Aznavour, star improbable

Le talent de ses défauts
(Photo AFP)

Charles Aznavour est mort, provoquant un vif chagrin chez ses concitoyens, qui ne pensaient pas, malgré ses  94 ans, qu’il eût l’âge de mourir.

LA VIE n’a pas toujours été facile pour ce fils d’immigrés arméniens qui a commencé à travailler à neuf ans et ne semblait doué ni physiquement ni culturellement. Il a prouvé comme personne combien ce jugement méprisant était infondé. De sa taille courte et de son corps chétif, de sa voix rauque et de sa timidité apparente, de sa neutralité qui, au fond, correspondait au respect que lui inspiraient ses pairs, il a fait des atouts formi… formidables. Chanteur, Aznavour ? Parolier et poète inventif, il a d’abord écrit pour les autres, puis il a relevé un défi. Il s’est dit, avec la détermination sans failles que procure le mépris des autres (Edith Piaf, en particulier, l’a martyrisé), qu’il pouvait chanter lui-même, se produire sur scène, emballer les foules. Il y est parvenu. Il est devenu un grand chanteur, français et international, applaudi sur tous les continents. Assez stupidement, des Américains l’ont comparé à Frank Sinatra. Il en est tout le contraire. Sinatra avait une voix d’or indiscutable, Aznavour n’avait pas ce don naturel. Sinatra était un « crooner »,  je ne crois pas qu’Aznavour l’ait été : ses paroles, ses vers, devrais-je dire, étaient empreints de romantisme, souvent de réalisme dans ses chansons les plus sombres, et toujours cet amour de la vie qui fabrique le plus grand talent.

Poètes et saltimbanques.

Dans notre monde, les poètes n’écrivent plus de poèmes, mais des chansons. Ce qui a donné à la culture une dimension populaire phénoménale que nul écrivain, si talentueux qu’il fût, ne pouvait espérer. Aznavour a devancé et donné l’exemple à la lignée des Julien Clerc, des Hallyday, des Sardou et de tant d’autres ; et si lui-même ne se croyait pas au niveau de Brassens ou de Léo Ferré, il n’en a pas moins apporté au catalogue national des œuvres étincelantes, par la mélodie et par le texte. Les défauts qui lui ont été attribués par une critique cruelle et injuste et par un public sceptique  pendant ses débuts ont été pour lui des stimulants exceptionnels : il a tout simplement réussi à faire tout ce qui lui semblait interdit. Une fois qu’il a trouvé en France l’audience qu’il méritait, il est allé de par le monde chercher l’enthousiasme international. Il était capable de chanter dans des langues diverses. Ce besogneux, cet homme qui n’a jamais cessé de travailler et de produire, savait se mettre au service des publics divers en apprenant leur langue et en adaptant son « show » à la culture locale.

Parolier, chanteur, acteur.

Parolier, donc, mais de quelle trempe ! Chanteur, oui, mais parmi les plus grands : il a su faire de sa voix l’aimant qui sidérait les spectateurs et les auditeurs. Mais aussi acteur magnifique, par exemple pour François Truffaut,  dans « Tirez sur le pianiste » ; il n’a jamais joué que son propre personnage : un homme frêle, inhibé, incertain et en même temps tellement attachant, sans oublier « Un taxi pour Tobrouk », de Denis de la Patellière. Puis, le talent ne diminuant pas avec l’âge, il est devenu l’artiste qui dominait tous ceux qui sont arrivés sur la scène après lui, l’oncle omniscient dont les conseils étaient précieux. Le point cardinal de sa carrière, c’est moins l’étendue, le foisonnement et l’ampleur de ce qu’il avait à dire, c’est qu’il ait pensé que ne pas le dire aurait été un affreux gâchis, qu’il devait certes se venger des humiliations de ses débuts mais aussi que, s’il se résignait, le pays aurait perdu un grand serviteur de sa culture, de son romantisme et de sa manière de vivre. Le petit homme  négligeable est devenu l’artiste indispensable à la France, l’enfant d’immigrés s’est mué en icône nationale, l’insecte attiré par les feux de la rampe s’est transformé en éblouissante étoile.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Aznavour, star improbable

  1. Dominique BROC dit :

    Excellent, M. Liscia ! Je ne suis pas un fan du chanteur Charles Aznavour mais j’admire et je respecte l’homme que vous célébrez talentueusement. Et à travers lui, ces vertus qui manquent trop souvent aux hommes et aux femmes de notre société. Bravo et merci.

  2. admin dit :

    LL (USA) dit :
    Il s’voyait déjà en haut de l’affiche… à juste titre.

  3. admin dit :

    JS écrit :
    Pour ma part j’ai toujours aimé les chansons de Charles Aznavour et ton texte talentueux m’est allé droit au cœur. Bravo et merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.