Attentats : la riposte doit se durcir

Cazeneuve ce matin sur les lieux de l'attentat (Photo AFP)

Cazeneuve ce matin sur les lieux de l’attentat
(Photo AFP)

Un attentat a été commis ce matin dans l’Isère. Une usine de gaz industriel, classée site Seveso, a subi une attaque lancée par un ou deux individus. Le cadavre d’une personne décapitée a été découvert et il y a deux blessés. Les terroristes ont fait exploser des bonbonnes de gaz. Un pompier a réussi à maîtriser et arrêter l’un des agresseurs, qui a été identifié.

LE PRESIDENT de la République est rentré de Bruxelles, où il participait à un sommet sur la Grèce, et réuni son conseil de défense. Le Premier ministre a quitté la Colombie, où il se trouvait, pour revenir à Paris. Le ministre de l’Intérieur, s’est rendu sur les lieux et il a donné des informations sur l’arrestation du terroriste et d’un homme qu’il connaissait. Le premier des deux hommes faisait l’objet d’une fiche de sécurité dite S entre 2006 et 2008. Ce n’est pas la première fois qu’un terroriste est arrêté par les forces de l’ordre après avoir commis un attentat et bien qu’il fût connu des services de police ou de renseignements. La preuve est donc administrée qu’il existe des agents dormants qui attendent le moment venu pour passer à l’acte.

Concilier répression et liberté.

C’est pourquoi le gouvernement doit résoudre un problème. L’opinion n’acceptera pas encore longtemps que les criminels soient arrêtés après le crime, alors qu’ils sont fichés et pourraient faire l’objet d’une arrestation préventive. Bien entendu, la législation actuelle ne permet pas au gouvernement de neutraliser un individu qui n’a commis aucun acte répréhensible. Mais il faut s’attendre à ce que les attentats se multiplient en France et dans des endroits auxquels personne ne penserait. Personne, en effet, n’aurait pu imaginer que des terroristes pourraient s’en prendre à une usine de gaz industriel.
Dès lors que n’importe quel endroit devient une cible, il n’est plus possible de protéger un site plutôt qu’un autre. Le seul moyen de réduire le danger sinon de le supprimer, c’est encore de placer en détention préventive les individus connus pour leurs choix idéologiques. Il sera très difficile, pour les pouvoirs publics, de concilier les libertés dont nous bénéficions tous et la lutte contre le terrorisme.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Attentats : la riposte doit se durcir

  1. phban dit :

    La détention préventive me semble irréalisable, on ne peut pas arrêter quelqu’un pour ses pensées, aussi criminelles soient-elles, par contre surveillance accrue et limitation des déplacements et activités, soumis à autorisation, certainement.

  2. Costamagna dit :

    Mais on les expulse pour les fraîchement français et les convertis, on les met à l’ombre.
    Stop au laxisme dont abusent ces individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.