Consensus pour le désordre

Destituer le président ?
(Photo AFP)

Le mouvement des gilets jaunes est hors d’haleine, mais il va rebondir demain avec une grande journée destinée à bloquer Paris. Le gouvernement a commencé à faire des concessions. Personne ne veut les entendre.

QUATRE Français sur cinq, selon un sondage Odoxa, soutiennent à la fois le mouvement et les manifestations de demain à Paris. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a interdit un rassemblement sur la place de la Concorde. Il a proposé, comme lieu de rendez-vous, le Champ-de-Mars. Les gilets jaunes ont refusé et entendent arriver à Concorde par tous les moyens. On peut craindre des incidents car les manifestants visent l’Élysée et l’Assemblée nationale. Ce qui n’empêche pas Marine Le Pen d’encourager les gens à se rendre à Concorde. Sur l’ensemble du territoire, on ne notait ce matin que quelques points de blocage ou de barrages filtrants. Le bilan de la semaine est lourd : deux morts, plus de six cents blessés, l’île de la Réunion saccagée. Mardi, Emmanuel Macron, qui doit présenter la programmation pluriannuelle de l’énergie et donc fixer la production d’énergie nucléaire dans notre pays, reviendra sur les gilets jaunes et sur les revendications. Il sera sans doute conduit à préciser les allègements budgétaires censés compenser la hausse des taxes sur les carburants, qu’il ne veut pas annuler.

Hulot s’en prend au pouvoir.

Le soutien populaire au mouvement, alors que le pouvoir a déjà cédé un peu de terrain, complique la situation pour le président de la République. Les déclarations de Nicolas Hulot, qui n’a pas condamné les hausses de taxes mais réclame un accompagnement social plus ample, contribueront elles aussi à un durcissement possible des gilets jaunes : pour le moment, ils n’ont aucune raison de se lasser et encore moins de capituler tant ils sont convaincus de leur bon droit et de la supériorité de leur cause. À l’approche des fêtes de Noël, le désordre qui règne aussi bien dans les esprits que sur les routes commence à entraîner des retards d’approvisionnement et un manque à gagner pour les commerces. La préoccupation économique n’a jamais empêché grèves et manifestations en France et il est trop tôt pour s’inquiéter des conséquences négatives sur l’activité. Il demeure que, dès lors que la discussion avec les gilets jaunes est difficile ou impossible puisqu’ils se situent en dehors de tout corps constitué et que l’opinion ne se retourne pas contre eux, blocages et filtrages, incidents, tensions risquent de se poursuivre.

Un mouvement excessif.

Le gouvernement doit face aussi à une contestation qui vient en partie de la République en marche, dont les élus sont harcelés, parfois menacés, par les manifestants, et du MoDem, François Bayrou ayant déclaré il y a deux jours que les pouvoirs publics devraient soit annuler les surtaxes du 1er janvier prochain soit envisager une taxe qui varie en fonction du prix du baril de pétrole, système qui fut jadis adopté puis abandonné. Les idées ne manquent pas, mais elles sont dépourvues de charisme : même si on trouve le moyen d’alléger la facture pour les foyers, le mouvement vit de sa propre énergie cinétique . Il est bien plus drôle de manifester, de s’exprimer en public, d’avoir son quart d’heure de télé que de rentrer à la maison pour retomber dans la routine. Ce n’est pas la première fois, ni la dernière, que l’auteur de ces lignes se situe dans une une infime minorité, celle qui, de toute façon, n’approuve pas le mouvement. Il est excessif et dangereux, il menace la croissance au moment où nous en avons le plus besoin, il s’en prend clairement aux institutions, conçues pour la stabilité politique alors que les Français, ou une majorité d’entre eux, se croient martyrisés, conformément à une évolution qui a gagné de nombreux pays, des États-Unis à l’Italie, en passant par la Grande-Bretagne et son Brexit cauchemardesque et tant d’autres peuples saisis par une colère dont les causes sont si diverses qu’on en fait des analyses parfois erronées.

À la contestation de ceux qui n’ont jamais compris l’intérêt du scrutin uninominal et majoritaire à deux tours, ce qui leur permet de croire à l’illégitimité présidentielle de M. Macron, s’ajoute maintenant le rêve de sa destitution. Si vous haïssez Emmanuel, vous allez adorer Jean-Luc ou Marine.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Consensus pour le désordre

  1. Michel de Guibert dit :

    Plus encore que la croissance, le mouvement des gilets jaunes menace la paix civile et la « concorde » car il est clivant et générateur de violence (davantage celle de ceux qu’il exaspère que d’eux-mêmes pour le moment).

