Écoutes : excès américains

Edward Snowden
(Photo AFP)

Révélées par « le Monde » de lundi, les écoutes  des transmissions françaises par les États-Unis sont indéfendables. Edward Snowden, lanceur d’alerte américain réfugié en Russie, a passé au journal français des documents innombrables démontrant que la surveillance par l’Amérique de nos conversations téléphoniques, courriels et autres échanges est massive et n’épargne aucun d’entre nous. Le gouvernement français était donc dans l’obligation de réagir avec fermeté. 

BARACK OBAMA a eu lundi soir une conversation téléphonique avec François Hollande au cours de laquelle il a tenté de minimiser l’impact des écoutes réalisées par le NSA (National Security Agency). Le chef de l’État ne lui a pas caché son courroux. Mais M. Obama sait que son homologue français réagissait moins au scandale lui-même qu’à la nécessité de protester, dès lors que l’ampleur du « crime » avait été révélée. On ne s’espionne pas entre amis, nous disent des experts, sauf qu’ils cachent l’autre aspect de l’affaire, à savoir que tout le monde écoute tout le monde et que la France aussi se livre à un exercice identique, comme Bernard Kouchner le soulignait ce matin. La différence, c’est que l’Amérique a de très gros moyens et qu’elle écoute beaucoup plus.

Méthodes douteuses.

Elle écoute même au-delà de ses impératifs de sécurité puisqu’elle espionne les entreprises françaises. Qu’on ne nous dise pas toutefois que nous n’espionnons pas les entreprises américaines. L’opinion jugera ces méthodes douteuses et étranges, mais la réalité est que l’amitié ou la communauté d’intérêts n’empêchent pas une forme d’indiscrétion partagée par beaucoup de pays. Il est bon que « le Monde » fasse son travail d’information et il est logique que, contrairement aux Américains, nous percevions M. Snowden comme un homme qui contribue à l’établissement de la vérité plutôt que comme un traître. Il n’est pas sûr pour autant qu’un Snowden français nous conviendrait. Nous penserions, comme l’opinion américaine, qu’il contribue à l’affaiblissement des positions de la France.

M. Snowden est peut-être un idéaliste, mais il s’est mis dans un piège inextricable. Il s’est enfui parce qu’il n’a jamais cru que ses concitoyens et la justice fédérale épouseraient sa thèse, à savoir qu’il n’est guidé que par le combat contre les forces obscures de son pays. S’il était à ce point attaché aux libertés, il n’aurait pas songé, dans un premier temps, à trouver asile au Venezuela, pays où, comme chacun sait, règne une démocratie exemplaire. Et à rester à Moscou où Vladimir Poutine risque, à tout instant, de lui extorquer ses secrets (si ce n’est déjà fait) et où il est déjà manipulé, M. Poutine se glorifiant d’abriter un homme de bien qui préfèrerait le paradis russe à l’enfer américain.

C’est la vie privée qui trinque.

On ne rejoindra pas davantage la thèse en vertu de laquelle Internet est un immense véhicule des libertés et ne comporterait aucun danger. Avant même que la NSA nous écoute, des quantités de malandrins se servent d’Internet pour tricher, voler, escroquer les gens honnêtes, pour déverser des ras-de-marée de haine, de racisme et de xénophobie, pour diffamer des personnes dont la seule erreur aura été d’exprimer une opinion, pour condamner à toutes sortes de tourments des internautes dont la tête ne revient pas à d’autres internautes, sûrs qu’ils sont de bénéficier de l’impunité en dépit des garde-fous, des règlements et des mots de passe. On exprime avec grandiloquence son attachement à la protection de la vie privée alors que, dans le même temps, des gens usurpent notre identité ou transforment en boucs émissaires des citoyens innocents. La colère la plus saine est celle qui ne vise pas un seul coupable, mais tous ceux qui contribuent à la dégradation alarmante d’un système, naguère conçu pour nous faciliter la vie.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Écoutes : excès américains

  1. LECRU JEAN dit :

    Vous oubliez aussi la chronologie des événements, après la calamiteuse intervention de notre président samedi sur l’affaire Leonarda. Le journal « le Monde » a dévoilé sa prétendue nouvelle information sur les écoutes américaines. Alors, écrans de fumée, connivence, bref, il y a beaucoup à dire sur la communication de ce gouvernement. Il ferait mieux d’écouter les Français et la colère qui gronde.

  2. A3ro dit :

    Bah, Internet n’est ni meilleur ni pire que le reste des inventions humaines, il y a du très bon et du très mauvais. Il est vrai que le respect de la vie privée prend quelques coups en ce moment. Mais tant que l’immense majorité des gens ne s’est pas frotté directement aux dangers potentiels que cela implique, ça ne risque pas de s’arrêter. Il serait peut être bon de sensibiliser la jeune génération à ça, elle qui n’a vécu qu’avec MSN, Facebook, et autres et qui n’a aucun scrupule à répandre ses états d’âmes en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.