La piscine de Macron

L’objet du délit
(Photo AFP)

Emmanuel Macron souhaite installer une piscine « hors sol » à Fort-Brégançon, propriété de l’État. Il s’ensuit une polémique qui dépasse en intensité des sujets infiniment plus sérieux.

C’EST une bonne occasion de tout apprendre sur les piscines. La plus chère du genre (celle qui n’exige pas de creuser le sol) coûte moins de 12 000 euros. François Hollande, quand il allait dans cette demeure de la République en été, se baignait dans la mer toute proche, en contrebas, de sorte que les photographes ont pu faire des clichés du président en bermudas. On a appris, à propos de la piscine de M. Macron, qu’elle coûterait moins cher qu’une seule baignade puisque, quand le chef de l’État se jette à l’eau, il faut prévoir des plongeurs pour surveiller le fond de la mer et quelques bateaux pour observer la surface. Dans un premier temps, on est tenté de suggérer au président de payer la piscine de sa poche, ça ne le ruinera pas. L’avantage serait de mettre un terme à l’une de ces polémiques empoisonnées qui oblitèrent le débat politique et donnent lieu aux pires commentaires.

Pauvres riches !

Comme celui d’Éric Coquerel, ci-devant député de la France insoumise qui déclare : « Macron n’est pas seulement le président des riches, il est lui-même très riche ». J’estime pour ma part que la conception que  M. Coquerel a d’une fortune personnelle est séduisante. A 12 000 euros, selon lui, on est riche. En même temps, si j’ose dire, il ne va pas, de la sorte, contribuer à la qualité de vie de ses concitoyens en se satisfaisant d’une somme qui, même aux yeux d’un smicard, paraît très insuffisante pour garantir sa sécurité matérielle. Sans doute la France insoumise a-t-elle une vision hautement vénézuélienne de la richesse.

Dans un deuxième temps, on en arrive à penser que le sujet est dérisoire, même si la nécessité d’une piscine relève du caprice personnel. Les présidents passent, les piscines restent et les contribuables paient leur entretien. Oui mais, attendez : de toute façon, il y a un projet de rénovation de Fort-Brégançon et le financement de la piscine entrera dans la même ligne de budget.

Le prix du service.

Ce qui n’empêche pas les détracteurs professionnels du pouvoir de lui en faire tout un fromage, pour parler vulgairement. Ils rappellent que ce n’est pas la première fois que Macron se livre à des dépenses somptuaires. Il a commandé à Sèvres un nouveau service pour 500 000 euros. Il est vrai qu’il reçoit les Trump et les Merkel et que, si les liserés d’or de sa porcelaine commencent à s’effacer, ça fait cheap. Là aussi, c’est dans le budget. Mais  ne voilà-t-il pas que, pour un trajet en province de 100 km, le président a pris l’avion ? Faut-il qu’il se prenne au sérieux. Contre-attaque : ses soutiens  rappellent que Michel Rocard, à la Lanterne, s’était fait construire une piscine et même un court de tennis que, Macron, lui, n’a pas réclamé. A l’époque, personne n’a bronché. Ça ne se faisait pas de chipoter sur les frais d’un Premier ministre, dont l’intégrité était par ailleurs nationalement reconnue. Aujourd’hui, des millions de personnes, intoxiquées par les réseaux sociaux, s’en donnent à coeur joie.

Je pense très sincèrement que Macron devrait emprunter à Melania Trump sa veste d’hier, sur laquelle on pouvait lire : « I don’t really care, do u ? » (Je m’en fiche, et vous ?) . Peut-être s’adressait-elle à son mari (on se demande ce qu’elle lui trouve, à part son argent). Sans doute le chef de l’État aura-t-il l’occasion, lors d’une de ses sorties en province, d’exprimer la même insouciance si on lui pose la question. À un gamin qui l’interpellait l’autre jour : « Alors, Manu, ça va ? », il a fait tout un discours sur la respect de la fonction. C’est bon de donner des cours de civisme en plein air. De même qu’il est utile de le rappeler aux gens qui ne savent plus quoi reprocher à leur président et croient encore que le sommet de la liberté, c’est l’outrance : pour sa part,  Macron s’en moque.