  2. Liberty8 dit :

    Deux morts, 600 blessés, on rêve, ou plutôt on cauchemarde, on n’est pas loin d’un soulèvement d’une minorité qui met en péril la vie des autres. Pas mal sont des retraités qui n’ont trouvé que ce moyen pour s’exprimer.
    Mais les dégâts sont là, pour des demandes qui ne sont absolument pas lisibles/
    Il est temps de remettre de l’ordre dans tout ça, nous faisons le lit des extrêmes et avec eux la loi de la matraque sera beaucoup plus rapide et l’expression beaucoup moins présente.

  3. Scalex dit :

    Je ne sais pas comment sont faits ces sondages, mais ceux que j’ai pu faire dans mon entourage immédiat donnent l’unanimité dans l’autre sens. Mais il est vrai que mon entourage immédiat n’est sûrement pas représentatif. Tout cela me ramène à mes souvenirs d’adolescent, en mai 1968. Le lycée ne fonctionnant plus, nous avons sorti le Monopoly et nous avons laisser le temps passer…A l’époque, la contre manifestation a été un franc succès. Et les partis soutenant les manifestants n’ont même pas été représentés au second tour de la présidentielle qui a suivi…

  4. Sphynge dit :

    « … ce qui permet de croire à l’illégitimité présidentielle de M. Macron… » contrairement à sa légalité juridique qui est indiscutable… Mais l’expérience montre qu’elle est insuffisante pour gouverner aujourd’hui. Il y manque la légitimité dont seul le premier tour de l’élection présidentielle donne une idée, à peu près exacte (et même celle-là, actuellement, il ne l’a plus). Seule « consolation » : cela aurait été pareil avec n’importe lequel des autres candidats.

    Réponse
    Vous faites une analyse erronée que vous partagez avec tous ceux qui pensent que Macron a été mal élu. Il a été mieux élu que ses rivaux. Je ne le crois pas du tout illégitime, je crois qu’on le prétend illégitime, ce qui n’est pas pareil.
    R.L.

    • Scalex dit :

      Un pouvoir situé au centre parait plus logique qu’une alternance systématique entre un pouvoir de droite qui mécontente la gauche et un pouvoir de gauche qui mécontente la droite. Mais 80 % des Français n’aurait pas compris, cela si l’on se fie aux sondages publiés ces jours-ci.

  5. jymb dit :

    Dans ma patientèle, je pense être à 95 % de personnes exaspérées par le quotidien, écrasées de taxes, impôts, obligations absurdes, accusations imbéciles médiatisées de n’importe quoi-phobe dés qu’ils n’adhèrent pas aux oukazes sociologiques du microcosme parisien, et accusées généreusement d’être des ploucs incultes, polluants, délinquants routiers lorsqu’ils réclament la possibilité de se déplacer pour aller travailler sans être traqués comme des malfaisants, sans parler de la morgue du gouvernement, arrivé là par défaut, et qui se comporte comme s’il fédérait au moins une petite majorité de la population

    J’adhère cependant aux craintes concernant la dérive du mouvement..;dans ma région, les forces de l’ordre ont abandonné le terrain, désormais tenu par des petits groupes qui n’en font qu’à leur tête au bord des routes, exactement comme les milices dans les pays lointain en guerre qui s’arrogent tout pouvoir
    Hier soir, palettes, chariots de supermarchés, pneus, barils en feu, la voie publique contrôlée par des personnes se distribuant des canettes et rigolant entre eux, pas un gendarme à l’horizon, eux si prompts d’habitude à distribuer des PV.
    Les déclarations martiales d’un certain ministre de l’Intérieur s’avèrent au delà du ridicule, la rue appartient à qui veut, c’est stupéfiant mais constaté partout en ce moment
    Si demain une insurrection survient, je suis persuadé qu’elle réussira, de quelque bord qu’elle soit !
    On vit des moments beaucoup plus graves qu’ils n’y paraissent car un verrou a sauté, celui de la tolérance au quotidien insupportable d’un côté, et celui de la capitulation étatique d’autre part sur le terrain, quelles que soient les postures prises devant les caméras.

    Réponse
    Mais c’est l’Apocalypse !
    R.L.

    • Michel de Guibert dit :

      Apocalypse veut dire « Révélation » !

    • DScalex dit :

      Bon d’accord, le smic et le RSA ne permettent pas de faire des folies. Mais quelles sont les vraies solutions ? Prendre l’argent aux riches (peut être les 20 % pro-Macron) ?, utiliser notre armée pour s’emparer des richesses d’un pays étranger (méthode un peu démodée) ?, utiliser la planche à billets ou alors réinventer la baguette magique ? Mais j’ai un autre commentaire à faire, puisque ce support appartient au Quotidien du Médecin. Sur le forum du QDM, il est de bon ton de crier misère à longueur de journée. Ces plaintes me paraissent le plus souvent illégitimes. Nos gilets jaunes sont ils tous très malheureux financièrement ? La météo utilise maintenant deux paramètres: la température réelle et la température ressentie.

