Reconfinés !

Castex : plan A-B
(Photo AFP)

La décision de reconfiner un tiers de la population française n’aura surpris personne, elle n’en est pas moins accablante pour les personnes concernées.

AU DELA de chacune de ses contradictions, le gouvernement a toujours raison. Avec 30 000 nouveaux cas quotidiens, la situation devenait insoutenable. La lenteur de la campagne vaccinale a entraîné un retour aux bonnes vieilles mesures de protection. Une nécessité, mais aussi un aveu d’échec. La bonne nouvelle, c’est qu’AstraZeneca a été réhabilité par l’Agence européenne du médicament, ce qui permet à tous ceux de nos concitoyens qui désirent se protéger d’avoir accès plus vite à l’injection salvatrice. Le principal objectif des autorités, c’est d’apporter un soulagement assez rapide aux hôpitaux dont les salles de réanimation sont saturées. Fallait-il confiner il y a plus d’un mois, quand le Conseil scientifique du président Macron le réclamait à cor et à cri ? Le « courage » du président à l’époque (comme le temps passe vite !) n’aura été que provisoire. Voilà qu’aujourd’hui il rentre dans le rang.

Une discipline pesante.

On tiendra compte du fait que les Français n’acceptent plus, dans leur majorité, une discipline dont ils ne savent plus si elle est efficace ou non. Par exemple, l’autorisation dérogatoire de sortie, curieuse invention de la toute-puissante bureaucratie française, revient perturber notre vie quotidienne. C’est une manière de s’auto-autoriser à prendre l’air en invoquant n’importe quel prétexte. On pouvait très bien s’en passer, mais il faut que les règles qui nous régissent semblent sévères, ce qui est en contradiction parfaite avec la notion de rassemblement autour d’une cause, celle de la santé nationale. Il n’y a qu’un moyen de se débarrasser de ce fardeau inutile, c’est de l’ignorer et de faire l’idiot si on est arrêté par un agent de police.

Accélérer la vaccination.

On en est en droit d’attendre de ce troisième confinement des résultats rapides et positifs. Une offensive aussi large contre la contagion diminuera sans doute la mortalité et le nombre de cas. Il est pourtant souhaitable que le gouvernement mettre ce répit à profit pour accélérer la vaccination, pour trouver enfin les doses qui lui manquent, pour élargir le nombre de vaccins autorisés, pour en trouver au moins un avec lequel une seule injection suffit et enfin pour finir la campagne auprès des personnes âgées, qui n’est pas du tout terminée. Nombre de vieux qui ne sont pas en Ehpad ne sont pas en mesure de rejoindre un centre de vaccination éloigné. Il faut leur apporter une aide, les transporter ou, encore mieux, leur envoyer une infirmière pour les vacciner, ce que, pratiquement, aucune mairie ne fait, malgré les appels lancinants de ces personnes.

Une crise orwellienne.

En effet, l’effort exigé des soignants, que nous ne remercierons jamais assez, n’est pas partagé par les autres corps constitués, les mairies par exemple, qui se déclarent débordées, mais vous accueillent avec une lâche condescendance. Certains fonctionnaires oublient tout le temps qu’ils n’ont un emploi que grâce à l’argent du contribuable. J’ose en parler parce que, depuis deux mois et demi, j’ai fait à plusieurs reprises cette expérience, exactement comme si ma demande d’accès à la vaccination avait une dimension anormale, hors sol, arrogante. L’arrogance, en réalité, vient forcément de ceux qui disposent d’un minimum de pouvoir et sont incapables, ne fût-ce qu’hypocritement, de vous manifester un peu de compréhension. C’est ainsi que la pandémie a pris sa dimension orwellienne : on pleure officiellement les victimes, mais quand on rencontre un cas singulier, on ne fait rien pour résoudre le problème ; on exalte l’abnégation des soignants, mais on leur demande toujours plus ; on prétend vénérer les plus de 75 ans, on se moque d’eux. Eux, ils ont leur dignité, ils ne disent même pas l’évidence, à savoir que, s’ils ne sont pas vaccinés à temps, ils peuvent être contaminés et mourir au terme de la maladie dans une salle de réanimation.

RICHARD LISCIA 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Reconfinés !

  1. Laurent Liscia dit :

    Ce n’est pas une nouveauté de répondre à la catastrophe par l’absurdité bureaucratique. Maigre consolation : aucun pouvoir n’a tenu ses promesses. En Californie, on attend toujours d’être contactés pour un RV vaccinal.

Répondre à Laurent Liscia Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.