Le pardon à Bachar

Mariani chez Assad (Photo AFP)

Mariani chez Assad
(Photo AFP)

Une délégation de trois députés LR est en Syrie depuis hier, pour assister au Noël arménien d’Alep. En mars dernier, deux de ces députés, Thierry Mariani et Nicolas Dhuic, avaient fait le même voyage « en solidarité avec les chrétiens d’Orient ». Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques, complète la délégation.

PERSONNE n’y trouverait à redire si M. Mariani n’assortissait son séjour de déclarations qui semblent annoncer une nouvelle orientation de la politique étrangère de la France au cas où la droite l’emporterait à la présidentielle de cette année. Il a répété hier que Bachar Al-Assad, dictateur de la Syrie, n’était « certainement pas irréprochable », mais qu’il « n’est pas notre ennemi » car « il ne nous menace pas ». M. Mariani exerce avec constance une forme de Realpolitik qui substitue le cynisme à la compassion. Dès lors que Bachar n’est pas un danger pour nous, il peut commettre à sa guise crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Et M. Mariani de se féliciter qu’Alep soit « libérée », alors qu’elle est seulement dévastée. À partir de cette ligne, Barack Obama, bien sûr, devient le bouc émissaire de toutes les rancoeurs françaises et vive Vladimir Poutine.

Les chrétiens d’Orient en tant qu’excuse.

Les chrétiens d’Orient, dont le sort est plus qu’alarmant, sont ainsi mis au service d’un rapprochement de la France avec la Russie et avec Damas, ce qui suffirait à nous excuser de rejoindre le camp qui pratique la brutalité, la violence et l’élimination d’un peuple. Il serait temps que François Fillon rappelle à M. Mariani, dont l’enthousiasme pour Bachar devient de plus en plus embarrassant, qu’au moins 310 000 syriens sont morts sous les bombes russes et syriennes, que plusieurs millions d’entre eux ont pris la route de l’exil, que le cessez-le-feu élaboré par Moscou n’est pas respecté et que des batailles sanglantes continuent de faire d’innombrables victimes en Syrie.
Tout ce que l’on voit, depuis le début de ce siècle, c’est que les guerres régionales ont pris une ampleur excessive, que les dictatures se multiplient, que des dirigeants sanguinaires poursuivent leurs exactions pour ne pas céder une once de leur pouvoir. La plupart d’entre nous sommes révoltés par ce tableau sinistre, qui consterne l’ONU et laisse les démocraties désemparées, mais d’autres n’ont pas trouvé mieux que nous dire ceci : le meilleur moyen de ne pas subir les conséquences de cette dérive, c’est encore de s’y adapter et de renoncer à tout jugement moral. En d’autres termes, si le monde retourne à la barbarie, nous devons l’accompagner dans cette orientation. Cette nouvelle feuille de route découle du constat de la non-intervention des États-Unis et de l’apathie européenne. Nous sommes incapables de nous dresser contre le néo-nazisme, donc nous devons faire avec.

Hollande fait mieux.

Non! Nous attendons de notre gouvernement et de nos élus qu’ils ne renoncent jamais à respecter un minimum d’éthique dans la conduite de leur diplomatie. Quand je vois que des journaux en font des tonnes sur les assassinats ciblés que la France pratique dans sa lutte contre le terrorisme et que ces actes de pure légitime défense menaceraient le bon fonctionnement de notre démocratie, qu’est-ce qu’il faudrait dire alors d’une guerre conduite par un homme contre son propre peuple ? Quand je pense que la droite incarnée par François Fillon, qui vient de rappeler qu’il est chrétien et que, en tant que tel, il ne saurait priver les pauvres de leurs prestations sociales, je me demande si lui aussi, qui laisse M. Mariani pardonner Bachar et exalter la grandeur de Vladimir, ne fait pas de sa religion le pivot commode de la politique étrangère qu’il nous prépare. Je vous le dis, l’attitude de François Hollande face à la barbarie est infiniment plus rassurante. Nous ne l’aurons plus comme président et peu de ses concitoyens le regretteront, mais ceux qui ont gardé assez de fraîcheur d’âme pour être bouleversés par les massacres et la violence inhumaine, savent que lui, au moins, a su allier éthique et riposte.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 Responses to Le pardon à Bachar

  1. Cherid dit :

    Propagande quand tu nous tiens. La France a largement les moyens d’éliminer Daesch, portant un ministre francais a bien affirmant qu’Al Nosra faisait du bon boulot

  2. Cherid dit :

    Bien affirmé

  3. Charly dit :

    Excellent éditorial comme souvent… Tout est dit!

