Passe vaccinal : le boomerang

Mélenchon gagne une manche
(Photo AFP)

L’Assemblée nationale a décidé de suspendre son examen de la loi sur le passe vaccinal. Elle se réunira aujourd’hui pour annoncer la reprise de ses travaux ou la prolongation de la suspension.

C’EST indéniablement une victoire des oppositions, mais davantage pour la France insoumise que pour LR, dont la cheffe de file n’a cessé de soutenir le passe vaccinal et a laissé faire les députés de son camp pour l’unique plaisir de porter un coup à la majorité République en marche. Cette contradiction suffit à montrer le climat délétère au sein duquel fonctionne le travail des députés, dominé par l’échéance proche de l’élection présidentielle. Mais il ne fait aucun doute que le passe vaccinal, tôt ou tard, sera adopté. Autrement dit, les échauffourées parlementaires n’auront aucune influence sur le cours des choses.

Une contradiction profonde.

Ce qui devient embarrassant pour nos élus en revanche, c’est la contradiction entre une manœuvre politicienne et la gravité du sujet abordé. Les oppositions s’y entendent fort bien pour discréditer l’action politique, plus engagée dans des batailles de palais que pour le bien-être populaire. Aujourd’hui, l’héroïsme consiste à troubler la bonne marche de la démocratie, comme si tout, et en particulier les principes qui nous gouvernent, devait être sacrifié sur l’autel de l’élection présidentielle. Certes, la majorité présidentielle, visiblement lasse, a accepté une suspension dont elle savait qu’elle signerait sa défaite, contribuant ainsi au recul des institutions. Mais les oppositions, soudain alliées dans une démarche scélérate, ont affiché leur absence de scrupules.

L’avenir de LR.

On entend assez de vociférations victorieuses pour se poser la question du prix de la manœuvre. Jamais peut-être une campagne présidentielle ne s’est déroulée dans une atmosphère aussi négative, alors que le choix d’un candidat est une affaire autrement sérieuse que les manigances auxquelles elle donne lieu. Bien sûr, les Républicains jouent leur avenir politique. Mais ce n’est pas en se trahissant eux-mêmes qu’ils gouverneront un jour sans qu’on leur rappelle leur incohérence idéologique. Ils ont effectivement réalisé un tour de force, celui de rejoindre deux camps à la fois, la France insoumise et le RN de Marine Le Pen. L’électorat LR aura bien du mal à reconnaître son parti.

Les pilotes de l’opération.

Dans l’affaire, le chef de l’État ne perdra aucun suffrage. Il peut même en gagner, pour autant que cet épisode ait des conséquences, qu’il ait marqué les esprits ou que les électeurs s’en souviennent dans trois mois. On est d’ailleurs surpris de ce que cet embrouillamini ait, pour le moment,  tant de succès médiatique, alors les élections se joueront sur la croissance, le taux de chômage et le pouvoir d’achat. Il y a des responsables qui ont piloté l’opération et ils n’échapperont pas à leurs responsabilités le moment venu.  C’est le bilan de Macron qui sera jugé en mars, mais aussi la représentation de l’avenir qu’il incarne : Valérie Pécresse peut-elle faire mieux ou plutôt moins mal que lui ? Pour le moment, elle n’est capable que d’offrir au peuple du pain et des jeux.

RICHARD LISCIA

PS- La discussion sur le projet de loi reprendra dès cette nuit. Tempête dans un verre d’eau.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Passe vaccinal : le boomerang

  1. Sphynge dit :

    « Les élections se joueront sur la croissance, le taux de chômage et le pouvoir d’achat ». Oui, car les candidats centristes (Macron et Pécresse), et tous leurs affidés (principalement les médias) vont réussir à exclure les seuls sujets actuellement dignes de l’élection d’un président : identifié et islam, immigration, sécurité. C’est-à-dire l’avenir de la France et de sa civilisation. Une fois de plus, les sujets régaliens, qui justifient l’élection d’un président de la République au suffrage universel, ne seront pas prééminents et l’on fera semblant de s’étonner des faibles participations du corps électoral.
    Réponse
    Non, ce n’est pas la faute des candidats centristes si les Français sont plus préoccupés par leur pouvoir d’achat que par l’immigration.
    R. L.

    • sphynge dit :

      Certainement, mais le pouvoir d’achat est un sujet prioritaire de tout gouvernement (et donc d’élections législatives dans notre système), mais pas un sujet de président de la République doté des pouvoirs du président français qui l’élèvent au dessus du rôle d’un « simple » Premier ministre.
      Les préoccupations du président doivent être, nous semble-t-il, régaliennes. Ce qui, dans la conjoncture, ne devrait pas lui laisser beaucoup de temps pour s’occuper de la gestion.
      Ré^p,se
      Pas d’accord avec cette analyse.Le président dpot répondre aux doléances des citoyens.
      R. L.

  2. Tijac dit :

    On peut très bien comprendre que les journalistes s’intéressent à cette suspension d’ examen de la loi , c’est même normal.
    Par contre, vu de loin, les Français ont plutôt l’impression que les députés se sont comportés comme des gamins dans une cour d’école ! Ils ont fait « mumuse ». La plupart des Français ont compris que les discussions seront repoussées de quelques heures ou de quelques jours, que au bout du compte la loi passera et donc ce qui s’est passé cette nuit n’a aucun intérêt à leurs yeux..
    Bien sûr ce commentaire est provocateur, mais si cette information est intéressante pour les journalistes , il n’est pas sûr qu’elle le soit pour les français.

    PS : cher Mr Liscia, merci pour vos vœux et et je vous adresse mes meilleurs vœux pour 2022

Répondre à sphynge Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.