La piste du dissident russe

Piotr Pavlenski
(Photo AFP)

Bernard Griveaux a abandonné sa candidature à la mairie de Paris et été remplacé par Agnès Buzyn. Les circonstances de sa décision restent mystérieuses. Deux personnes ont été interpellées et déférées chez le juge.

LE POT-AUX-ROSES a vite été découvert, mais l’affaire reste en tous points mystérieuse et opaque. Un dissident russe, qui a obtenu l’asile politique en France, mais qui était recherché par la police à la suite d’une rixe dans un bistrot, affirme être celui qui a diffusé la fameuse vidéo mettant en cause M. Griveaux dans une affaire d’adultère. L’homme s’appelle Piotr Pavlenski, il se présente comme un artiste. En Russie, comme en France, il a commis une série d’actes délictueux, par exemple une tentative d’incendie de la banque de France, il est en relation avec les « femen » et profondément anti-Poutine. Il s’est expliqué sur la vidéo. Il estime que M. Griveaux est un menteur et un hypocrite, qui s’est fait photographier avec sa famille dans les magazines français, mais cachait sa relation avec une jeune femme, Alexandra de Taddeo, dont les parents réaffirment avec vigueur qu’elle n’a pas cherché à causer du tort à Benjamin Griveaux et qu’elle est apolitique. Entretemps, elle a rencontré Pavlenski, dont elle serait sincèrement amoureuse, et qui est le seul à revendiquer l’usage pervers de la vidéo.

Un manipulateur manipulé ?

Il n’est pas difficile de croire à cette version des faits : Piotr Pavlenski est un militant politique qui, manifestement, déteste toute forme de pouvoir et s’en prend successivement à Poutine et à Macron sans distinction ni discernement. Il s’est livré à des auto-mutilations publiques, a commis des actes de violence et ne semble pas jouir d’un équilibre mental indiscutable. Il est probable qu’Alexandra sera finalement exonérée par la justice, mais le dossier de Pavlenski est plus lourd et il risque d’être poursuivi à la fois pour la vidéo et pour une bagarre dans un bar qui a fait un blessé.  Il n’est pas non plus tout à fait impossible que Pavlenski, manifestement voué à défendre de multiples causes politiques, ait été manipulé par des services secrets pour jeter le trouble dans la campagne des municipales, cette dernière piste étant peu vraisemblable, même si les agents russes sont parfaitement capables de concevoir un scénario aussi délirant. Bref, il ne faut pas exclure que le manipulateur soit manipulé.

Que la justice passe.

Beaucoup de personnalités politiques estiment que, l’affaire de la vidéo relevant de la stricte vie privée, Benjamin Griveaux aurait dû poursuivre sa campagne. Ils s’appuient sur l’idée que la violation de l’intimité d’un homme politique ne doit pas être récompensée, que l’adultère n’est pas un délit, et que la France ne doit pas sombrer dans le puritanisme américain. Il s’agirait plutôt d’un néo-puritanisme car l’Amérique de Trump ne semble pas se soucier des frasques de son président quand il n’était qu’un promoteur immobilier. Trump, comme chacun sait, a neutralisé une femme qui prétendait avoir couché avec lui, en lui envoyant son avocat qui lui a remis la somme de 130 000 dollars. Par ailleurs, une vidéo existe qui montre Trump, longtemps avant son élection,  expliquant à un jeune journaliste que l’on séduit les femmes en plongeant la main entre leurs cuisses. Il ne semble pas que cette séquence ait eu le moindre effet sur la campagne de Trump en 2016, ni sur son élection, ni sur sa popularité ni dans la campagne actuelle. M. Griveaux pouvait s’appuyer sur ce précédent pour se juger, sinon innocent, inattaquable en invoquant la défense de la vie privée. Cependant, dans l’opinion publique française, court le sentiment que, dans ces conditions, l’ancien candidat à la mairie de Paris, aurait dû s’abstenir des séances de photo en famille avec les magazines populaires.

