La fracture européenne


Jean-Luc Mélenchon
(Photo AFP¨)

La manifestation organisée hier par Jean-Luc Mélenchon contre le traité européen confirme que l’opposition à l’accord est très forte et contribue à diviser la gauche, après que le gouvernement a perdu le soutien des Verts. Cette scission de la gauche sur la politique européenne du pouvoir est à mettre en parallèle avec l’hostilité du Front national à la construction européenne et à l’euro.

IL EST possible que le gouvernement fasse adopter le traité européen avec le seul concours des élus socialistes. Il ne s’en inquiète pas moins du fossé qui se creuse entre « nonistes »  et « ouiistes » au sein de la gauche. Le coup de Jarnac a été donné par les Verts qui, lors de leur réunion du 20 septembre, ont rejeté le traité européen. De sorte que l’on retrouve dans le camp des « nonistes » les Verts, le PC, le Parti de gauche et une frange du PS que Jean-Marc Ayrault essaie de ramener à la raison sans que l’on soit assuré que ses efforts seront couronnés de succès. Bien que les élections générales de mai et juin dernier aient accentué le clivage droite-gauche, M. Hollande ayant accentué son engagement à gauche et M. Sarkozy ayant rejoint le FN sur quelques idées, la « gauche de la gauche » est en train de créer une scission, de nature idéologique, que l’on peut comparer à ce que la famille Le Pen a fait à la droite depuis plusieurs années, en ramenant vers le FN une partie de l’électorat conservateur.

Pour ou contre l’Europe.

Le combat idéologique a été ravivé par les effets pervers de la crise, mais il prend une nouvelle forme. Il oppose moins la gauche à la droite, en dépit des mauvais sentiments qu’elles nourrissent l’une contre l’autre, que les partisans de la construction européenne à leurs détracteurs, avec cette différence que les seconds sont infiniment plus combatifs que les premiers. On entend plus le slogan d’une Europe qui nous ruine que celui d’une Europe en tous points exaltante. Le phénomène peut, dans quelques années, coûter cher à la sociale-démocratie incarnée par François Hollande, simplement parce que des voix PS iraient vers le Front de gauche ou vers EELV. En revanche, il est difficile d’imaginer que l’on retrouverait un jour, dans le même camp et sous la même bannière, l’extrême gauche et l’extrême droite qui se vouent une haine historique. On répètera à l’envi, à M. Mélenchon et à Mme Le Pen, que « qui se ressemble, s’assemble », ils jureront qu’ils puisent leur aversion pour l’Europe dans des sources totalement différentes.

Il n’empêche que M. Mélenchon poursuit une stratégie qui est la copie conforme de celle de Mme Le Pen. Elle n’a cessé de répéter que son objectif consistait à supplanter la droite classique et elle fait des progrès dans ce sens à chaque rendez-vous électoral. Elle représente donc bien, pour l’UMP, un danger mortel qui serait mieux écarté si le leadership du mouvement ne se déchirait dans des guerres picrocholines. M. Mélenchon ne fait rien d’autre quand il affirme que la gauche, c’est lui et non le PS. Il est peu probable que, face à cette double offensive, les socialistes et les conservateurs envisagent de fusionner.

Ils resteront donc vulnérables, sauf s’ils parviennent à démontrer que l’Europe vaut la peine d’être renforcée. Le traité européen, les décisions de la Banque centrale européenne, la mise en place prochaine du Mécanisme européen de stabilité vont dans le bon sens. La zone euro va mieux même si elle reste fragile. Les dirigeants européens, notamment ceux qui, comme François Hollande, Mario Monti (Italie) ou Mariano Rajoy (Espagne) ont adopté des plans d’austérité vigoureux, sont en train de rendre à la construction européenne la crédibilité qu’elle a perdue au profit des extrémismes.

Le seul garant de la stabilité politique, économique et monétaire des États européens, c’est l’Union. Elle a failli être emportée par la crise de la dette, mais elle a résisté à la tourmente. Ceux qui parient contre elle politiquement ne sont pas très différents de ceux qui ont spéculé contre la monnaie unique.

RICHARD LISCIA

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.