Le réflexe républicain

Valérie Pécresse
(Photo AFP)

Les alliances, parfois contre nature, qui ont été mises en place pour éliminer les sortants dimanche prochain au second tour, changeront-elles le cours des événements, comme elles le croient ? Préconisées pour la mise en place d’un front républicain, elles n’apparaissent que comme des coalitions éphémères.

L’EXEMPLE le plus frappant est la fusion des listes verte, socialiste et France insoumise réunissant trois forces politiques qui, idéologiquement, ont très peu en commun. D’une part, c’est, curieusement Julien Bayou, des Verts, qui dirige l’alliance, bien qu’il en représente une des tendances les plus gauchistes ; d’autre part LFI est incluse dans le groupe, ce qui, pour nombre d’électeurs, sera un repoussoir. Comme il faut en effet le rappeler, les électeurs n’appartiennent aux partis pour lesquels ils votent. Ils peuvent changer d’avis si, par symbiose, le mouvement préféré teinte son idéologie de quelques touches de radicalisme. Sur le papier, les trois forces de gauche parviennent effectivement à égaler le score de Valérie Pécresse au premier tour. Mais d’abord, il lui suffit de gagner quelques points pour les battre et, ensuite le front républicain,  qui a disparu des radars est resté parfois dans les têtes et, même si elle ne le dit pas, la République en marche a le devoir de voter Pécresse.

Abstention pire au second tour.

Dans le méli-mélo électoral, l’abstention continue à écraser la consultation. Elle atteindrait 69 % au second tour, ce qui, entre autres soucis, pose la question de l’utilité de cette consultation. On va se partager un gâteau minuscule et puis, comptant les miettes acquises, on va dire qui a gagné ou perdu. On n’est pas loin de la forfaiture pure et simple. Cependant, le tableau final, lui, sera clair : il sera important de savoir si le Rassemblement acquiert oui ou non une région, si Mme Pécresse garde l’Île-de-France, si la droite, seule vainqueur de cette élection, conforte son avance. L’autre enseignement, c’est que le dégagisme a atteint les rivages du RN. Les Français se lassent de lui comme des autres. Enfin, il est douteux que le dernier scrutin intermédiaire avant la présidentielle de 2022 pèse énormément sur celle-ci.

Pas d’effet sur la présidentielle.

Un sondage le montre. Je sais bien que les instituts se sont plantés sur l’abstention et diverses autres choses et que les invoquer, c’est aussitôt déclencher un puissant scepticisme ; je n’ignore pas non plus qu’une projection à dix mois de l’élection est un exercice peu convaincant. Tout de même Harris Interactive a décelé, dans un sondage après le premier tour que le rapport de forces entre Macron et Le Pen n’a pas changé d’un iota : 25 % pour l’un, 26 % pour l’autre. Il relève ce qu’on peut appeler une percée de Xavier Bertrand, qui passe de 13 à 16 %, loin encore de la barre du second tour. Aucun autre candidat, à part Anne Hidalgo (16 %) ne dépasse les dix pour cent.

Duo maléfique.

Plus intéressent en core, dans tous les cas de figure, Emmanuel Macron l’emporte surMarine Le Pen par 54 contre 46. Score relativement serré par rapport à celui de 2022 (66/33), mais il tend à démontrer que le match final reste réservé au « duo maléfique » dont les Français ne veulent pas entendre parler, dit-on, mais que, par leur façon de voter et surtout avec le déclin de la gauche, ils auront bel et bien. Je prétends que le phénomène le plus extraordinaire, c’est la résistance du président face à Mme Le Pen. Tout concourt, y compris des élections régionales désastreuses du point de vue civique (et que la REM a très mal gérées) à la chute du président. Il n’en est rien. À l’heure actuelle, il est le mieux placé pour gagner dans un contexte qui se présente sous la forme d’un chaudron au bord de l’explosion mais qui, en réalité, reste à la température de cuisson. Rien n’a bougé. Certes, en dix mois, tout peut changer ; certes les sondages se trompent énormément ; et certes, Macron lui-même commet des bévues qui le mettent en danger. On lui suggèrerait presque d’aller en roue libre aux élections. L’initiative de trop, l’activisme renforcé, le devoir de réformer peuvent l’engloutir.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to Le réflexe républicain

  1. Sphynge dit :

    Le front républicain aujourd’hui, c’est l’union de tous les républicains – RN inclus – contre l’islamo-gauchisme (PS, Écolos divers, LFI et autres gauchistes). Mais sans se faire trop d’illusions car, sauf imprévu, M. Macron sera ré-élu en 2022 et ne résoudra pas plus demain qu’il ne l’a fait hier les problèmes les plus fondamentaux de l’époque, c’est-à-dire les problèmes civilisationnels. Son idéologie proche de celle de la gauche, ne les considère pas comme tels et sous le nom de progressisme accepte et favorise une des plus grandes régressions de l’histoire. Nous nous trouvons au mauvais moment de la civilisation judéo-chrétienne agonisante, et c’est sans issue : à quoi bon participer à des élections ? C’est peut-être ce qu’inconsciemment ou non, les Français démontrent en s’abstenant aussi massivement tant aux élections secondaires qu’à la présidentielle et aux législatives où leur participation décroît, bien que de façon moindre, régulièrement.
    Réponse
    Un front républicain avec le RN ? C’est quoi, ce délire ?
    R. L.

