La République et ses juifs

L’immeuble de Mme Knoll
(Photo AFP)

Les attentats de Carcassonne et de Trèbes ont quelque peu occulté l’assassinat à Paris (11è) d’une dame âgée de 85 ans, Mireille Knoll, qui aurait été tuée de plusieurs coups de couteau par deux de ses voisins. Le mobile est déjà qualifié d’antisémite par la justice. Les deux hommes ont été arrêtés.

LE CRIME  rappelle celui d’il y a un an : Sarah Halimi, 65 ans, qui vivait seule dans son appartement, a été assassinée dans des conditions effroyables par l’un de ses voisins, considéré d’abord comme un illuminé. Il a fallu quelques mois à la justice pour admettre que l’assassin était motivé par l’antisémitisme, une circonstance aggravante selon le code pénal. Ces deux crimes ne sont pas de simples faits-divers, ils prolongent une litanie de meurtres, viols, agressions multiples auxquels des musulmans se livrent contre des juifs. Nul n’a oublié le sort terrifiant d’Ilan Halimi, enlevé par un groupe que dirigeait Youssouf Fofana, qui espérait obtenir une rançon et a fini par achever de sang-froid le jeune Halimi avant de se débarrasser de son corps. Fofana a été arrêté, ainsi que ses nombreux complices. Il a été condamné à la réclusion à perpétuité.

La prolongation du terrorisme.

Emmanuel Macron a été prompt à dénoncer le crime dont Mme Knoll a été victime. D’autres voix du gouvernement se sont élevées pour exprimer leur aversion pour une forme extrême d’intolérance qui n’est rien d’autre, en définitive, que la prolongation du terrorisme sous l’apparence de crimes de droit commun. Mais dans le cas des victimes juives, poursuivies par la haine tenace et aussi la lâcheté de leurs bourreaux qui, systématiquement, s’en prennent à des personnes sans défense, souvent même des enfants juifs sortant de l’école, le crime est de nature raciste. Il traduit la volonté des assassins ou des agresseurs  de devenir acteurs du conflit israélo-palestinien et de se venger des Français juifs sous le prétexte qu’ils seraient « coupables » de soutenir Israël, comme si une opinion, quelle qu’elle soit, méritait un châtiment. Ce nouvel antisémitisme est distinct de celui qui a conduit Dreyfus en prison, mais il a des effets encore plus délétères. Il véhicule la même haine que celle des salafistes, des djihadistes, de tous les musulmans animés par la violence qui tirent sur des civils en France et tuent des innocents. Il participe de la même mouvance. Il ajoute à l’insécurité générale des Français celle, plus ciblée, des Français juifs.

Une protection particulière.

La question de la prévention se pose donc pour les juifs en particulier, comme elle se pose pour tous les Français en général. Il est encore plus malaisé de rechercher des signaux chez ces musulmans qui n’ont besoin d’aucun imam, d’aucune référence religieuse, d’aucun contact avec Daech pour commettre contre des citoyens juifs des crimes qu’ils considèrent comme justifiés. Leur dangerosité est maximale parce qu’elle est encore moins détectable que celle des sicaires de Daech subjugués par des leçons apprises sur ordinateur auprès de terroristes chevronnés qui savent leur laver le cerveau. De sorte que les Français juifs et, parmi eux, les femmes isolées, ont besoin d’une protection particulière.

Il est temps, en tout cas, de donner la qualification de « terroriste » à l’assassinat antisémite, ce qui permettrait une répression plus sévère. Plusieurs personnalités politiques, dont Manuel Valls, dénoncent l’atteinte ainsi portée par l’antisémitisme au tissu social français, la peur, bien naturelle, de victimes potentielles qui ne portent pas d’armes et détestent la violence, la nécessité, parfois, de   déménager, leur départ pour Israël dans nombre de cas parce que, il ne faut pas craindre de le dire, ils n’ont pas trouvé en France la sécurité à laquelle ils ont droit.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La République et ses juifs

  1. Jérôme Lefrançois dit :

    Oui, tout à fait d’accord avec vous; il y a là (aussi) du terrorisme, doublé de l’horreur réactivée des crimes nazis.
    Merci de continuer vos indignations sur ce sujet qui met en péril l’humanité de nos comportements et de nos vies au quotidien,

  2. MONGET dit :

    Quand mon père m’a révélé « le grand secret » :  » Juif tu es », je n’ai eu qu’une seule parole : « Je suis bon pour les camps de concentration » Heureusement pour moi,il n’a pas dû entendre. J’avais 13 ans.
    A 20 ans, j’ai retrouvé ma mère, mais ce ne fut pas ce que je rêvais. A ma grande surprise, j’ai appris qu’il y avait 27 morts dans sa famille à Auschwitz. Je ne connais pas leurs noms. C’est terrifiant.
    J’ai appris par la suite qu’elle était l’incarnation d’Anne Franck à la française. Elle a échappé à la rafle du Vel’ d’Hiv’ grâce à un faux extrait de naissance
    Tout ceci aurait pu être oublié si l’histoire n’en avait décidé autrement.
    Les multiples crimes envers les juifs m’ont rappelé à ma destinée.
    Ma clientèle ne connaît pas cette histoire.
    Mais c’est insupportable et « Nuit et brouillard » va recommencer.
    Albert Einstein l’avait compris et était parti pour les Etats-Unis. Cette solution n’est plus d’actualité.
    Si Issraël devait subir une guerre, ce serait l’équivalent de Sarajevo.
    Reste de possibles « nuits de cristal » et là je devrai réagir pour survivre.

  3. Chambouleyron dit :

    Oui, la peste antisémite contamine insidieusement les cœurs faibles sans mémoire et sans honneur. Le courage manque à nos élites intellectuelles et politiques. Le président du Crif sur Bfmtv a du faire face à trois « politiquement correct » sur le plateau, être agressé pour son avis : ni Marine (antisémite) ni Mélenchon (antisioniste). Ils voulaient le faire changer d’avis ! Que l’antisémitisme serve à des joutes verbales bisounours alors que l’on devrait établir une quarantaine intransigeante pour l’éradiquer nous montre que l’épidémie progresse. Nous pouvons nous lamenter et pleurer des larmes de crocodiles. Déjà écrire que les juifs ne sont pas tous assis sur un sac d’or. Et ne pas manipuler le terme communauté dans tous les sens dans une république démocratique et laïque comme le claironnent injustement ce qui mettent du religieux partout. Appliquer la loi qui existe avant des effets d’annonce de l’extrême droite (LR et RN) et le populisme de FI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.