La somme des intolérances

Une coalition de colères
(Photo AFP)

La manifestation qui a réuni des groupuscules de tout genre avant-hier à Paris et s’est terminée par des violences gratuites, 200 interpellations et quelques comparutions immédiates, a associé une extrême droite qui ne s’identifie même pas au Front national, des antisémites venus glorifier Dieudonné et réclamer la mort des juifs, et des catholiques intégristes hostiles au mariage homosexuel. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, entend réprimer la montée du fanatisme.

DIX-SEPT POLICIERS ont été blessés au cours des échauffourées qui ont suivi la manifestation. Dans leur ardeur à protester, les différents groupes n’ont pas voulu voir qu’ils n’avaient rien en commun, les partisans de Dieudonné ne soutenant pas la même « cause » que les détracteurs du mariage entre personnes du même sexe. « La France aux Français » était l’un des slogans criés par la foule, ce qui montre que certains groupes identitaires ne se réclament même pas du FN, lequel a pris bien soin de ne participer en aucune manière à cette étrange pantomime. Les manifestants étaient relativement nombreux (17000 selon la police, dix fois plus selon les intéressés). Sont-ils dangereux ? Ils correspondent aux mouvements d’extrême-droite dont on a vu l’éclosion dans toute l’Europe quand la crise économique et financière a commencé à exercer ses ravages. Il ne faut donc pas s’étonner de retrouver en France une phénomène déjà très répandu dans le reste du continent.

Prêts à en découdre.

En revanche, il faut s’en inquiéter dès lors que ces groupes disparates, mais motivés, ont réussi, grâce aux réseaux sociaux, à se coaliser sur un thème finalement très général: « J’ai le droit d’être antisémite, j’ai le droit d’être raciste, j’ai le droit de mettre les homosexuels au banc de la société ». Ils agglomèrent toutes les intolérances, et pour faire passer leur message, ils sont prêts à en découdre. La colère, la xénophobie, le racisme sont leur viatique. Ils sont dangereux parce qu’ils pratiquent l’exclusion absolue de toute personne qui ne leur ressemble pas.

L’action de la police au terme de la manifestation tend à indiquer que le ministre socialiste de l’Intérieur n’entend pas pratiquer l’indulgence et qu’il veut mettre ces groupuscules devant leurs responsabilités. Ce qu’ils crient est tout simplement interdit pas loi. M. Valls l’applique. Et je ne vois pas pourquoi on devrait lui reprocher de mener la vie dure aux racistes de tout bord  sous le prétexte que cet homme ambitieux percevrait dans toute crise une occasion de se mettre en valeur.

Sa lutte, longue, patiente,  tout entière placée sous le signe du droit, contre Dieudonné, est à cet égard exemplaire parce que justement l’humoriste s’efforce chaque jour de contourner le droit pour continuer la guerre qu’il fait aux juifs sous le prétexte d’amuser le bon peuple. Au harcèlement pratiqué par Dieudonné riposte le harcèlement de la police et des juges, qui débusquent toutes ses atteintes au droit sur les plans judiciaire et fiscal. Il n’y a pratiquement pas de jour qu’une dépêche ne nous apprend les derniers démêlés en date de Dieudonné avec la justice.

De même qu’il n’y a pas de jour sans que soit commis un nouvel acte antisémite en France et, le plus souvent, sur les lieux mêmes où ont eu lieu des atrocités, comme à l’école juive de Toulouse où Merah a abattu de sang-froid quatre personnes, dont trois enfants et où des imbéciles malveillants vont faire des « quenelles ».  On trouve encore dans ce pays des salauds qui insultent les morts. Après avoir dit que la shoah n’a jamais eu lieu, ils estiment que ce que Merah a fait à ses victimes était justifié. Quand la contradiction est le fruit d’une bêtise infinie, la rédemption du coupable est pratiquement impossible. Mais la répression reste une arme au service de la société.

RICHARD LISCIA

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to La somme des intolérances

  1. PAPOUNET dit :

    Pour l’instant, Valls ne réprime rien, il cultive le fanatisme. Notre hidalgo de service arrive à fédérer les contradictions, il faut le faire.
    Peut-être que Manuel va enfin comprendre que tout le monde ne s’appelle pas Nicolas, lui encore moins que les autres.
    Si nos supposés socialistes mettaient de côté leur philosophie libertine, on ne verrait pas ce genre de rassemblement hors nature. Il serait temps que les citoyens de ce pays militent pour une responsabilité pénale et financière de tous les politiques.

  2. LECRU JEAN dit :

    Les étudiants condamnés (BTS médecine lycéenne) ont mis en danger la démocratie en essayant de lancer une barrière contre les CRS sans succès; ramassés par la police, jugés en comparution immediate, leurs noms sont dévoilés dans la presse (double peine). Depuis le 1er janvier, 4 morts à Marseille, pas une arrestation, allons, un peu de raison : le poste de ministre de l’intérieur est forcément voué à n’avoir qu un bilan négatif tant que mous autoriserons le regroupement familal qui, défavorisent les Français de souche et que nous ne changerons pas les accords de Schengen, qui discréditent l’Union européenne aux yeux des électeurs, il ne reste plus à M. Valls que posture et coup de menton.

  3. Dr Jérôme Lefrançois dit :

    Vous avez tout dit.

    Et, effectivement, il faut soutenir M. Valls, sans arrière-pensées et sans retenue : ces problèmes sont trop graves pour laisser place à des polémiques indignes lorsqu’elles critiquent l’action exemplaire du ministre de l’Intérieur, qu’il soit socialiste ou non.
    Dommage qu’on n’ait pas vu à l’oeuvre sur ce sujet la droite au pouvoir.

    Dr Jérôme Lefrançois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.