Ukraine : négociation ?

Aurait-il changé d’avis ?
(Photo AFP)

Malgré les terribles souffrances du peuple ukrainien et les sanctions implacables décidées contre Moscou, il semble que l’on s’achemine vers un dialogue entre la Russie et l’Ukraine. Plusieurs signes sont en effet apparus qui montrent que les deux parties cherchent une alternative à la guerre.

D’ABORD, le président Volodymyr Zelensky a changé de ton. Il avait beaucoup insisté sur la résistance et sur son jusqu’au-boutisme, il dit maintenant qu’il ne cherche pas à adhérer à l’OTAN. Du côté russe, ensuite, après avoir bombardé un hôpital pédiatrique à Marioupol, les forces de Poutine ont finalement accepté un cessez-le-feu et ouvert un couloir pour l’exode des civils. Les négociations directes entre Russes et Ukrainiens en Biélorussie ne sont pas suspendues. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, se rend à Ankara pour discuter avec son homologue ukrainien, en présence du président turc qui essaie de se tailler une stature de médiateur.

Terrible fonte des neiges.

Il y a aussi des raisons stratégiques : on approche du printemps, ce qui veut dire que la fonte des neiges va transformer les plaines ukrainiennes en vastes champs de boue où les chars ne peuvent pas s’aventurer. Les Russes ont sans doute subi des pertes lourdes tant les Ukrainiens se sont montrés bons combattants. De sorte qu’une poursuite de la bataille pourrait se traduire pour les Russes par de nouvelles mésaventures qui obligeraient Poutine à s’expliquer devant son opinion. Il a déjà fait beaucoup de mal à l’Ukraine, mais il a dit tout récemment qu’il ne comptait pas changer son gouvernement, ce qui veut dire aussi qu’il n’essaiera pas de faire occire M. Zelensky, malgré les trois tentatives d’assassinat qui ont échoué.

Poutine a perdu sa réputation.

D’une façon générale, l’invasion de l’Ukraine n’a rien à voir avec l’annexion de la Crimée et le découpage du Donbass. Si Poutine avait pu faire une guerre éclair, comme dans le Donbass, ses forces seraient aujourd’hui à Kiev. Enfin, il peut mesurer les conséquences de ses crimes. Il est déjà recherché comme criminel de guerre et les Russes sont embarrassés par la réputation scandaleuse qu’il s’est faite dans le monde. Pratiquement, Poutine a tout perdu. L’Europe et l’Amérique ont coupé les ponts avec lui, réduisent les échanges, gèlent un partie de ses réserves imprudemment installées dans des banques occidentales. Dans un pays pauvre, une crise sociale va se déclencher et, de fait, il devrait aller vite pour réparer les pots cassés.

La Russie gardera la Crimée.

Mais il ne le fera pas pour rien ; il est en mesure de garder la Crimée qu’il ne rendra jamais, Marioupol et sans doute Odessa, s’assurant le contrôle des routes de tout le Sud du pays. Les sanctions lui ont permis de progresser dans l’ensemble du territoire, mais il y rencontrera des gens décidés à se battre et qui abattront beaucoup de jeunes soldats. Des prisonniers russes ont déjà exprimé leur désespoir dans des vidéos filmées pour la propagande. Certes, on ne respecte pas  les règles régissant la guerre ni du côté russe ni du côté ukrainien. Poutine fera tout ce qu’il peut avant de signer un accord pour mettre un terme à la guerre, annoncera la défaite de ses ennemis désignés et espérera maintenir  l’Ukraine en l’état pour qu’elle renonce à se venger. Il payera plus tard la facture en espèces sonnantes et trébuchantes. La détente, la reprise des relations sont une autre affaire.

 

RICHARD LISCIA

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Ukraine : négociation ?

  1. Puisse votre analyse être prophétiquement juste, en tout cas ce soir elle apporte un peu d’espoir. Merci infiniment.

    Réponse
    Hélas, les Russes ont mis fin aujourd’hui aux négociations, sans résultat.
    R. L.

  2. Laurent Liscia dit :

    Négociations interrompues, hélas. Poutine est une brute épaisse. On voit mal ce qui va le ramener à la raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.