Le président et l’actrice

L’actrice Julie Gayet
(Photo AFP)

Si on parle un peu moins de Dieudonné aujourd’hui, c’est parce qu’un clou chasse l’autre et que les médias ont un nouveau sujet à se mettre sous la dent, la liaison présumée entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet. Tous les journalistes affirment depuis ce matin qu’ils étaient au courant et que le magazine people « Closer », qui révèle l’affaire, ne fait que confirmer une information connue de tous.

DE TOUS ? Julie Gayet a fait un clip de campagne électorale pour M. Hollande et la rumeur  a grossi en mars, mais elle semblait trop alléchante pour être vraie. J’aurais résisté à la tentation de la commenter si le chef de l’État n’avait décidé lui-même de déclarer tôt ce matin à l’AFP qu’il se réservait le droit de porter plainte contre la magazine « à titre privé », sans pour autant confirmer sa liaison. Tous ceux qui ont été sollicités pour réagir, surtout dans le camp du président, insistent sur le caractère éminemment privé de l’affaire. Je ne suis pas tout à fait de cet avis, dans la mesure où chaque citoyen peut se demander si la vie affective du président peut influencer sa conduite des affaires. Il n’est nullement question de lui adresser le moindre reproche sur un comportement qu’il partage avec la plupart de ses prédécesseurs, sans qu’on ait jamais pu observer une interférence de leurs sentiments dans leur action politique.

Déchirements élyséens.

Il demeure que le président a une compagne, Valérie Trierweiler, qui a eu beaucoup de mal à s’adapter du jour au lendemain à sa condition de première dame et dont le statut, si le président a une aventure, devient encore plus incertain. La révélation de « Closer » a déjà un effet négatif considérable parce qu’il humilie Mme Trierweiler, dont M. Hollande disait naguère qu’elle était « la femme de (sa) vie ». Certes, le président ne s’est jamais marié, lui qui a eu quatre enfants avec Ségolène Royal, mais sa liaison avec Mme Trierweiler a provoqué des tensions : Mme Royal supportait mal une sorte de triomphalisme que l’on a pu percevoir parfois chez la première dame. Dans ces conditions, s’il est vrai que Julie Gayet a trouvé une place dans le coeur du président, des déchirements élyséens vont nécessairement se produire dont l’opinion finira par entendre les échos.

Il n’est donc pas excessif ou indécent de poser la question des entrelacs compliqués qui  enserrent dans la même tresse les problèmes domestiques de François Hollande et ces affaires de l’État qui devraient absorber tout son temps, sans lui permettre de gérer deux (ou même trois) foyers à la fois. Au delà de ce début d’analyse forcément prudente, toute réflexion supplémentaire deviendrait grossière. Il n’est pas question de dramatiser des affaires sentimentales qui affectent à peu près tous les hommes et toutes les femmes. Si elles se produisent chez les plus puissants d’entre nous, c’est bien parce qu’ils sont, en définitive, aussi vulnérables que n’importe lequel d’entre les citoyens.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 Responses to Le président et l’actrice

  1. guinard dit :

    C’était la rubrique « people » du Quotidien… mais avec la Liscia’s touch !

  2. phban dit :

    On s’éloigne quand même de plus en plus de l’image lisse qu’il nous a vendue pendant toute sa campagne : un homme « normal », simple, modeste et droit.

  3. Besancenot JF dit :

    Pourquoi cet homme « normal », simple, modeste et droit n’aurait pas… le droit de « tomber » sous le charme de cette divine créature ?

    • Gales dit :

      Droit ? On ne doit pas avoir la même conception de la droiture.

    • PAPOUNET dit :

      Parce qu’un président d’un pays de 66 millions d’habitants n’a pas à être comme le commun des mortels. Il représente les institutions de notre pays et à ce titre il doit avoir un comportement au-dessus de tout soupçon !

  4. LECRU JEAN dit :

    Comme le disent les pieds noirs : la scoumoune, il a la scoumoune, notre président normal.

  5. Herodote dit :

    Sii les hommes d’Etat sont aussi vulnérables que vous et moi ils ne sont pas des hommes d’Etat. La fonction est d’une exceptionnelle exigence tant au regard des citoyens qu’à celui du monde extérieur. C’est la raison pour laquelle j’ai le devoir d’annoncer que je ne suis pas un homme d’Etat.

  6. Dr Jérôme Lefrançois dit :

    Merci pour la justesse de votre commentaire.
    Et François Hollande serait-il devenu, cette fois-ci, vraiment « normal »?
    Ce qui est réjouissant, ou affligeant, c’est que François Hollande, grand donneur de leçons en particulier vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, fait maintenant la « une » des journaux pour des histoires privées : quelle image de notre pays et de notre président à l’étranger !
    Ce serait préférable qu’il fasse la « une » avec un redressement spectaculaire de notre balance commerciale, ou bien un fléchissement du chômage.
    Mais, faute de capacités dans ces derniers domaines, le président fait ce qu’il peut !
    Et je ne sache pas que, une fois vivant en couple, Sarkozy ait trompé son épouse (même si Hollande n’est pas marié)…
    Et il me semble bien que François Hollande ait bien rebondi sur « l’affaire DSK » et l’a bien utilisée pour se hausser dans les sondages et devenir présidentiable.
    Quitte à avoir un président « porté sur la chose », il eût mieux valu DSK, porté au pouvoir à la fois par la (majorité de) gauche et une partie de la droite, l’avenir de la France et la face du monde en eussent été très favorablement changés.
    Et maintenant, pendant que les journalistes et les citoyens français parlent des affaires de coeur du président, ils pensent moins à leurs turpitudes quotidiennes!

  7. UNE CITOYENNE NORMALE dit :

    Je vis aux États-Unis, et quelle image ici ! On ne me parlait plus de DSK (ouf!) et voilà que la French touch en termes de Latin Lover et coureur de jupon refait surface. Désastreux pour se faire prendre au sérieux quand les Américains n’ont de cesse de nous évoquer : notre crise et nos 35 heures et nos vacances et nos aides sociales et nos impôts à 75 %. Car il y a beaucoup d’amalgames .
    Nos hommes politiques devraient sortir de leur vie franco-française pour réaliser où en est La France et se battre pour elle, comme en tant que simple citoyenne, je defends mon pays ,ses valeurs, sa culture,ses atouts…tout autour de moi. J’en suis fière, mais eux, ont-ils cette fierté quand on voit leur comportement de minable ?
    A Paris, cet été déjà, on m’a parlé de cette liaison donc ce n’est pas une surprise dans le microcosme parisien et au-delà .Cela me fait aussi reparler de 2007 où tout Paris savait aussi que François Hollande était avec Valerie Trierweiler. Mais il fallait se taire pour la campagne de Ségolène Royal.François Hollande pensait-il pouvoir renouveler ce verrouillage médiatique?
    Mais comment notre élite devenue aristo nous considère-t-elle? Où est le respect du peuple ?
    Ce n’est pas çà, la République.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.