Violence : de Viry à Aulnay

Hollande au chevet de Théo
(Photo AFP)

En s’attaquant, à Aulnay-sous-Bois à un jeune homme noir, inoffensif et sans défense, et en le brutalisant d’une manière cruelle, quatre policiers ont réussi à déclencher une série de manifestations et d’émeutes qui se poursuivent encore, malgré la visite de François Hollande au jeune homme hospitalisé et les déclarations d’apaisement que lui-même a prononcées.

LE 8 OCTOBRE dernier, à Viry-Châtillon, à l’orée de la Grande-Borne, deux policiers chargés de protéger une caméra de vidéosurveillance destinée à empêcher les vols fréquents d’automobilistes immobilisés par un feu rouge, ont été attaqués par une meute de voyous qui leur ont lancé des cocktails Molotov, les brûlant très gravement. Les deux policiers, un jeune homme et une jeune femme, porteront toute leur vie les séquelles causées par leurs brûlures. L’enquête pour retrouver les agresseurs a pris des mois. Finalement, plusieurs personnes ont été interpellées et passeront devant un tribunal. Après les faits, l’opinion a réagi avec indignation et le rôle de la police a été exalté. Mais, furieux de ce que des brigands pouvaient faire à leurs collègues, les policiers se sont livrés à des manifestations spontanées qui ont duré plusieurs semaines. Ils réclamaient des moyens pour lutter plus efficacement contre la criminalité et pour mieux se protéger eux-mêmes. L’arrestation des auteurs de ce double crime a néanmoins soulagé la population.

Une police hors la loi ?

Aujourd’hui, le même public s’indigne du sort réservé par quatre policiers à Théo, le jeune homme noir âgé de 22 ans, auquel ils ont fait subir des violences graves, alors qu’il ne donnait aucun signe d’agressivité. Théo affirme qu’il a été violé au moyen d’une matraque mais les premiers rapports ne confirmeraient pas cette thèse. De toute façon, les quatre agents se sont comportés comme s’ils voulaient faire payer à Théo le seul fait qu’il est un jeune Noir de la banlieue. Quand on rapproche les deux événements, on a toute la trame d’une dérive sociale très inquiétante. Une police injuste au point de basculer dans le crime, c’est la fin de tous les repères sociaux et la fin de l’ordre public. Une police qui se place en dehors du cadre de la loi ajoute sa propre radicalisation à celles d’une société civile incapable de donner une vie décente à sa jeunesse.

Le pendant américain.

Dans les deux cas décrits ci-dessus, c’est une violence démesurée qui explique la gravité des faits. Il existe un lien direct entre le ras-le-bol des policiers qui en ont assez de servir de cibles à des bandits capables de les assassiner, et le comportement des forces de l’ordre envers des citoyens qu’ils considèrent un peu vite comme des suspects. Inconsciemment ou non, ils ont fait payer à Théo des années de frustrations. On ne cesse d’évoquer la nécessité de renforcer les moyens en personnels et en matériels de la police, mais on jette dans la rue de jeunes flics insuffisamment formés sur qui repose le besoin de la société de s’abriter des phénomènes qu’elle a elle-même engendrés. Les Français observent avec horreur le traitement des Noirs par la police américaine, comptent le nombre d’exécutions auxquelles elle se livre, constatent la naissance et le développement d’un mouvement, Black Lives Matter (Les vies de Noirs comptent), qui pourrait se transformer en insurrection. Mais la France n’est pas mieux lotie.
Le chômage, la précarité, l’indigence des politiques économiques, l’incapacité du pouvoir à arracher les banlieues au désespoir explique cette double violence, celle des jeunes et celle des flics. On devrait s’en souvenir au moment où l’on s’apprête à choisir un président de la République. Il ne me semble pas, en tout cas, que l’idée de revenu universel soit de nature à apaiser l’incendie social qui se propage dans tout le pays. Il ne me semble pas que les réponses à la crise qui considèrent comme irréversibles le manque d’emplois et la décroissance nous permettent de réduire ces deux colères qui sont en train de détruire le tissu social.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.