L’affront fait à Macron

Une peccadille (Photo AFP)

Une peccadille
(Photo AFP)

Le site Médiapart et « le Canard enchaîné » publient des informations selon lesquelles la déclaration fiscale d’Emmanuel Macron ne dresse pas un tableau exact de son patrimoine, qu’il est éligible à l’impôt sur la fortune et qu’il va payer quelque 10000 euros de rattrapage pour les années 2014 et 2015.

UN SCANDALE de plus ? La découverte que le jeune et remuant ministre de l’Économie, qui nous a tant surpris par sa façon d’exercer ses fonctions et d’en briguer de plus importantes, n’est pas différent de tous les autres politiciens ? M. Macron a reconnu les faits : d’une villa au Touquet que possède son épouse, il a fait une évaluation trop basse. Le fisc s’est chargé de la corriger à son détriment. Y a-t-il là de quoi vouer M. Macron aux gémonies ? Il laisse entendre qu’il est victime d’une cabale, ce qui est le cas d’à peu près tous les scandales livrés au public et qui ne voient le jour que si la malveillance guide le délateur. Le ministre semble penser que les questions fiscales relèvent du privé, ce qui est vrai jusqu’au moment où l’on devient un personnage public. Mais il a raison sur un point essentiel : on lui reproche une peccadille, on veut en tirer un procès propre à briser son élan vers le pouvoir.

Reconnaître au moins son intelligence.

Qui a peur de Macron ? Sa démarche originale ne lui vaut que des détracteurs chez ceux qui font carrière dans la politique, à gauche comme à droite, et donc les soupçons s’étendent à un champ très vaste. C’est un symptôme de la confusion de nos idées que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, que l’on critique pour des décisions qui paralysent le pays, ait pu ce matin émettre sur M. Macron un jugement négatif. Il a eu tôt fait d’assimiler le ministre à un riche technocrate qui nous « donne des leçons ». Il n’en est rien. Le ministre de l’Économie a préféré la politique à la banque. Chez Rothschild et en deux ans, il a gagné près de deux millions d’euros. Depuis qu’il est ministre, il ne touche qu’une faible fraction de ce montant. S’il cherchait à s’enrichir, il s’y prendrait bien mal et ce n’est pas en évitant de payer quelque 10 000 euros au fisc qu’il y parviendrait. On peut au moins lui accorder qu’il est intelligent.

De quoi nourrir les ressentiments.

Les médias qui s’emparent d’une information pour se faire mousser ne font que leur travail. Il en va autrement pour ceux qui, tapis dans l’anonymat, violent des secrets afin de démolir la stature d’un homme. Dans ce pays en crise, il est intolérable que des personnages finalement plutôt répugnants se livrent à cet exercice qui fit tant de ravages pendant l’Occupation. Ils ne savent même pas où ils plongent leurs racines : dans l’une des pires périodes de l’histoire de France. Je ne crois pas du tout que la carrière d’Emmanuel Macron va s’arrêter net à cause de cet incident de parcours. Je crains en revanche que les militants de « Nuit debout » et les grévistes de la CGT ne puisent dans « l’affaire Macron », qui n’en pas une, de quoi nourrir leur ressentiment sans fin, de quoi alimenter une frustration qu’ils jugent mille fois justifiée et de quoi rêver à des délices révolutionnaires relevant désormais d’un inaccessible paradis.
Il y a même quelque chose de honteux, de méprisable et de détestable dans la complaisance avec laquelle nous évoquons certains personnages, pour les dénigrer ou les vilipender, avant même qu’ils aient pu se défendre et que leur faute soit caractérisée, et alors que notre pays est confronté à des problèmes infiniment plus graves. Un peu comme si d’aucuns trouvaient une compensation aux menaces qui pèsent sur leur sort dans la culture du contingent et même du dérisoire. Collectivement, nous sommes tous là à dénoncer des injustices dont les plus faibles sont invariablement victimes. L’honneur le plus élémentaire nous commande de ne pas harceler un homme sous le prétexte qu’il est riche ou puissant si, dans notre for intérieur, nous sommes convaincus qu’il n’a rien fait de mal.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to L’affront fait à Macron

  1. Lefrançois dit :

    Vous avez tout à fait raison.
    J’espère que M. Macron éprouve pour ces personnes l’indifférence qu’elles méritent, pour le non-bruit qu’elles viennent de faire avec leur bouche en parlant ou leur plume en écrivant. Effectivement, elles me font penser à ces « Français » qui allaient dénoncer leur voisin à la Gestapo, et/ou se réjouissaient de le voir déporté en camp de concentration.
    Merci de continuer votre vigilance et votre acuité de jugement, à travers vos articles dont vous nous faites profiter,

    Dr Jérôme Lefrançois

  2. Andre Mamou dit :

    Si les informations du Canard enchaîné sont bonnes, Macron aurait gagné 2 millions en 2 ans chez Rothschild mais il s’exonère de L’ ISF en diminuant son actif d’un emprunt de 295.000 euros pour des travaux dans une villa au Touquet appartenant en propre à son épouse et il rajoute une dette de 200.000 euros qu’il doit rembourser à un particulier qui lui aurait consenti un prêt personnel !
    Bon, ce n’est pas de la fraude mais un montage judicieux comme celui des contribuables Hollande et Royal pour leur appartement de Boulogne et leur villa de Menton : juste pas imposables .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.