Logement : Duflot fait le ménage


Cécile Duflot
(Photo S. Toubon)

Le conseil des ministres devait adopter aujourd’hui la loi Duflot sur le Logement, surtout consacrée à la location. Vivement critiqué par les professionnels, le texte s’attache principalement à protéger les droits des locataires et à réguler l’activité des agents immobiliers. La raréfaction des logements en France donne lieu, en effet, à des abus de toutes sortes dont sont victimes les locataires, notamment les plus démunis.

CÉCILE DUFLOT n’a pas l’habitude de mâcher ses mots et trouve son inspiration dans ses idées sociales. On peut toujours discuter de l’action politique d’Europe Écologie les Verts (EELV), le parti d’où elle vient, mais, en l’occurrence, c’est une ministre de sa trempe qu’il fallait aux locataires, ces pelés, ces tondus livrés à toutes les turpitudes d’un marché où la demande est un multiple de l’offre et qui laisse une marge fort étroite de négociation aux locataires potentiels et tous les moyens de pression au propriétaire. Cette situation existe depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Elle s’est aggravée avec une crise qui est aussi celle du logement. Il n’y a jamais eu de commune mesure entre les salaires que l’on verse en France et le prix des appartements ou maisons, à l’achat ou en location, de sorte que, pour les jeunes qui cherchent un logis décent, il n’existe pas d’espoir sans une aide substantielle des ascendants.

Un rapport de force asocial.

Qu’on le veuille ou non, ce rapport de force est asocial, et même inhumain. Les jeunes couples s’endettent pour des décennies, ou consacrent à leur logement des sommes exagérées qui les empêchent de faire d’autres dépenses. Que le gouvernement intervienne dans ce capharnaüm d’abus et dénis de droit ne peut être que légitime, même si les lois du marché, fort inopérantes dans un contexte aussi déséquilibré, sont bousculées. Bien entendu, l’encadrement des pratiques mises en oeuvre dans les transactions mettra à mal les agences immobilières, effraiera les propriétaires, déjà prompts à retirer du marché les biens qu’ils possèdent et risque, par contrecoup, de faire encore monter les prix. Mais, si l’on s’en tient à cette analyse, on perpétuera une grave injustice, car le logement est aussi indispensable que l’emploi et il n’y a pas d’emploi durable si le salarié n’est pas logé.

500 000 logements indignes.

Le projet Duflot, appelé Alur (pour Accès au logement et à un urbanisme rénové), prévoit de plafonner les frais des agences immobilières et d’encadrer les tarifs des syndics, qui échappent à toute transparence : on compte en moyenne 18 types de prestations abusives facturées par les syndics. La loi interdit l’acquisition de nouveaux biens par les « marchands de sommeil ». On dénombre 500 000 logements dits « indignes » en France, soit un million de très mal logés. Les propriétaires qui refusent de mettre aux normes les logements qu’ils louent seront soumis à une astreinte de 200 euros par jour. Le texte complète des ordonnances prises en mars dernier pour accélérer et augmenter le nombre de chantiers lancés chaque année. Enfin, il y aura désormais un dossier unique par demande de  logement social pour éviter la multiplication des dossiers dans la même zone.

Le gouvernement aura beaucoup de mal à empêcher ou atténuer les réactions négatives à l’application de la loi. Laquelle peut se traduire, malheureusement, par l’effet inverse de celui qu’il escompte, c’est-à-dire par une pénurie accrue de logements, ce qui entraînerait aussitôt une guerre entre les professionnels et les pouvoirs publics. En effet, les moyens de rétorsion sont évidents : si la transaction est moins lucrative, le propriétaire ou l’intermédiaire ont toujours la possibilité de s’abstenir. Mais autant le réflexe est compréhensible quand il s’agit de toutes les autres types de transaction commerciale, autant il devient insupportable quand on sait que les professionnels ont accumulé d’immenses profits pendant près de 70 ans et qu’ils ont pompé sans limites une richesse nationale dont une partie aurait pu être affectée à d’autres dépenses de consommation.

RICHARD LISCIA

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Logement : Duflot fait le ménage

  1. ROBIN Etienne, néphrologue, hôpital de Moulins dit :

    Je partage l’ire de Richard Liscia contre les professionnels de l’immobilier qui font des profits indécents. Je partage aussi son indignation devant les difficultés insupportables que rencontrent aujourd’hui les locataires à la recherche d’un logement à louer, surtout s’ils sont pauvres.
    Mais Richard Liscia oublie un aspect du problème qui devrait l’amener à tempérer ses propos généreux en faveur des locataires : aujourd’hui, les règlements protègent à l’excès les locataires indélicats, mauvais payeurs, ou carrément voyous. Je connais plus d’un propriétaire qui a mis des mois ou des années à faire expulser un locataire qui ne réglait pas ses loyers et saccageait son logement. Ma conclusion paraîtra paradoxale, mais je la crois juste : si l’on veut aider les locataires, il faut d’abord protéger efficacement les propriétaires. Rassurer les propriétaires est en effet la seule manière efficace de les inciter à offrir leurs biens en location.

  2. phban dit :

    « Bien entendu, l’encadrement des pratiques mises en oeuvre dans les transactions mettra à mal les agences immobilières, effraiera les propriétaires, déjà prompts à retirer du marché les biens qu’ils possèdent et risque, par contrecoup de faire encore monter les prix. »
    Tout est dit. La bonne volonté produit parfois les résultats inverses de ceux espérés, surtout en matière économique. Il est vrai que la situation parisienne, pénurie de terrains et spéculation, entraîne des prix exorbitants pour l’achat et pour la location, mais décourager les mises en location est une très mauvaise solution.
    Les écologistes sont de grands adeptes de la confusion entre le monde tel qu’il devrait être et le monde tel qu’il est, ce qui les conduit à un aveuglement idéologique d’autant plus impressionnant qu’ils refusent toute critique.

  3. Hostachy dit :

    La Loi Duflot nièce de la loi Scellier, première cause du caractère prohibitif de l’immobilier et des loyers. N’en rajoutons pas….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.