Terreur tous azimuts

Larrons en foire
(Photo AFP)

La qualité de terroriste est étendue à des personnes qui ne la méritent pas : en Syrie, on dénonce le terrorisme pour mieux assassiner des civils. Ces crimes de masse ne risquent pas d’être sanctionnés quand règne une confusion ardemment alimentée par les chefs d’État eux-mêmes, qu’il s’agisse du président turc ou du président américain.

UN OU DES néo-fascistes ont attaqué une synagogue hier à Halle non loin de Leipzig. Les agresseurs ont sans doute voulu renouveler l’exploit de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, ou des terroristes ont fait un carnage dans une mosquée. A Halle, ils ont trouvé porte close, les quelque 80 fidèles qui célébraient Yom Kippour s’étant barricadés. L’agresseur, dépité, s’est donc contenté de tuer deux passants et de tirer sur un kebab. Il a été arrêté. Non seulement il est antisémite, mais il est bête. Faute de tuer des juifs, on tue n’importe qui.  Ce qui montre bien que nous sommes tous en danger, Français ou Allemands, juifs, musulmans ou catholiques. Et que la première chose à faire pour réduire le nombre des attentats, c’est d’ignorer les motivations des assassins. Celui de Halle a prouvé que le plus important pour lui, c’est de tirer et non de servir une cause.

Nos amis les Kurdes.

L’autre chose à faire, c’est combattre Daech et Al Quaïda là où ils sont. En Syrie, nous (les Occidentaux) avons des alliés, les Kurdes qui ont perdu des milliers de combattants et combattantes dans la guerre contre ces deux centres du terrorisme. Organiser la débandade des Kurdes dans le Nord de la Syrie, c’est s’assurer que les quelque 10 000 terroristes qu’ils détiennent seront libérés et iront dans la nature à la recherche d’un mauvais coup à faire. Ces amis chers, qui paient leur liberté avec leur sang, Donald Trump vient de les laisser tomber. Il a donné le feu vert au président turc, Recep Yassip Erdogan pour qu’il lance une grande offensive contre les Kurdes de Syrie. Il a changé d’avis, mais trop tard. Les blindés et avions turcs ont déjà fait des morts chez les civils. Trump est donc revenu à son idée première, qu’il a justifiée en rappelant que les Kurdes n’ont pas aidé les Américains pendant la seconde guerre mondiale. Ne lui dites pas que, entretemps, de l’eau a coulé sous les ponts, de toute façon, il trouve toujours une raison bizarre pour se justifier.

Lâcheté occidentale.

Quel constat ces faits nous inspirent-ils ? Le constat de l’indifférence, de la duplicité et de la lâcheté de nos dirigeants et de nos peuples. À observer simplement ce qui se passe ici et là, on ne trouve aucune détermination à combattre le terrorisme alors qu’il fait peser sur chacun d’entre nous un danger mortel. Trump n’a pas de mal à souligner que les Européens n’ont qu’à prendre le relais des Américains en Syrie. Emmanuel Macron aura beau réclamer une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, ses efforts resteront lettre morte s’ils ne sont pas accompagnés d’un engagement militaire de l’Europe. Les crimes commis en France, les procès auxquels ils donnent lieu, la réaction de nombreux musulmans qui consiste à dénoncer le durcissement de l’opinion française à leur égard avant même de condamner les terroristes issus de leurs rangs nous rappellent le titre d’une émission de télévision : « Ça se discute ». On discute du terrorisme comme s’il avait des aspects excusables. Un certain Hadama Traoré, ex-candidat aux municipales, voulait qu’hier une grande manifestation fût organisée à la mémoire de Mickaël Harpon ! La folie, le monde à l’envers, la basculement des valeurs qui fait que la vie ne compte plus. Bien sûr, la manifestation n’a pas eu lieu et Traoré a été placé en garde à vue.

Mais pourquoi Traoré devrait-il se taire quand Trump  fait un geste propice à l’extermination des Kurdes ? Les États-Unis ont un président qui se conduit comme un voyou quand il s’agit pour lui d’échapper à la procédure d’impeachment, qui n’a pas le moindre respect pour ses adversaires démocrates, les femmes en premier lieu, et qui change d’avis en une heure sur une question de vie ou de mort concernant des millions de personnes. Cet homme, qui n’arrête pas de bomber le torse, qui a gonflé son budget militaire, ce qui ne lui permet même pas de résister aux manœuvres de la Turquie, qui n’a même pas calculé, pour son pays, les conséquences de l’irruption des Turcs en Syrie, cet homme-là trahit la République qu’il dirige. Et il la déshonore.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Terreur tous azimuts

  1. JULIEN dit :

    Bien vu, cher R. Liscia..- Entre le président Trump qui se conduit comme un voyou, l’Europe impuissante et Erdogan, raciste et malveillant, comment ne pas comprendre que la porte est ouverte à tous les excès, à la manifestation de soutien à Harpon, au massacre des Kurdes, aux manifestations pro nazies en Allemagne. Ne pensez-vous pas que Trump devra rendre compte un jour aux Américains et aux autres démocraties dans le monde de ses comportements irresponsables ? Mais comment ?

    Réponse
    Par une bonne défaite électorale.
    R. L.

  2. Liberty8 dit :

    Trump avait donné son accord à l’Arabie Saoudite et aux Emirats AU pour lancer une offensive terrestre contre le Qatar au moment de la crise du Qatar … avant qu’un de ses conseillers lui rappelle gentiment que la plus grande base américaine de la région se trouvait … au Qatar.
    Cette fois il a pu récupérer la gaffe au dernier moment.
    A voir le documentaire « la guerre des trois princes » sur Arte en rediffusion.
    Trump est un véritable danger public, danger pour la planète en général.
    Merci M. Liscia pour votre blog que j’ai pu retrouver car il a disparu de la page principale du Quotidien du médecin

  3. vultaggio-lucas dit :

    S’agit-il vraiment de lâcheté des Etats occidentaux comme vous l’écrivez en sous-titre ou plutôt comme vous le rajoutez ensuite de « duplicité » de nos dirigeants (et de ceux qui les dirigent)? Le terme « duplicité » est un doux euphémisme comme le serait « hypocrisie » ou « sournoiserie » mais pas « trahison » (envers le peuple kurde). Certes, les intérêts des Etats occidentaux et atlantistes ont plus à attendre de la Turquie quel que soit son dirigeant et sa politique islamique et totalitaire, (OTAN, camps de migrants obligent) que des Kurdes vivants en Irak et ayant combattu « l’hydre islamiste ». Duplicité fait penser à cupidité, allez donc savoir pourquoi ?

    Réponse
    Je vous laisse réfléchir à l’interprétation de ce que j’ai écrit.
    R.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.