Le racisme a bon dos

Deschamps et Benzema (Photo AFP)

Deschamps et Benzema
(Photo AFP)

La conjoncture politique, sociale et météorologique est pénible, mais elle n’empêche pas les polémiques de fleurir en France. C’est le printemps des controverses, et il y a des indignations factices, par exemple celle de Karim Benzema.

IL A REPROCHÉ à Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de football qui représentera la France à l’Euro dans quelques jours, de ne pas l’avoir choisi et « d’avoir cédé à cette partie de la France qui est raciste ». Fichtre, en voilà une accusation ! Je n’y serais pas revenu si Éric Cantona et Djamel Debbouze n’avaient approuvé M. Benzema et si Benoît Hamon n’avait trouvé une forme de vérité dans les propos du footballeur, et affirmé que « les boucs émissaires ont toujours les mêmes têtes ». Déceler du racisme là où il n’y en a guère, c’est, d’une certaine manière, contribuer à son expansion. Il me semble indécent de convoquer le racisme et se poser ainsi en victime dans une affaire où l’on a soi-même des comptes à rendre qui n’ont rien à voir avec le racisme.

Deschamps aurait préféré le garder.

M. Benzema, en effet, a des démêlés avec la justice, à propos d’une « sex-tape » impliquant un autre joueur, Mathieu Valbuena, et dans laquelle il aurait joué un rôle occulte. Sa faute n’est pas terrifiante, mais elle n’est pas digne d’un grand champion et c’est à cause d’elle que M. Deschamps s’est défait d’un joueur dont tout le monde, absolument tout le monde dans la France dite « raciste », reconnaît le talent et le rôle. Le chef de l’équipe de France aurait préféré garder M. Benzema dans son équipe et M. Benzema le sait. Il espérait simplement que ses qualités sportives exceptionnelles le mettraient à l’abri des conséquences de l’affaire Valbuena. Il a eu tort sur ce point et il a aggravé son cas en décrivant un sélectionneur soumis à des pressions extérieures.

Le racisme est dans le public.

Il est impossible de prétendre que le monde sportif français souffre de racisme. Ses athlètes progressent quand ils sont performants, quelle que soit leur origine. Le racisme existe dans le public, pas dans les équipes. Ce que M. Benzema n’a pas bien compris, c’est qu’il ne peut pas ignorer ses propres responsabilités dans sa mésaventure et qu’il n’est pas une victime impuissante livrée à une force qui le dépasse. Dire que M. Deschamps a cédé au racisme ambiant, c’est introduire dans les institutions sportives un poison qui n’existait pas. C’est jeter la suspicion sur l’ensemble du football français, qui doit gérer d’autres problèmes.
M. Benzema ne peut pas se plaindre du sort que lui a réservé la société française, qui en a fait l’un de ses héros et lui a assuré gloire et fortune. En soulignant les droits dont il prétend avoir été privé, il n’a peut-être pas pris la mesure des devoirs qu’il lui fallait remplir une fois qu’il avait atteint ce sommet de célébrité. Il a confondu ce qu’il fut et ce qu’il est devenu : un statut ne reste valable que si son détenteur acquiert et exerce les vertus conformes à ce statut. C’est ce qu’a dit ce matin un ancien joueur, Lilian Thuram, qui consacre justement une bonne partie de son temps à lutter contre le racisme en France et qui estime qu’un athlète atteignant un certain niveau doit se montrer responsable en toute circonstance. Le racisme existe dans notre société, il faut en convenir. Mais on ne lutte pas contre lui si on prétend injustement en souffrir.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Le racisme a bon dos

  1. BISROR dit :

    VOUS AVEZ PARFAITEMENT RAISON. DANS LA VIELLE EUROPE NOUS N’AVONS PLUS LA HIERARCHIE DES VALEURS ET VIENDRA LE TEMPS OU IL FAUDRA PAYER. DES REVENUS ASTRONOMIQUES, DES VOITURES, DE BELLES FEMMES, ETRE POURSUIVI PAR DES HORDES DE JOURNALISTES POUR DIRE QUELQUES MOTS IDIOTS ET INCOHERENTS, VOILA LE STATUT DES JOUEURS DE FOOT. NE PAS SE SENTIR CONCERNE PAR DES DEVOIRS, NE PAS CHANTER LE MARSEILLAISE VOIRE CRACHER, ETRE CONSTAMENT DANS UNE POSITION VICTIMAIRE. PAUVRES MEDECINS, NOUS AVONS VRAIMENT CHOISI LA MAUVAISE VOIE.

  2. latil dit :

    Continuez comme cela et vous ferez élire les idées extrêmes qui ne régleront rien!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.