Les incohérences de M. Trump

Un président versatile
(Photo AFP)

Le président Trump a donné l’impression, jusqu’à ces dernières heures, qu’il appliquerait le programme qu’il avait annoncé pendant sa campagne : confirmation de l’érection du mur à la frontière mexicaine, assortie d’une crise entre le Mexique et les États-Unis, décret présidentiel non constitutionnel qui a refoulé des immigrants pourtant dotés d’un visa, mesures protectionnistes, exaltation enthousiaste du Brexit et complicité avec la Première ministre britannique, ainsi que diverses déclarations ou mesures du même tonneau. Voilà que, en quelque heures, il recule dans d’autres domaines.

M. TRUMP vient de publier un communiqué dans lequel il estime que la construction de 6 000 logements israéliens en Cisjordanie ne contribuent pas à la résolution du conflit israélo-palestinien. Le gouvernement de Benjamin Netanyahu croyait bénéficier d’un feu vert américain pour poursuivre son expansion sur la rive occidentale du Jourdain, le voilà déçu. En outre, le président américain a différé sine die la mise en oeuvre de sa promesse de transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem. L’envoi en Israël d’un ambassadeur américain complètement acquis aux thèses de M. Netanyahu et la présence au sein du cabinet Trump, de son gendre, Jared Kushner, lui aussi favorable au gouvernement israélien actuel, ne semblent pas avoir résisté à l’influence des autres conseillers du président, au moment précis où Rex Tillerson est confirmé par le Congrès dans ses fonctions de secrétaire d’État (ministre des affaires étrangères).

Pas de rapprochement avec Poutine pour le moment.

Le nouveau gouvernement américain n’a pas levé les sanctions internationales décidées contre la Russie après son annexion de la Crimée et son occupation militaire du Donbass ukrainien. On s’attendait à une sorte de nouveau Yalta entre Washington et Moscou, il semble que, pour le moment, M. Trump ne souhaite pas encourager Vladimir Poutine dans ses menées expansionnistes. Dans d’autres domaines, comme les rapports avec l’Iran ou la Corée du Nord, Washington maintient son intransigeance. Ce qui signifie que M. Trump n’a pas de politique structurée et claire. Il a réussi à rassurer son électorat à propos des changements promis, mais personne ne peut garantir qu’il ne changera pas d’avis en cours de route. Son décret sur la suspension des admissions à la frontière pour les ressortissants de sept pays musulmans a été applaudi à tout rompre par ses partisans, mais il est tellement contraire à la Constitution des États-Unis qu’il ne résistera devant aucun tribunal, et on peut compter sur les associations du pays pour porter l’affaire devant les juges, lesquels ne peuvent se référer qu’au droit. C’est l’effet des fameux checks and balances mis en place par les pères fondateurs de la nation américaine et même un président n’est pas autorisé à outrepasser ses droits.

L’Europe sur ses gardes.

Cela ne ne veut pas dire pour autant que Donald Trump ne représente pas à un danger pour l’équilibre des relations internationales. Il semble qu’il ne songe plus à se retirer de l’ONU ni même de l’OTAN, mais la force de ses décisions, parfois effrayantes, a cédé la place à la versatilité. Certaines mesures sont prises selon le conseil le plus récent qu’il reçoit, car M. Trump, étant plus ignorant qu’intransigeant, est éminemment influençable. À Malte, où se tient aujourd’hui un sommet européen, François Hollande a déclaré que les pressions de M. Trump sur l’Europe sont inacceptables ; la chancelière Angela Merkel a exprimé le même avis. Les replis tactiques du nouveau président américain ne suffisent pas à rassurer les Européens, pour qui le contexte géopolitique, déjà grave avec l’hostilité de Poutine, le Brexit et la crise migratoire, devient dangereux depuis que Trump menace de chambouler le système d’alliances qui garantissait sa sécurité à l’Union européenne.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.