Le pape démissionne

Benoît XVI sera parti le 28 février
(Photo AFP)

Pape depuis plus de sept ans, Benoît XVI a annoncé ce matin sa démission pour le 28 février. Il explique sa décision par son grand âge et par sa fatigue qui, selon lui, ne lui permettraient plus d’exercer son sacerdoce comme il convient. Âgé de 85 ans, Joseph Ratzinger était devenu pape à 78 ans, le 19 avril 2005.

COMME FRANÇOIS HOLLANDE, on verra dans la brusque et presque immédiate démission de Benoît XVI, un acte d’humilité et de courage qui devrait inspirer tous ceux qui s’accrochent désespérément au pouvoir exécutif, en politique ou dans les affaires, même quand ils n’ont plus les moyens physiques ou intellectuels de l’exercer. Le départ de Benoît XVI est d’ailleurs ce qui transcendera un pontificat qui a souffert de la comparaison avec celui de Jean-Paul II, son prédécesseur, et a ramené l’Eglise catholique au conservatisme en repoussant toute concession à la contraception, à l’avortement, à l’euthanasie, à l’homosexualité.

Quelques erreurs.

Ce raidissement de l’Église a entraîné de vives protestations chez les catholiques, de France notamment, d’autant que Joseph Ratzinger a réglé le problème de la pédophilie au sein de l’Église par une simple condamnation de principe et par une demande de pardon plutôt formelle, qu’il a levé l’excommunication de quatre évêques intégristes, qu’il a, à Ratisbonne, prononcé des mots qui ont soulevé l’ire du monde musulman et que, bien malgré lui, il a eu à gérer le scandale de la fuite de documents confidentiels du Vatican, ainsi que  l’arrestation de son propre majordome. Il se consacrait presque complètement à la sauvegarde de l’institution sans souhaiter, comme Jean-Paul II, associer l’Église à l’évolution des moeurs et de la société. Loin de nourrir l’ambition de transformer le catholicisme, il a développé le contenu de la foi et appelé le clergé au retour au message de Jésus. Pure déformation professionnelle : pendant 24 ans, il a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la foi.

La démission d’un pape est pratiquement sans précédent. Elle n’a pas manqué de provoquer une émotion immense au Vatican et dans le monde. Benoît XVI, en effet, n’a pas laissé beaucoup de temps aux cardinaux pour organiser un conclave et élire un nouveau pape. On peut imaginer que le temps du Vatican n’étant pas celui du souverain pontife, le monde catholique sera privé de pape pendant quelques semaines ou même quelques mois. Mais le délai exigé par l’élection est moins important que le parcours et les convictions du prochain pape. Non seulement le Saint-Père part brutalement, mais il ne semble pas avoir pris de dispositions pour assurer sa succession, ni souhaité laisser une trace historique de son pontificat, ni exiger que les dogmes auxquels il est attaché soient maintenus.

RICHARD LISCIA

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Le pape démissionne

  1. LE BAS dit :

    Le renoncement du Pape est une décision trés courageuse; ne pouvant plus assumer, il passe la main;
    cela devrait donner l’exemple à de nombreux hommes politiques pour qu’ils fassent la même chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.