Sarkozy bashing

Un symptôme de son impopularité (Photo S. Toubon)

Un symptôme de son impopularité
(Photo S. Toubon)

Le moins que l’on puisse dire de Nicolas Sarkozy, c’est qu’il traverse une bien mauvaise passe. Il ne sort pas grandi d’une affaire, celle de l’élection législative dans la quatrième circonscription du Doubs, où il n’a pas réussi à imposer son point de vue au bureau politique de l’UMP ; ce revers achève un retour en politique malaisé et marqué par diverses interventions télévisées qui n’ont pas eu le résultat escompté ; sa capacité à l’emporter contre d’autres candidats à l’élection présidentielle de 2017 est contredite par les sondages, qui lui accordent à un point près sa présence au second tour. Pour couronner le tout, voilà qu’on lui reproche de s’être rendu à Abou Dhabi lundi dernier en pleine crise de l’UMP au lendemain du premier tour à Montbéliard.

Le président de l’UMP a très vite été soutenu par ses lieutenants, Claude Guéant notamment, qui fait remarquer qu’on peut téléphoner d’Abou Dhabi et donc rester attentif à ce qui se passe à Paris ; et que, en outre, M. Sarkozy était présent, mardi à 18 heures, pour la réunion du bureau politique de l’UMP. Il est vrai qu’on lui cherche des poux dans la tête et que le moindre incident prend désormais des proportions stupéfiantes, à cause d’Internet et de la méchanceté croissante des gens. Après tout, explique M. Guéant, il faut bien que M. Sarkozy gagne sa vie, d’autant, ajoutera-t-on cyniquement, qu’il reste de sa campagne électorale beaucoup de factures à payer.

Est-il encore le meilleur ?

Mais, en y réfléchissant, l’histoire d’Abou Dhabi n’est pas aussi anodine qu’elle paraît. Si elle suffit à provoquer un déluge de critiques, c’est que s’est mise en mouvement une forme de Sarkozy-bashing favorisé par le sentiment répandu que l’ancien président n’est pas nécessairement le meilleur candidat de la droite et que lui-même devrait se poser la question : est-il en mesure d’emporter l’adhésion de 51% des Français à un projet qu’il n’a pas encore exposé et dont les quelques lignes qu’il a indiquées dans ses prestations télévisées ou ses entretiens avec les journaux n’ont pas particulièrement emballé le peuple de droite ?

En outre, un voyage dans la péninsule arabique trois semaines après les attentats de Paris est une option pour le moins malencontreuse, car c’est cette région du monde qui, tout en investissant massivement en France, soutient (ou soutenait) clandestinement les mouvements terroristes inspirés par le salafisme. Vous me direz que l’Arabie saoudite et le Qatar sont plus influents que le petit émirat. Mais on peut acheter son pétrole à un pays et ne pas obligatoirement entretenir avec lui des relations de chaleureuse amitié. Pour être complet, je reconnais que le Qatar et l’Arabie, épouvantés par les monstres qu’ils ont enfantés, ont changé de fusil d’épaule et ont commencé à prendre leurs distances vis-à-vis d’Al Qaïda et de l’État islamique.

Manque de rectitude.

Sans doute M. Sarkozy ne pouvait-il se dégager à la dernière minute d’une obligation contractée longtemps auparavant. Mais il y a des moments dans la vie où il faut savoir faire un choix douloureux. L’un des problèmes du président de l’UMP, c’est que son comportement personnel manque de la rectitude dont un Alain Juppé ou un François Bayrou font leur fonds de commerce. Et il n’y a rien qui n’ait pire réputation en France que l’argent. M. Sarkozy n’a pas de la vie une idée inspirée par l’ascèse. Dans d’autres pays, cela passerait comme une lettre à la poste. Ici, quand on apprend qu’un personnage politique s’enrichit, on en fait des gorges chaudes. Le président de l’UMP doit prendre conscience de ces petites choses qui font l’heur ou le malheur d’un candidat. Et surtout, s’il veut persévérer, il a besoin d’un ravalement.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.