Politique de la futilité

Ségolène, telle qu’en elle-même
(Photo AFP)

Ministre de l’Écologie, Ségolène Royal peut se targuer de nous avoir concocté une loi de transition  énergétique qui a réuni autour d’elle une sorte de consensus, au moins à gauche : elle a été votée à l’Assemblée par les socialistes et par les Verts, enfin  réconciliés sur ce point capital. Belle victoire pour l’ancienne candidate à la présidence, qui, il y a à peine quelques jours, a été critiquée pour avoir abandonné l’écotaxe. Il a fallu, malheureusement, qu’elle en rajoute : elle a proposé hier de supprimer les péages autoroutiers pendant le week end.

SA PROPOSITION a fait long feu, le Premier ministre estimant qu’une telle disposition ne pouvait être envisagée. Dans la majorité comme dans l’opposition, à peu près tout le monde pense que la mesure est inapplicable. À cette hostilité, tout aussi consensuelle que le soutien à la loi sur la transition énergétique, il y a sans doute plusieurs raisons : l’encouragement peu soucieux de l’environnement à utiliser la voiture ; le fait qu’une baisse des recettes du péage n’a rien à voir avec l’insuffisance des rentrées fiscales de l’État ; et, bien sûr, le comportement de Mme Royal, qui lance des idées aux médias sans consulter personne, comme si elle gouvernait seule. Comme on l’a compris, ce n’est pas le cas et Manuel Valls a eu le dernier mot. Pour l’instant, Delphine Batho, qui a précédé Mme Royal à l’Écologie, a fait le meilleur commentaire.  Ségolène Royal « a parlé avec beaucoup de légèreté », a dit Mme Batho. « Beaucoup de Français sont fatigués de ces annonces, annoncées le matin, contredites l’après-midi ».

Une idée par jour.

À la décharge de la ministre, on dira qu’elle n’est pas seule à pratiquer cet étrange exercice qui, en somme, consiste à parler pour ne rien dire. Le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, garçon par ailleurs dynamique, s’est spécialisé dans ce métier, par exemple quand il a annoncé une nouvelle réforme de l’assurance-chômage jusqu’à ce que François Hollande en écarte le projet. Il ne faudrait pas que la politique du gouvernement, déjà fort contestée, se limite à la parole. Jeter des idées en pâture au public n’a d’intérêt que si elles sont approuvées par l’exécutif et si l’intention est d’amorcer une réforme nécessaire. M. Macron, aujourd’hui, a eu son étincelle quotidienne : il propose de relancer le transport par autocar, moins coûteux que le train, mais sûrement pas plus écologique et sûr que lui. A-t-il l’aval de M. Valls ? On n’en sait rien, mais il pourrait être démenti dans une heure ou deux.

Pas le sujet.

On mesure la distance qui sépare les problèmes économiques et sociaux du pays, et la façon dont ils sont gérés par le gouvernement. Je ne sais pas s’il faut supprimer les péages les samedis et dimanches, je ne sais pas si l’autocar est le moyen de transport le plus adéquat, mais je sais que notre projet de budget est « insincère », qu’il n’enthousiasme guère la représentation nationale, que la Commission de Bruxelles et le gouvernement allemand sont prodigieusement agacés parce que, devant les difficultés, la France baisse les bras depuis au moins dix ans, que le chômage continue son ascension sans que l’on puisse espérer un répit prochain, que les agences de notation vont encore abaisser la note française, que la déflation menace, et que ni l’autocar ni les péages autoroutiers ne sont au coeur des solutions que nous devons rechercher. Tout le monde sait que Ségolène Royal, ancienne candidate à la présidence, ancienne compagne de qui vous savez, souhaite se tailler une place à part au sein du gouvernement et que M. Macron, avec d’autres, comme naguère Arnaud Montebourg qui promettait de mettre « six milliards dans la poche des Français » en réformant les professions réglementées, ce qu’il n’a pas eu le temps de faire puisqu’il a été limogé, a besoin de démontrer en quoi il est le jeune homme exceptionnel et irrésistible que M. Hollande s’est fait un devoir de recruter. Mais ce n’est pas le sujet.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.