RICHARD LISCIA

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to La piscine de Macron

  1. Michel de Guibert dit :

    Pour que le liseré d’or de la vaisselle en porcelaine ne s’efface pas, il faut laver la vaisselle à la main !

  2. Yvon AERDEMAN dit :

    Pendant ce temps on explique à la « populace » de quoi elle doit quotidiennement se priver (baisse des retraites, suppression et non réévaluation des APL, suppression ISF, etc…) au nom du redressement de l’Etat français, lequel Etat ne se gêne pourtant pas pour se servir sur la « bête ».
    Le « fais ce que je dis et non ce que je fais » ne peut plus du tout être audible aujourd’hui et l’excuse Rocard ne peut en être une, on voit où elle nous a menée, car si on continue comme cela, le fascisme sera démocratiquement porté au pouvoir d’ici peu et les biens pensants de votre genre se poseront (le temps d’un débat de soirée électorale seulement…) la question du : « Comment avons nous pu en arriver là ? » comme ce fut si souvent le cas ces dernières décennies.

    Réponse
    Mon article est au second degré.
    R.L.

    • Réponsesegonnes dit :

      Ce n’est pas vraiment évident !

      Réponse
      Je vous renvoie au commentaire de Michel de Guibert qui, lui, a compris.
      R.L.

  3. monique Thiery dit :

    Macron devrait savoir puisque, nous dit-on, il est très intelligent et très cultivé, que parfois c’est sur ce qui peut sembler un détail que les choses basculent. Ainsi, « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ». Ce n’est pas tant l’argent qui choque. Tous les hommes de pouvoir ont leurs petites faiblesses. Ce qui choque, c’est l’arrogance avec laquelle l’argent est dépensé au moment où on demande à ceux qui ne sont pas riches de se serrer encore un peu plus la ceinture. Le pognon, décidément, c’est fait pour les riches. Eux, au moins, ils savent le dépenser! Les pauvres, on leur en donne, et vous savez quoi ? Eh bien, ils sont toujours aussi pauvres.

  4. Pascal HERVE dit :

    Je ne suis vraiment pas un admirateur de Macron mais je trouve cette polémique sur la piscine parfaitement ridicule.
    Et c’est très bien que l’Elysée encourage et soutienne la production de la manufacture de Sèvres.
    Nos rois ne faisaient pas autrement et cela ne me choque pas car il y a en moi un je ne sais quoi de monarchiste.
    En revanche je viens de lire un article de M. Liscia  » le basculement de l’Occident  » en date du 25 Juin qui me lève le poil.
    En sommes nous devrions accepter le déclassement entraîné par la mondialisation et aussi accepter des flots d’immigrés, la double peine en quelque sorte .
    Et bien je ne suis pas d’accord.
    Que M. Liscia soit conscient que ce genre de discours qui est celui de tous les journalistes « mainstream » et tourne franchement à l’endoctrinement ne fait que me repousser dans le camp des populistes à défaut du camp des Saints.
    S’il ne s’agit que de moi, ce ne sera pas grave, je l’admets, mais qui sait ?
    Je suis de toutes mes fibres un « somewhere » il y a toute une mafia qui rêve d’un meltingpot mondialisé, parachèvement de la mondialisation économique et qui comble de l’aveuglement, semble trouver cela enviable.
    Moi pas.
    J’espère que je ne suis pas le seul.

    Réponse
    Cher M. Somewhere,
    Rassurez-vous, vous êtes en très bonne compagnie. En revanche, vos critiques sont infondées. Je crois que nous n’avez rien compris à mon article. Il s’agissait de montrer que la peur de l’immigration alimente la xénophobie, le totalitarisme et le néo-fascisme. Vous-même n’hésitez pas à dire que vous êtes incité à rejoindre le camp populiste. C’est uniquement cette dérive que je dénonce. Après avoir parlé de mafia et de melting-pot mondialisé, termes qui n’ont rien à voir avec mes propos, et auxquels je réagis avec indignation, vous reconnaissez être populiste et même monarchiste. Je suis sincèrement désolé de vous avoir levé le poil, mais je ne suis pas en mesure de m’aligner sur vos idées.
    R.L.

  5. Lena dit :

    Bien vu. Il me semblait avoir observé cela ce jour aussi mais tu dois avoir raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.