Ministres : des vacances bien tempérées

 

Jérôme Cahuzac gravira le Mt Ventoux
(AFP)

Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a demandé aux membres du gouvernement de ne pas trop s’éloigner de Paris pendant les vacances afin de rester disponibles à tout instant. Cette injonction a été présentée comme le sacrifice naturel que doivent faire les ministres qui, a dit M. Ayrault, sont ministres « tout le temps ».

 AU MÊME MOMENT, « le Parisien » donnait des notes aux ministres, comme s’ils étaient des lycéens, tout en leur concédant « un très bon trimestre », le travail accompli devant être considéré comme excellent. Cela dépend pourtant de l’efficacité des orientations fiscales et budgétaires prises par le gouvernement. Du point de vue de la majorité, qui insiste sur le fait que le président de la République tient les promesses du candidat Hollande, le premier marathon du gouvernement vaut succès olympique. Du point de vue de l’opposition, le démantèlement des réformes de Nicolas Sarkozy met le pays en danger. Bref, les élèves-ministres auraient rendu une copie axée sur les enseignements de l’existentialisme quand le professeur de philosophie chargé des corrections était plutôt inspiré par Bergson.

On ne niera pas le volontarisme de François Hollande, acharné à démontrer, avec les moyens offerts par la communication, que le temps des voyages en jet privé et les gros cigares fumés aux frais du contribuable est révolu. Ce retour à une éthique revendiquée par la gauche et admise sans discuter par les ministres aura impressionné le bon peuple, naguère exaspéré par les débordements de quelques ministres de droite. Elle ne nous garantit pas toutefois le redressement financier et industriel de la France. Et elle tend à devenir une fin en soi, une coquetterie de l’ascétisme, érigé en religion, surtout quand on sait que le chef de l’État et les membres du gouvernement ont diminué leurs salaires de 30%. Les notes distribuées par « le Parisien » (qui a trouvé des ministres « turbulents » et en a mise une au coin) accroissent le sentiment que, en dépit du renouveau moral exalté à la façon du bolchevisme, les gaffes, dérapages ou démarches non concertées ne sont pas moins nombreuses que du temps de M. Sarkozy. Et qu’il existe des pulsions,  sans aucun doute liées à l’exercice du pouvoir, qui font que la seule délégation de fonctions entraîne parfois des comportements irrationnels. Personne n’est vacciné contre l’arrogance.

Nuage de fumée.

La forte composante morale et déontologique de l’action gouvernementale n’empêchera donc pas que, sous le couvert d’une théorie solide, se produisent de nouveaux couacs. Elle crée surtout un nuage de fumée qui cache les divisions et les conflits idéologiques sous-jacents. De sorte que le bon peuple ne voit rien, pour le moment, de ce qui cuit sous la surface du bouillon.  Aucune des erreurs commises par les représentants du nouveau pouvoir n’a eu de réel retentissement, depuis l’interdiction de forer au large de la Guyane décidée par Nicole Bricq, sanctionnée immédiatement par une « promotion » au Commerce extérieur, jusqu’à la rigueur annoncée aux fonctionnaires par Marylise Lebranchu, en passant par l’agression  d’Arnaud Montebourg contre le monde des entreprises. Un ministre peut, parfois sans en payer le prix, dire le contraire de ce que pense le président, mais l’essentiel est de présenter le gouvernement comme un champion de l’éthique politique.

Quant aux vacances des ministres, sommés de les considérer comme une extension de leur travail, elles ne nous apitoieront pas. Certains citoyens anonymes profitent du mois d’août pour se retirer dans un monastère et méditer. Ils méritent une meilleure note. Nous n’encouragerons pas pour autant les ministres à suivre cet exemple, car le résultat d’un ressourcement est toujours incertain, et risque de mettre en danger l’inspiration du gouvernement si, contre toute attente, un ou deux ministres en venaient à imaginer d’autres méthodes pour redresser le pays.

RICHARD LISCIA

PS- Je m’absente deux semaines. À  ceux qui m’accordent le privilège de me lire, je donne rendez-vous le 20 août prochain sur le même site.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Ministres : des vacances bien tempérées

  1. Depierre dit :

    Et pendant que l’Europe s’effondre, le moyen orient s’enflamme, notre président dort tranquillement dans son fort. À quand les RTT et les 35 heures pour qu’il soit tout à fait un président normal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.