Les frondeurs de la REM

Gilles Le Gendre
(Photo AFP)

La députée République en marche de Haute-Savoie, Marion Lenne, a annoncé qu’elle quittait son parti. Au total, une dizaine de députés de la majorité auraient à ce jour abandonné leur appartenance à la REM, de sorte que celle-ci, qui comptait 313 élus au début de la législature n’en a aujourd’hui que 303.

MARION LENNE est en désaccord avec l’exécutif sur le fonctionnement du parti et elle réfléchit à son avenir au sein du groupe. Mais, dit-elle, « je me suis engagée à mener le projet présidentiel à son terme. J’agis donc dans ce sens ». On conviendra qu’il s’agit d’un propos contradictoire, adapté à une démarche qui consiste à avoir un pied dans la majorité et un pied en dehors. C’est le cas de la plupart des députés qui ont quitté la REM. D’autres ne sont pas seulement déconcertés par le fonctionnement de la REM, ils sont en désaccord sur sa politique. Ainsi, la dernière en date à larguer la REM, la députée Jennifer de Temmerman, a « perdu espoir » après les votes de la majorité de la loi asile/immigration et du délai de carence de trois mois appliqué aux migrants pour l’accès aux soins. Là, il s’agit bien d’un différend idéologique.

L’inquiétude de Le Gendre.

Le chef de la majorité à l’Assemblée, Gilles Le Gendre, aurait écrit au chef de l’État pour lui signaler son inquiétude face à ces défections. On devine un malaise assez profond au sein de la REM, pour toutes sortes de raisons : le mouvement serait trop à droite, pas assez à gauche en tout cas, il serait trop libéral, pas assez impliqué dans la lutte contre la précarité. Si M. Le Gendre perçoit le malaise, cela signifie qu’il craint de nouvelles défections qui feraient une peau de chagrin de la REM. Tout cela n’est pas nouveau : président entre 2012 et 2017, François Hollande a été le premier à faire la très désagréable expérience de voir nombre d’élus socialistes se dresser contre lui. On les appelait les frondeurs et ils ont rendu sa vie misérable. Ils n’ont pas empêché les réformes, notamment celle du code du travail, qu’ils exécraient, mais ils ont coulé le PS qui, aux élections de 2017, a fondu comme neige au soleil. Aujourd’hui encore, il ne parvient pas à guérir, à se redresser, à trouver un chef et tous les anciens frondeurs, sauf un, ont perdu leur mandat aux élections législatives de 2017.  On peut donc relativiser le mouvement qui se dessine au seuil de la République en marche, mais il faut reconnaître qu’il est propre à saper la base du parti.

Macron serein.

Toutes choses qui ne semblent pas émouvoir excessivement Emmanuel Macron ; il se refuse officiellement à participer à la cuisine politicienne et conserve une majorité enviable grâce aux troupes de François Bayrou (MoDem), lesquelles semblent mieux se faire entendre que les députés perplexes de la REM. Le président n’a pas tout à fait tort de négliger un phénomène qui n’a pas beaucoup de sens à deux ans de la fin de son mandat et des élections générales. La majorité peut, sans problème, perdre quelques députés, elle n’en restera pas moins majoritaire. Même les députés de la REM les plus déçus ont eu le temps d’observer la mésaventure des frondeurs socialistes, qui ont à peu près tout fait pour  détruire politiquement non seulement le PS mais aussi la gauche, laquelle n’a trouvé refuge que chez Jean-Luc Mélenchon. Il faudra des années pour que les socialistes se relèvent de leur déroute d’il y a deux ans. Un calcul tactique, mais individuel, n’aboutit pas nécessairement à un succès : les frondeurs ont certes eu la peau de Hollande, mais ils l’ont accompagné dans la défaite et, en tant que citoyens lambda, ils ont eu, à la place d’un président socialiste, un Macron très libéral. Ils ont donc échoué dans leur carrière et dans leur objectif.

RICHARD LISCIA

PS-La députée Pascale Fontenel-Personne a annoncé aujourd’hui son départ de la REM.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.