Mort d’un P-DG

Un patron très admiré
(Photo DR)

Le P-DG de Total, Christophe de Margerie, est mort à 63 ans dans l’accident de l’avion qui, dans la nuit de lundi à mardi, le ramenait de Moscou à Paris. Toute la classe politique lui fait une oraison funèbre plus qu’élogieuse, y compris à gauche et chez les Verts.  Il laisse en effet le souvenir d’un grand capitaine d’industrie qui a fait de son entreprise l’une des plus puissantes du monde.

CHRISTOPHE DE MARGERIE était perçu comme un patron  dynamique, actif, voué au succès de son entreprise. Total (190 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 9 milliards de bénéfices) est en effet, dans un pays qui n’a pas une goutte de pétrole, une société en pleine forme, capable de rivaliser avec les majors anglo-saxonnes. On a, bien sûr, une pensée pour sa famille et pour l’équipage (deux pilotes et une hôtesse) et on dressera un bilan positif de son action. Il n’avait accédé qu’en 2010 à la présidence de Total, et il lui a apporté un rayonnement international. Certes, il ne s’embarrassait pas de scrupules : il rentrait de Moscou, où Vladimir Poutine était son ami, il n’hésitait pas à aller prospecter l’or noir dans des contrées sous dictature, comme la Birmanie, ou en Afrique. De plus, une compagnie aussi puissante, c’est un éléphant dans un magasin de porcelaine, comme en témoignent l’explosion d’AZF à Toulouse et le naufrage de l’Erika. Mais aucune considération de morale politique ne devait freiner l’expansion de sa société.

Un concert d’éloges.

Il est donc surprenant que sa mort brutale déclenche un concert d’éloges et de louanges. Le président de la République, le Premier ministre, le ministre de l’Économie ont tous trois dressé de lui un portrait positif. Même José Bové, l’ardent écologiste, entretenait avec lui une relation plutôt amicale.  C’était, il est vrai, un personnage haut en couleurs (il portait une énorme moustache) et capable, surtout, de dire ce qu’il pensait avec la plus grande sincérité. Il était favorable à l’exploitation du gaz de schiste, ce qui aurait dû faire de lui un épouvantail pour les écologistes. Mais même ses adversaires reconnaissent qu’il avait le souci de la bonne santé de son entreprise et de ses quelque cent mille salariés, dont la moitié en France.

Un professionnel.

Si son décès doit apporter au pays un héritage utile, c’est la notion que chacun d’entre nous dans sa partie doit contribuer à l’excellence nationale. M. de Margerie avait un métier, celui de pétrolier, et il l’exerçait aussi bien que possible. Ce qui explique le sentiment de perte qu’éprouveront les Français. Mais le plus important est qu’il avait une vision. Une entreprise ne peut pas se contenter de chercher du pétrole et d’en vendre. Elle doit assurer l’approvisionnement en énergie du pays. Elle doit prévoir l’avenir. Elle doit penser aux énergies renouvelables. Elle doit contribuer de cette manière à la sécurité des citoyens. De ce point de vue, Christophe de Margerie était doué, il avait le sens du futur, il y préparait Total en permanence. Si un parti ou des journalistes sont en droit de condamner la politique d’un gouvernement étranger, le respect de l’éthique par une multinationale risque de la conduire à de sérieux échecs. Chacun son travail.

Je ne sais pas si la gauche séduite par cet entrepreneur hors pair fait cette analyse. Je crois qu’au fond d’elle-même elle commence à comprendre que le discours sur la perversité des entreprises et des patrons devient complètement obsolète et même dangereux pour l’emploi. Et que la disparition subite de Christophe de Margerie devrait être pour la gauche l’occasion de réfléchir à la méfiance atavique que l’entreprise continue de lui inspirer. Ce sont des hommes de cette trempe qui nous sortiront de l’ornière et non des personnages dépassés, plongés dans des combats perdus qu’ils livrent au nom d’une illusoire égalité.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.