  2. pernot francois dit :

    C’est étonnant ce leit-motiv que vous égrénez à tout bout de champ dans vos blogs : vous restez fixé sur l’avantage de Macron en termes de pourcentage,comme si tout le monde devait bien comprendre qu’il est la seule alternative contre MLP ; vous n’avez pas l’air de comprendre qu’une grande partie de la droite est prête à enfourcher le candidat de droite qui paraôtra le mieux placé dans qq mois ; vous ne semblez pas vous rappeler que personne n’aurait parié sur Macron six mois avant son élection; et vous seriez prêt à lui conseiller de surtout ne rien faire maintenant pour ne pas risquer d’effriter ses sondages favorables ; je pense que vous avez bien regardé la différence entre les sondages pré-vote de MLP et les résultats de dimanche dernier et sa décision de ne pas faire de vagues avant le vote n’a servi qu’à l’enfoncer ; ce qui pour moi est une très bonne chose ; Dieu sait si vous vous êtes inquiété de la façon dont les chaines TV la recevait favorablement; ce que je trouve bizarre c’est votre idolâtrie macronienne tous azimuts qui m’agacerait souverainement si j’étais moi-même macronien ; encore que je le sois un peu par amis interposés macronistes qui étant en vacances en ce moment m’ont donné leur pouvoir et à chaque fois que je pose un bulletin ds l’urne pour LR j’en pose 3 pour LREM! Vous me direz que je pourrais très bien ne pas lire régulièrement votre blog pour ne pas m’agacer …. mais bon je paie qd même mon abonnement au QDM et je m’amuse de vos sorties et j’attends vos blogs à venir avec plein d’intérêt ; sans rancune cependant !

    Répondre
    1) Votre abonnement ne finance pas mon blog qui est libre et gratuit.
    2) Vous vous êtes donné beaucoup de mal pour m’invectiver de la pire des manières : je n’idolâtre personne mais je suis très sévère, notamment avec les imbéciles.
    3) Vous avez bien fait de rappeler que rien ne vous oblige à me lire. Je ne me souviens pas vous avoir sollicité.
    4) Quand on envoie un commentaire, on s’efforce de l’écrire. Le blog est gratuit, mais je ne suis pas payé pour corriger vos fautes et abrégés.
    5) Au lieu de me prendre à partie, vous feriez mieux d’explorer vos contradictions. Vous êtes anti-Macron, mais pro-REM, formidable. Vous êtes libre. Mais moi encore plus car je résiste à ce genre ridicule d’intervention.
    Sans rancune, évidemment.
    R.L.

    • francois pernot dit :

      1)je n’ai jamais dit que le QDM vous finançait ; je n’en sais strictement rien et ça m’est totalement égal
      2) vous m’insultez en me traitant d’imbécile et si je ne venais pas de me réabonner je n’aurais pas repris d’abonnement pour cette raison car je ne peux pas adhérer à un journal qui laisse traiter ses abonnés d’imbécile par un blogueur qu’il abrite; je pense que je ne me réabonnerai pas l’année prochaine ayant bien d’autres sources médicales sous la main ; ça me fera des économies!
      3)Je suppose que si des commentaires sont à disposition c’est qu’on a le droit de s’en servir , même si on n’est pas d’accord ; sinon il serait plus simple de les supprimer
      4)Je vois que vous n’êtes pas obligé d’écrire dans un encart limité qui ne permet pas de se relire facilement; si vous l’étiez peut-être feriez-vous autant de faute que moi , voire plus .
      5) Si je vote pour LREM en ce moment c’est parce que des amis m’ont fait des procurations pour que je vote pour eux quand ils sont en vacances et me sachant LR , cela prouve simplement qu’ils me font confiance et que vous n’avez pas compris ce que j’ai écrit ; mais pour le comprendre il faut aussi savoir manier un peu l’humour, qualité dont vous êtes manifestement totalement dépourvu

      Réponse
      C’est cet humour si subtil qui vous conduit à la menace. Vous vous croyez libre d’insulter les gens et vous vous croyez drôle alors que vous êtes tout simplement le produit des réseaux sociaux et venez d’apporter la preuve que vous êtes moins drôle que rancunier. J’ai parlé des imbéciles en général mais pas de vous en particulier. Dommage.
      R. L.

  3. tapas92 dit :

    Sauf erreur de ma part, quel que soit le nombre de votants, il y a des places (de conseillers régionaux, départementaux …) à gagner, de l’argent à récupérer par les partis en fonction de leurs scores, en pourcentage. Peut-être que si la rémunération des partis politiques et des sièges occupés dans les instances était proportionnelle au nombre de votants, les partis nous proposeraient quelque chose de plus sexy pour nous inciter à voter ?

    Réponse
    Le vote est un devoir civique.
    R. L.

  4. Laurent Liscia dit :

    Coalitions éphémères en effet – mais tant qu’elles sont entre démocrates. Les Français moins bêtes que les Américains; mais ce taux d’abstention est absurde.

Répondre à Laurent Liscia Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.