      • ostré dit :

        Pas tous mais presque, sinon ils ne seraient pas descendus dans la rue (sauf les casseurs qui en profitent et arrangent bien certains)
        Oui, la solution est de taxer les riches et autres évadés fiscaux.
        Baisse des consommations, écologie, répartitions sociales, droits sur les gros héritages, l’argent ne manque pas
        Les solutions existent.

        Réponse
        C’est quoi, être riche ? Etes-vous riche ? Qu’est qu’un gros héritage ? Que signifie l’expression « l’argent ne manque pas » ? Si vous saisissez tous les comptes en banque des gens qui ont plus de 20 000 euros, vous ne parviendrez pas à rembourser les 2 300 milliards de dettes que nous avons accumulés. Les solutions simples sont les pires : faites çà et l’économie française s’écroulera. Et là, on ne pourra même pas payer les minima sociaux.
        R. L.
        PS Cessez de vous plaindre de la « censure ». Vous êtes l’un de mes correspondants qui sont le plus publiés. Rien ne m’oblige à travailler le week end pour publier vous analyses. Arrêtez de geindre comme un gilet jaune, et écrivez à d’autres blogueurs, si vous tenez tant à vous exprimer.

    • Liberty8 dit :

      Ce n’est peut être pas l’Apocalypse mais c’est vraiment la chienlit, comme dirait le général ! J’ai aussi été bloqué en allant à mes consultation samedi dernier pendant une heure, rien n’y a fait, ni ma carte ni mes explications Je n’ai écrasé personne sous l’emprise de la rage, mais la rage y était ! Et en plus je me suis fait gronder en arrivant au cabinet pour mon retard.

  6. Picot François dit :

    Ceci n’est que le début. Tout le monde en a assez de cette pression fiscale devenue insupportable pour les plus pauvres. Quand on voit des retraités parfaitement pacifiques dans la rue, on est obligé de reconnaître que quelque chose ne va plus. Ils ne sont pas là pour s’amuser dehors et prendre l’air. Cette augmentation importante des taxes et prélèvements (bien antérieure à Macron) n’est là que pour tenter de combler la dette, contrairement à ce qu’on nous raconte. Pour cela il faudrait diminuer les dépenses publiques mais aucun de nos fonctionnaires au pouvoir ne veut le faire, ce ne serait pas bon pour eux. Ils nous disent qu’il faudrait taxer les GAFA. Bonne idée, peut être, malheureusement les lois européennes imposent l’unanimité des 27 pour la mise en oeuvre et comme un ou deux pays ne veulent pas en entendre parler ce ne sont que des mots. Macron ne fera rien à part quelques saupoudrages et une campagne de communication qui ne convaincra personne, il est aux ordres de l’UE, de toute façon, et il se contrefiche des Français. Certains ne touchent qu’une retraite de 600 euros après un certain nombre d’années de travail, et 600 euros c’est ce que reçoit, dirait on, un demandeur d’asile clandestin ou pas (combien nous coûte l’immigration? Secret d’Etat). Et cette somme est prise dans la poche de qui? La nôtre, bien évidemment, la poche de ceux qui peuvent le supporter et ceux qui ne le peuvent pas : eux ils sont dans la rue.

    Réponse
    Tout est donc la faute des immigrés…Il fallait y penser.
    R.L.

    • JMB dit :

      L’Union européenne n’est pas un organisme hors sol, elle met en pratique des politiques élaborées par les 27 pays qui la composent. Les chefs de gouvernement se réunissent régulièrement pour fixer le cap, des ministres se réunissent quand les questions concernent leur département.
      S’il y a critiques, il faut nommer explicitement les pays qui les déclenchent.
      Dans “Le Malade imaginaire”, Toinette attribue au poumon tous les troubles que présente Argan. Les immigrés font aujourd’hui un office équivalent.

  7. chretien dit :

    Toutes les explications à ces mouvements sont données dans l’émission de « C dans l’air «  sur la 5 d’aujourd’hui par les cinq journalistes.

  8. ostré dit :

    Oui,il est difficile de reconnaître où est la richesse limite à définir. Je ne me plains pas personnellement mais j’apprécie le dialogue avec vous qui visiblement apporte son soutient à la Macronie que je conteste.J’aurais aimé voir figuré l’idée de négociations genre grenelle en 68 pour sortir de cette impasse qui nuit à tous.

    Réponse
    Encore une fois, vous ne me comprenez pas. Je ne soutiens pas la Macronie, je suis hostile aux extrêmes, qui prendront le pouvoir si Macron échoue, ce qui ne va pas tarder. Nous ne nous sommes pas en 1968, qui était une révolution. J’ose espérer maintenant que c’est la fin de la conversation que vous appréciez tant mais qui fait de moi un stakhanoviste. Offrez-moi un répit disons d’une semaine.Vous avez envoyé trois fois le même commentaire. Est-ce bien raisonnable ?
    R.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.