L’affaire Thévenoud


Simple « négligence »
(Photo AFP)

Thomas Thévenoud est cet éphémère secrétaire d’État au Commerce extérieur qui a été évincé du gouvernement parce qu’il a tardé, à plusieurs reprises, de payer ses impôts. Il n’en a pas moins refusé de quitter son siège à l’Assemblée (il est député de Saône-et-Loire) et personne ne peut le forcer à le faire. Il devra néanmoins se trouver une place en dehors des bancs socialistes dans l’hémicycle.

L’AFFAIRE Thévenoud n’est pas aussi grave que l’affaire Cahuzac mais elle contribue à laisser croire au bon peuple que, décidément, les élus sont différents de nous : ils ne paient pas toujours leurs impôts. M. Thévenoud, lui, a fini par les payer, et l’administration fiscale ne lui a pas appliqué un traitement particulier. Elle l’a relancé jusqu’à ce qu’il paie. Victime collatérale de l’affaire, Mme Thévenoud, collaboratrice du président du Sénat, Jean-Pierre Bel, a dû démissionner. Forcément : sa déclaration annuelle de revenus ne faisait qu’une avec celle de son mari.

Puritanisme fiscal.

La succession des affaires, à gauche et à droite, entraîne-t-elle un nouveau puritanisme qui conduit les élus à s’acharner avec une violence excessive contre les brebis galeuses ? On commencerait à le croire si on ne se demandait pas en même temps combien d’élus sont dans le cas de M. Thévenoud (ou de M. Cahuzac). Car M. Thévenoud, qui a occupé diverses fonctions avant celle, très brève, de secrétaire d’État, s’était montré particulièrement sévère contre M. Cahuzac au moment où celui-ci fut confondu. C’est terrible parce que, du coup, on se demande si les détracteurs acharnés de M. Thévenoud ne sont pas eux aussi des gens qui cachent bien leur jeu.

Aucune indulgence.

On ne tirera de cette multiplicité de mésaventures qui se produisent à gauche autant qu’à droite aucune indulgence pour la classe politique. Elles n’ont d’ailleurs pas toutes le même degré de gravité, mais toutes démontrent que, par ces temps très troublés, il vaut mieux que les candidats à un poste électif soient certains de leur totale probité avant de se présenter. C’est une question des responsabilité. M. Thévenoud n’est peut-être pas malhonnête mais il est irresponsable (il n’aurait jamais dû accepter sa nomination au gouvernement) et à ce titre, il ne peut gérer aucun dossier public. Stéphane Le Foll, ministre de M. Valls, se désolait ce matin : « Mais comment peuvent-ils se regarder dans la glace ? », se demandait-il. Le député de Saône-et-Loire pensait certainement qu’un retard répétitif dans le paiement de ses impôts ne constituait pas un crime irréparable, ce en quoi il s’est lourdement trompé parce que la conjoncture sociale et politique, que d’aucuns considèrent comme pré-révolutionnaire, n’encourage pas l’indulgence populaire. À mesure qu’augmentent les inégalités, à mesure que s’accroît la souffrance populaire, la notion même du plus petit privilège (pour autant que M. Thévenoud en ait bénéficié, ce qui ne semble pas être le cas) est ressentie comme affreusement injuste. Surtout par ceux qui paient leurs impôts rubis sur l’ongle alors qu’ils ont du mal à boucler leurs fins de mois.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 Responses to L’affaire Thévenoud

  1. Dr Delahousse dit :

    Arrogante, culottée et malhonnête, décidément la classe politique donne la nausée aux plus tolérants d’entre nous, et une incitation à descendre dans la rue aux plus découragés.

  2. LECRU JEAN dit :

    Depuis deux ans et demi, nous sommes gouvernés par une gauche irréprochable (sic) et que dirige une personnalité qui n’est pas à sa place.Avec M. Sarkozy, nous avions cru comprendre que n’importe qui, dixit encore la gauche, pouvait devenir président ; mais maintenant nous savons que nous sommes dirigés par n’importe quoi: méconnaissance des mécanismes économiques élémentaires (fuite des capitaux, frilosité des épargnants, refus des lois naturelles (mariage garant de la filiation abcd de l’égalité toujours dans le but de promouvoir les LGBT).Nous voici donc dirigés par des dérives médiatiques :tant que nous parlons de cela, on amuse l’électeur. Mais les Français ont du bon sens, il suffit de voir toutes les municipalités qui ont viré de bord aux dernières elections avec cette poussée du FN. Allez, merci la gauche. Et là dessus, le député qui ne déclare pas ses revenus pendant trois ans, ne paie pas son loyer et ses PV. Son epouse est l’assistante du président du Sénat,le transparent Jean-Pierre Bel; alors, pas de protection, pas de passe-droit, pas de prébende; tout baigne dans les services fiscaux. Elle est pas belle, la vie ?

  3. GASSER dit :

    Ces révélations et vols sont plus visibles qu’avant. Ce qu’il faut corriger,c’est la cupidité, et intensifier la détection des voleurs. Obliger les fraudeurs politiques à faire des excuses publiques car ils se moquent du peuple .

    • thomas dit :

      Les excuses ne suffisent pas, les fraudeurs devraient être inéligibles pendant quelques années et perdre toutes leurs indemnités pendant ce temps… Cela les ferait sûrement réfléchir !

  4. A3ro dit :

    Bah, soyons honnête, la classe politique n’est ni plus ni moins malhonnête que le reste de la société. Il y a des fraudeurs et des gens honnêtes. Les politiques ne sont pas « tous pourris », ni tous irréprochables, comme toute catégorie de population.

    Mais ce n’est pas suffisant. Quand on aspire a des responsabilités, qu’on va demander des sacrifices au gens et gérer de l’argent public, il faut être sans tâche et avoir un minimum de décence, d’honneur, et d’honnêteté intellectuelle. Comme Stephane Le Foll le disait, comment peut on se regarder dans une glace lorsqu’on est pas en règle et qu’on va exiger des impôts à la population ? Ça, pour le coup, ce n’est simplement pas acceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.