Islam : le regard des Français

La marche du 11 janvier (Photo S. Toubon)

La marche du 11 janvier
(Photo S. Toubon)

« Le Monde » et « Europe 1 » publient un sondage très intéressant sur le regard que les Français portent à la fois sur la religion musulmane et sur le djihadisme au lendemain des attentats du début du mois. Cinquante-trois pour cent des personnes interrogées par Ipsos/Sopra-Steria estiment que la France est en guerre (contre 47 % qui estiment que ce mot est exagéré). Surtout, le sondage fait apparaître, après la colère et l’indignation causées par les attentats, la grande fierté (53 %) que tirent nos concitoyens des rassemblements du 11 janvier contre la violence terroriste.

PARADOXALEMENT, l’enquête montre une augmentation de la tolérance à l’égard de la religion musulmane, jugée compatible avec la société française par 47 % des personnes interrogées (contre 37 % il y a un an). Quatre-vingt neuf pour cent jugent le judaïsme compatible avec la République et 93 % sont du même avis pour le catholicisme. Soixante-six pour cent estiment que « l’islam est une religion comme les autres et que le djihadisme est une perversion de cette religion ». Cependant, les Français, selon le sondage, sont prêts à se battre contre le terrorisme, aussi bien à l’étranger que sur notre territoire : 90 % pensent qu’il faut maintenir ou augmenter notre effort militaire en dehors de nos frontières, 65 % sont favorables à une intervention en Syrie, et une forte majorité se prononce en faveur du renforcement des écoutes et des moyens de renseignement, même si cette démarche doit réduire nos libertés. Sur les 53 % des personnes qui jugent que le pays est en guerre, 84 % pensent qu’il ne l’est que contre le terrorisme et non contre l’islam.

Sécurité d’abord.

Le sondage est réconfortant dans la mesure où il montre plusieurs aspects positifs dans la réaction des Français aux attentats : d’abord ils insistent sur la sécurité et approuvent tout ce que le gouvernement a fait dans ce sens ; ensuite, ils ne sont nullement indulgents à l’égard des criminels et souhaitent que le pays riposte par la force ; enfin, ils sont fiers d’avoir réagi d’une manière qui a beaucoup renforcé la cohésion nationale et fiers aussi d’avoir dit eux-mêmes les choses avec subtilité : la fermeté qu’ils veulent appliquer aux terroristes ne pousse pas la majorité d’entre eux à l’intolérance et ils sont d’ailleurs parfaitement conscients des efforts qu’il faudra fournir et des sommes qu’il faudra dépenser pour améliorer le sort et l’éducation dans les territoires où se répand la haine pure et simple de la société française. Certes, à droite et à l’extrême droite, on trouve des minorités hostiles à l’islam lui-même et qui voudraient que la question de la sécurité soit traitée avec une vigueur proche de la brutalité. Mais, même si, depuis les attentats, on constate une augmentation du nombre des actes anti-musulmans, la religion islamique est généralement acceptée.

Notre force, c’est notre système.

Quant aux 47 % de personnes qui estiment que l’islam n’est pas compatible avec la République, leur avis ne peut pas changer une réalité, à savoir que l’islam est maintenant la deuxième religion en France et qu’il faut bien soit l’adapter à notre système, soit adapter le système. Bien entendu, la première proposition est préférable, même si certains esprits annoncent une islamisation de la France à moyen terme, théorie qui ne peut être confirmée que par un dérapage sans précédent du fonctionnement des institutions. Car si les musulmans sont relativement nombreux en France, ils forment une minorité. Notre meilleure défense, c’est l’attachement exprimé par presque toutes les personnes interrogées dans le cadre du sondage aux choix philosophiques et politiques qu’a faits le peuple français. C’est bien la raison pour laquelle l’État islamique et Al-Qaïda tentent de nous détruire par la violence et par la subversion.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Islam : le regard des Français

  1. Oj dit :

    C’est probablement l’analyse qu’il faut faire de ce sondage encourageant. Il devrait inspirer certains hommes politiques à la retenue dans le choix des mots. L’apartheid n’a rien à voir avec la situation française.
    La réaction des citoyens français exprimée le 11 janvier ne retombera pas comme un soufflet. Elle exprime la volonté collective de vivre en paix dans une société de valeurs garanties par la République. On peut y voir une prise de conscience de ceux qui ont participé à ce rassemblement cîtoyen vis à vis de ceux qui ne l’ont pas fait pour des raisons diverses tout à fait identifiables et compréhensibles.
    D’autres étapes restent à franchir mais la voie est ouverte, ce qui constitue un grand pas en avant. Il nous faudrait maintenant pouvoir espérer une amélioration sensible de la conjoncture économique à court terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *