L’année de tous les changements

Un homme, une voix
(Photo AFP)

À l’occasion de ce dernier blog de l’année, tentons de nous arracher aux polémiques électorales et aux discours au vitriol. Prenons de la hauteur. Rappelons-nous que nos vies dépendent étroitement de l’évolution de la politique.

L’ÉVÉNEMENT de 2021 n’est autre que la désignation de Valérie Pécresse comme candidate des Républicains à l’élection présidentielle de 2022. Elle brise la fatalité d’un duel Macron-Le Pen, elle oppose deux démocrates qui ne font courir aucun risque au système qui nous régit, qui est décrié, mais qui, face aux crises, protège la stabilité du pays. Mme Pécressse nous apporte une alternative à l’ascension si puissante de l’extrême droite. Contrairement à la violence des propos tenus par les uns et par les autres, au triomphalisme des Le Pen et Zemmour, à l’accès de faiblesse historique de la gauche, l’offre politique actuelle est désormais riche et sûre.

Fillon reste la référence.

Cependant, les Républicains, qui en 2017, ont accueilli la candidature d’Emmanuel Macron comme une sorte de larcin institutionnel, n’ont pas fait leur aggiornamento. Quelques-uns de leurs chefs, notamment Éric Ciotti, tentent de peser sur le cours idéologique de LR. Il n’y a pas si longtemps, M. Ciotti disait qu’il voterait Zemmour au second tour ; aujourd’hui, c’est uniquement par opportunisme qu’il change d’avis et vote Pécresse. Plus grave encore, Mme Pécresse continue à se référer à François Fillon et ses idées sont puisées en partie dans le programme de l’ancien Premier ministre. Ce qui nous promet, si elle est élue, une crise sociale dont la France n’a ni le besoin ni l’envie. La campagne électorale est déjà ardente, mais nous avons quatre mois pour soupeser les propositions de chaque candidat. En réalité, le choix, tout au moins au premier tour, n’est pas entre Valérie Pécresse et Emmanuel Macron, mais entre les aspirants au totalitarisme de droite ou de gauche, et les démocrates sincères et imperturbables.

Construire des boucliers.

Vous avez tous remarqué que le travail politique n’est jamais terminé. On peut se battre sur les réformes, mais elles sont à la fois indispensables et permanentes. Il n’existe pas de voie royale où il suffirait d’expédier les affaires courantes. La direction d’un pays, c’est à la fois changer ce qui ne marche plus et faire face aux crises qui montent comme autant d’agresseurs voués à nous affaiblir et même à nous détruire. Nous sommes dans un monde où non seulement nous devons être vigilants avec les régimes autoritaires, mais construire des boucliers contre l’épidémie, le réchauffement climatique, les inégalités sociales, les divisions qui minent la stabilité de notre pays, dont les institutions actuelles apparaissent comme des protections solides.

Le risque de guerre civile.

Je ne doute pas de la nature de l’effort, il est colossal. Je comprends qu’il exige des sacrifices peu enthousiasmants. Mais ceux-ci sont les garants de la paix. Laissons-nous emporter par le discours cataclysmique et nous aurons en France une guerre civile. Elle couve dans notre société en même temps que se déploient secrètement le refus de la fatalité et la volonté d’écarter les menaces les plus graves. Les enquêtes d’opinion et les tribunes dans les journaux ne décrivent rien des intentions de la majorité silencieuse, des intellectuels qui se dressent contre la vulgarité et la cruauté, des femmes et des hommes qui se dévouent à leur cause non par le verbe mais par leur travail humble et quotidien. Le choix n’est pas entre deux tendances semblables, mais en conflit. Il est dans la continuité de la réforme. Il n’est pas entre la stabilité et l’aventure, il est de forger l’avenir.

Voilà pour aujourd’hui et les trois semaines qui viennent. Je vous souhaite à tous de bonnes fêtes de fin de l’année et je vous retrouverai, si vous êtes intéressés, en début d’année prochaine.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to L’année de tous les changements

  1. Dr Francois Compan dit :

    Zemmour un résistant de la première heure , nous alerte de toutes ses forces .

  2. guinard dit :

    Bonnes fêtes à vous aussi, et à l’année prochaine avec grand plaisir.
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.