75 % : l’acharnement

Cahuzac, ministre du Budget
(Photo AFP)

Pour 2013, c’est raté : la taxe à 75 % sur les revenus supérieurs à 1 million d’euros ne sera pas appliquée, à cause du refus du Conseil constitutionnel. Le gouvernement n’entend pas pour autant y renoncer. Mieux : il prépare un projet de loi, invulnérable aux décisions du Conseil, pour réinstaurer la taxe et la pérenniser. Elle devait durer deux ans, elle sera permanente.

NOS DIRIGEANTS ont donc pris le risque d’accroître le mécontentement des chefs d’entreprise au nom d’un égalitarisme peu propice à la création d’emplois, comme s’ils avaient un compte à régler avec le Conseil. En réalité, cette taxe, qui ne rapporte pas de quoi entamer sérieusement les déficits publics, constitue une sorte de cri de ralliement, une caution de gauche destinée à faire taire la surenchère des mélenchonistes et des communistes. On fait de la politique au détriment des perspectives économiques.

Stabilité fiscale.

Simultanément, le gouvernement envoie un message qui se veut rassurant : après la mise en oeuvre de la taxe à 75 %, la fiscalité ne bougera plus pendant le restant du quinquennat, manière d’annoncer la fin des incertitudes qui ont déjà causé tant de mal ; elle a été saluée par Jacques Attali. Nous serions donc proches de la stabilité, mais, bien sûr, à un niveau de fiscalité très élevé. Les frasques de Gérard Depardieu, révolté contre les attaques lancées contre lui par le Premier ministre, ne sont pas étrangères au durcissement de la fiscalité : son comportement n’est nullement populaire. Il a donné son aval à un régime cynique qu’il présente scandaleusement comme une démocratie. Vladimir Poutine, qui envoie les Pussy Riot en camp de travail, s’est enrichi personnellement au-delà de la plus extrêmes des corruptions, ne fait pas la lumière sur les assassinats de journalistes, riposte à la contestation par la reconstitution du goulag, trouve en Depardieu le moyen d’humilier la France, autre pays occidental honni, et se livre avec lui à l’un de ces festivals d’hypocrisie dont il a le secret. À nos yeux, l’acteur est disqualifié, au même titre que son ami russe.

Un peu de stabilité fiscale ne saurait nuire, mais un système d’impôts adapté à la concurrence et favorisant l’expansion des entreprises serait bien plus utile. On n’en prend pas le chemin. Les Français, qui assistent à la mise en place de méthodes punitives, se moquent bien de savoir si elles ont pour objectif de satisfaire les revendications des fractions les plus à gauche de l’éventail politique. Ils constatent que le gouvernement est toujours tiraillé entre la raison, la nécessité d’accroître nos chances à l’exportation et d’arrêter net la désindustrialisation, et la passion, les soupçons que lui inspire le Conseil constitutionnel et le recours aux vieilles méthodes de la gauche archaïque.  Cette querelle, une de plus, ouverte stupidement avec une droite qui ne demande qu’à en découdre, est contreproductive.

Prendre les gens pour des imbéciles.

La taxe à 75 % ne concerne que très peu (2 000 ou un peu plus) de privilégiés. Rallumer la lutte des classes alors que le bouc émissaire est constitué de 2 000 foyers, c’est prendre les gens pour des imbéciles. Il y aura certes des malheureux et des précaires pour s’en réjouir, même si l’argent prélevé sur les ménages les plus riches ne tombe pas dans l’escarcelle des plus pauvres. Ainsi va la démagogie. Mais le message envoyé à l’opinion et, surtout, aux acteurs du développement économique, est que, décidément, ce gouvernement est indécrottable. Le Conseil constitutionnel donnait à François Hollande un bon prétexte pour se dégager de sa promesse électorale la plus insoutenable. Le chef de l’État fait exactement le contraire : il s’enfonce dans l’erreur. Nous nous garderons bien de jouer les Cassandre et d’annoncer l’ère du découragement national. Mais que le gouvernement ne soit pas surpris si, ayant adopté des mesures irrationnelles, il en récolte les conséquences négatives.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to 75 % : l’acharnement

  1. Nicolas dit :

    2000 familles auront un impôt a 75%, c’est également le nombre de familles concernées par la théorie du gendler. Le message est simple: si une loi est nécessaire pour imposer les idées de groupe marginaux, ce gouvernement les fera, au mépris des souffrances engendrées. Pour info, Depardieu n’est qu’un pauvre être qui souffre du suicide de son fils. Les homosexuels existent, c’est un fait, mais la plupart sont équilibrés, les autres sont en grande souffranceà la suite de traumatismes antérieurs, mais rares sont ceux en demande de cette future loi absurde.
    Merci pour cette ouverture de parole.

  2. GUILLOT dit :

    Personnellement, je crois aux symboles!
    Qu’on demande aux plus riches de ce pays jusqu’alors protégés par le bouclier fiscal sarkozyste de consentir à un effort exceptionnel n’a rien de choquant; c’est tout simplement un appel au civisme et à la solidarité nationale en ces temps de crise terrible pour l’emploi.
    Il faut stopper l’amalgame stupide consistant à croire qu’on leur vole 75 % de leur revenu! Non simplement on impose à 75 % ce qui excède la tranche la plus élevée.
    Qu’un grossier personnage comme Depardieu veuille humilier la France avec la complicité de son ami Vladimir est tout simplement consternant de bêtise et ne va pas contribuer à entretenir sa popularité dans le bon sens! Quand on voit que B.B. réclame aussi son passeport russe à cause des éléphants présumés tuberculeux de Lyon, on croit rêver, car M. Poutine est connu pour être un grand chasseur!

  3. LEFEBVRE dit :

    La démagogie que vous évoquez, noyée dans un propos édulcorant, caractérise aussi (avec l’imposture) les conditions de l’élection du chef de l’Etat francais: séduction des envieux, complaisance entretenue pour certaines minorités, dénégation de la crise, etc.
    Le « Quotidien » s’adresse à une profession dont le système de retraite sous tutelle de l’État se dérobe déjà! Compliments à l’inventeur de la retraite à 60 ans démocratiquement élu aussi.
    Grâce à une alliance avec les « géniteurs » de l’actuelle oligarchie russe.
    Je comprends que vous ne mettiez pas « les pieds dans le plat »aussi crument.
    Mais de là à utiliser la démocratie russe comme diversion en faveur de la démocratie française, comme la majorité de vos confrères militants de gauche, vous me faites peine (comme disait ma grand’mére).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.