  4. Num dit :

    M. Liscia, je ne vous lisais pas à l’époque: qu’elle était votre position vis à vis de Saddam Hussein et de l’intervention américaine en Irak en 2003 ?

    Réponse
    Merci pour la question qui ressemble à une sommation. Je n’étais pas contre la chute d’un dictateur qui l’avait bien mérité. Mais je croyais que les Américains se retireraient rapidement. J’ignorais qu’ils n’eussent aucune preuve de la présence d’armes de destruction massive en Irak. Satisfait, M. Num ?

    • Num dit :

      Merci pour votre réponse. Ce n’était pas une sommation. Vous avez le mérite de la cohérence, qui n’est pas le cas de tous nos analystes et politiques prompts à dénoncer la real politik de M. Fillon quand il s’agit de la Syrie mais les mêmes ne tarissaient pas d’éloges devant celle de M. de Villepin en 2003 en Irak.

    • Duhamel dit :

      Nos bons socialos critiquent Bachar l’affreux dictateur mais que dire de nos bons socialos qui frayent avec les Castro , et Chavez, Maduro, Erdogan. Ceux-là sont de bons dictateurs. L’assassinat et le martyre des chrétiens ne les touchent pas. Ils préférent frayer avec les islamistes et renier notre culture des lumières pas par conviction mais par intéret et par lâcheté .

  5. Andre MAMOU dit :

    François Hollande a informé les journalistes du « Monde » qu’il avait ordonné des assassinats ciblés d’ennemis de la France. Rien n’interdit de penser que ses prédécesseurs ont également donné le feu vert à leurs services action pour éliminer des cibles dangereuses. Mais personne n’en a rien su dans les media et peu de personnes sont au courant.
    Ce qui a changé, c’est un président qui s’est affranchi du secret . Pour se valoriser ? Pour montrer qu’il n’était pas le Flamby du PS ?

  6. FrédéricLN dit :

    Bravo pour cet éditorial. Petite erreur de fait : le grand nombre de victimes est le fait de la guerre elle-même, crimes de guerre hélas inclus, du fait de tous les camps en présence. La responsabilité extrêmement lourde du président Assad n’enlève rien à celle de l’État islamique, des groupes affiliés à al Qaïda, des autres groupes djihadistes, des milices diverses, des forces kurdes, etc. C’est pourquoi rechercher un cessez-le-feu intégral, (et de ce fait, peut-être durable) me semble encore plus prioritaire que de se détourner avec horreur des criminels… ce qui impliquerait de laisser la population syrienne aux prises de tous les chefs de guerre.

    • Michel de Guibert dit :

      Merci en effet de rappeler que les victimes dans une guerre civile sont victimes des uns et des autres et qu’il est absurde de les imputer à un seul.

  7. Bachar Al-Assad vient d’évoquer en termes élogieux, lors d’une interview, MM. François Fillon et Donald Trump. Etonnante ingérence. Nous sommes devant, semble-t-il, une coalition de chrétiens, avec le catholique Fillon, le protestant presbytérien Trump et l’orthodoxe Poutine. Que dit Xi-Jinping ? Quant à l’autre, juif, arabo-musulman non alaouite, voire libre penseur jugé hérétique … Avenir incertain pour  » l’autre « , en certaines contrées …

    • Michel de Guibert dit :

      Je rêve, là ! Vous pensez sérieusement que les juifs, les arabo-musulmans non alaouites ou les libres penseurs sont mieux protégés par les islamistes djihadistes de toutes obédiences !

  8. Chambouleyron dit :

    Dans cette chronique votre indignation nous est un baume au cœur. Merci Monsieur Liscia. Le décompte des responsabilités dans cette poudrière me semble bien vain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.