Hollande: les points sur les i

Hollande ce matin  (Photo AFP)

Hollande ce matin
(Photo AFP)

François Hollande s’est efforcé aujourd’hui de remettre dans leur contexte les sujets d’actualité qui soulèvent en ce moment tant d’émotion. Par exemple, s’il a insisté sur les devoirs de la France en matière de droit d’asile, il n’a pas rejoint l’enthousiasme qui s’exprime en Allemagne au sujet de l’accueil des réfugiés.

LA REPONSE, a dit le chef de l’Etat, est européenne et elle va prendre la forme d’un plan global à l’échelle du continent. Le président n’a pas voulu céder au mouvement qui a été déclenché par la diffusion de la photo d’un enfant mort sur une plage turque, même s’il n’en nie pas la charge émotive. Il donne un ordre de grandeur de l’effort français en faveur des réfugiés, soit 60 000 demandeurs d’asile sur notre territoire cette année. Il est conscient du refus de certains pays européens d’ouvrir leurs frontières aux réfugiés et c’est pourquoi il réclame un mécanisme de répartition obligatoire. Cela dit, la confusion règne au sujet du nombre d’immigrés, clandestins ou non. De sorte que les chiffres mentionnés par le président risquent d’être rapidement revus à la hausse. En outre, personne ne sait quand cet afflux d’étrangers se tarira.

Le survol de la Syrie.

Comme prévu, M. Hollande a annoncé que, dès demain, des avions militaires français procèderont à des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie ; si des objectifs sont identifiés, ils seront bombardés par l’aviation française. La majorité des réfugiés vient de Syrie et l’une des réponses à ce phénomène serait de rétablir un semblant d’ordre dans la région, en attaquant l’Etat islamique, responsable principal de l’exode des Syriens. Il n’est pas question d’envoyer des troupes au sol et des solutions politiques doivent être négociées, avec l’Iran et la Russie notamment. On devine donc que le rôle militaire de la France dans cette région du monde va rester limité.
Le président a reconnu que la grande conférence mondiale sur l’environnement, qui se réunira en décembre à Paris, a du plomb dans l’aile, beaucoup de pays n’ayant pris, à ce jour, aucun engagement financier, alors qu’un budget de 100 milliards de dollars, d’ici à 2020, est indispensable pour réduire les gaz à effet de serre. M. Hollande a confirmé que les impôts baiseraient de 2 milliards dans le prochain budget. Il a confirmé la retenue de l’impôt à la source en 2017 et envisagé une réforme fiscale pour plus tard, après son mandat.

Le calme du président.

Dans son tableau général, le président ne s’est livré à aucun effet d’annonce fracassant et s’est posé plutôt en calme gestionnaire des crises. Il a éludé les questions sur son avenir politique en insistant sur les tâches du présent. On peut même dire qu’il a réussi à réformer sa propre liturgie médiatique, puisque sa conférence de presse n’a duré que deux heures, ce qui est encore long par rapport aux conférences de presse analogues dans les pays étrangers. Certes, cette réunion avec les journalistes n’a lieu que deux fois par an et elle permet, grâce au temps qui lui est dévolu, de parcourir la plupart des sujets. L’exercice reste néanmoins encore fastidieux, avec, pendant la dernière demi-heure, des questions d’intérêt limité et des réponses moins utiles.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Hollande: les points sur les i

  1. Liscia st un très bon journaliste et son éditorial toujours intéressant car il peut s’offrir le luxe de se détacher des partis-pris puisque le QDM s’adresse aux professions de santé médicales, dont l’hétérogénéité politique est grande et mouvante.
    Il faudrait que Hollande, comme les politiciens en général, arrête de balancer des milliards dans ses discours. Ces sommes ne veulent rien dire et obscurcissent le débat. Je me souviens d’un débat politique où l’unité milliard d’euros était balancée comme cela dans la désinvolture: « Quatre milliards, à un ou deux près ». C’est dire combien la finance monétarisée à l’heure de la vitesse astronomique est une insupportable fumisterie.
    Encore un effort, et Hollande finira par sortir du moule technocratique Hecénarquepo et offrir un vrai discours de président de la République du XXIe siècle, c’est-à-dire un homme de guerre où seul compte le nombre d’hommes et de femmes qu’il faut armer pour qu’ils et elles se protègent contre les vrais dangers de mort physique, mentale et/ou sociale que nos compatriotes ont à affronter dans le monde entier où ils et elles se déplacent pour le travail ou le loisir.
    Il arrive un moment où appeler un chat un chat est un processus de salubrité pour traiter correctement un sujet comme celui de présider et gouverner un peuple fabriquant plus de variétés de fromages qu’il y a de jours dans une année bissextile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.