En somme, l’accusation de Pavlenski, à savoir que Griveaux est un hypocrite et un menteur, ne semble pas infondée, pas plus qu’elle n’est rejetée par le public français. Que son indignation ait guidé le geste de Pavlenski est une autre affaire. Sa confusion entre les systèmes électoraux en Russie et en France ne le qualifient guère pour porter un jugement sur qui que ce soit. Il est temps que la justice passe.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to La piste du dissident russe

  1. JV dit :

    Un ministre ne fait pas ça, Griveaux est un c.., d’après Serge July. On l’a su de par une méthode douteuse, c’est certain mais le fait est là; tout comme le coup porté à DSK, puis Fillon, du même tonneau. Il y a de l’arroseur arrosé assez jouissif, semble-t-il. De si piètres politiciens n’ont rien à faire dans l’arène politique, reconnaissons-le ; ils devraient passer l’examen des RG avant toute échéance électorale, dans leur intérêt bien compris, et le nôtre. Cordialement.
    Réponse
    Griveaux, que je sache, n’a arrosé personne dans cette affaire. Il ne peut donc pas être l’arroseur arrosé.
    R.L.

    • Sphynge dit :

      Comment ? N’a-t-il pas participé à l’élimination politico-médiatico-judiciaire d’un candidat à une élection (M. Fillon) ? Les accusations utilisées n’étaient pas dans ce cas pornographiques liés à la vie privée, mais la méthode est la même : éliminer un candidat à une élection par la révélation de faits démontrant une imposture de la part du candidat visé (pour M. Fillon, il s’agissait de l’affichage d’une honnêteté scrupuleuse…)

      Réponse
      Le résultat est certes tragique dans les deux cas, mais celui de M. Fillon relève de la justice, pas celui de M. Griveaux. Pourtant simple à comprendre.
      R.L.

      • PICOT dit :

        Si le cas de M. Fillon relève de la justice nous avons beaucoup de mal à comprendre pourquoi la centaine de députés qui ont fait exactement la même chose que lui ne sont pas eux aussi devant les juges. Deux poids deux mesures? De toute façon peu importe, lorsqu’on veut abattre quelqu’un, on trouve toujours une casserole. DSK, Fillon, Ghosn, Griveaux, à qui le tour?
        Réponse
        Votre cynisme n’a d’égal que votre imprudence. Des centaines de députés ? Donnez des noms, si vous en êtes capable.
        R.L.

      • Sphynge dit :

        En effet, très simple à comprendre. Mais dans les deux cas, ce n’est pas le fait que la justice soit appelée à traiter l’affaire que mon post mettait en lumière, mais le fait que les deux individus cités étaient des imposteurs. Autrement dit, les informations même illégalement acquises sont utiles à l’électeur. Ajoutons à propos de M. Griveaux, qu’outre l’imposture, il est assez probable qu’il ait un jour fait serment de fidélité à sa femme, ce qui ajoute à l’imposture le parjure.

        Réponse
        Drôle de jugement. M. Griveaux n’est pas un imposteur et M. Fillon ne l’est pas non plus. Dans le premier cas, la vie privée est en cause, dans le second, l’enrichissement personnel sur le dos du contribuable est poursuivi en justice. Je trouve tout cela très clair, ce qui signifie que je mets un terme à ce débat sans intérêt.
        R. L.

  2. Celicout dit :

    Hélas, Benjamin Griveaux a donné…la verge pour se faire fouetter.
    Dommage. Car cela a dû détruire une partie de sa relation familiale.
    Il est temps de légiférer sur l’impact horriblement négatif des réseaux sociaux (le revenge porn a fait des victimes plus jeunes et plus gravement atteintes, parmi les adolescentes en particulier)

    • Num dit :

      Il faut surtout être complètement idiot (désolé, je ne trouve pas d’autres termes) pour tourner et partager ce type de vidéo, surtout par les temps qui courent où ce type d’affaires est devenue monnaie courante.
      Certes la méthode est abjecte mais Griveaux a fait preuve d’une naïveté qui dans ce cadre témoigne d’un certain amateurisme donc d’une incompétence manifeste.
      Enfin certes l’adultère n’est pas un délit mais ce n’est pas une vertu non plus à ce que je sache et je pense à sa femme qui doit souffrir bien plus que lui.
      Bref, je ne sais pas si ce qui lui est arrive est mérité mais il me semble que ce n’est pas immérité.

      Réponse
      Vous avez tout à fait raison, sauf sur un point : Griveaux n’a pas diffusé la vidéo, c’est Pavlenski qui l’a fait. Griveaux avait une relation avec Mlle de Taddeo qui, semble-t-il, a livré la vidéo à Pavlenski qui s’est empressé de la jeter en pâture aux réseaux sociaux. Griveaux a été moins idiot qu’imprudent.Bien enendu, je partage votre opinion sur l’adultère.
      R.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.