est l’occasion de se poser quelques questions sur le rapport pornographique entre la TNT et la publicité. Ce n’est pas seulement une honte, c’est une insulte à l’intelligence du téléspectateur.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à TV : l’usager otage

  1. Michel de Guibert dit :

    Il y a une solution que, pour ma part, j’ai adoptée depuis longtemps et je m’en trouve fort bien : c’est de se passer de télévision !

    Réponse
    Vous êtes la sagesse incarnée.
    R.L.

  2. YasminMorrell dit :

    En effet, l’animateur de Game of Clones a indiqué ce qu’il pourrait apporter à la télévision avec son talk-show : « J’aimerais faire un contenu hyper interactif où le téléspectateur s’amuse et joue de chez lui ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.