Confusion électorale

Griveaux à l’Assemblée
(Photo AFP)

Trois ministres quittent le gouvernement, la première, Nathalie Loiseau, parce qu’elle va conduire la liste de la République en marche aux élections européennes, les deux autres, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi, parce qu’ils sont candidats à la mairie de Paris, donc aux municipales, qui, pourtant, n’auront lieu qu’en 2020.

IL SE DIT qu’Emmanuel Macron est agacé par les ambitions précoces de ses ministres. M. Griveaux ne s’en va que parce que M. Mahjoubi a voulu le court-circuiter dans la candidature de la REM à la mairie de Paris. Il n’est pas osé penser que les carrières personnelles auraient dû céder le pas à la discipline de parti. Cette frénésie autour des élections municipales est certes déterminée par l’affaiblissement apparent de la maire actuelle, Anne Hidalgo qui, cependant, reste, dans les sondages,  en avance à la fois sur Griveaux et sur Mahjoubi. Il sera donc très difficile de la déposséder de sa fonction. Cela peut changer bien sûr, de même qu’il ne devrait pas être interdit de prendre son souffle avant une campagne marathon. Mais le gouvernement a une tâche assez lourde à accomplir pour ne pas subir des remaniements à répétition. Résultat : M. Macron cherche trois ministres, ce qui va prendre du temps.  Et l’opposition d’ironiser.

Le calcul de LR.

Le président Macron ne dispose plus que de deux années utiles pour accomplir ses réformes, dans un climat politique détérioré à la fois par la crise des gilets jaunes et par les attaques de plus en plus venimeuses des Républicains, convaincus qu’ils ne réémergeront que s’ils affaiblissent chaque jour un peu plus la majorité. C’est un calcul qui vaut ce qu’il vaut et, après tout, on se reverra au lendemain du scrutin européen, dont la particularité, cette année, sera de représenter un test du rapport de forces politiques en France. LR fait tout ce qui est en son pouvoir pour abattre Macron, mais ne gagne guère du terrain dans les sondages. Tout au plus peut-on dire que les Républicains se sont réunifiés autour de l’anti-macronisme, soutenu par diverses erreurs du gouvernement, jeunesse et inexpérience des nouveaux venus, insuffisance des programmes sécuritaires, déficiences diplomatiques, désordre dans la gestion, incidents de parcours dus aux maladresses et aux petites phrases. Là-dessus, Macron poursuit ses provocations, comme lorsqu’il a conseillé la « sagesse » à la militante d’Attac, grièvement blessée samedi dernier dans un manifestation de gilets jaunes.  Ce n’était sûrement pas délicat de sa part, mais il y a des millions de Français, excédés par l’arrogance et la violence des gilets jaunes, qui pensent exactement comme lui sans oser le dire.

Retour à l’obscurantisme.

« Le Figaro » de ce matin titre en manchette : « La droite veut perturber le duel Macron-Le Pen ». Cela s’appelle prendre ses désirs pour des réalités. Le gouvernement actuel présente, comme je viens de l’écrire, ses idiosyncrasies et ses failles. Il n’est pas aussi impopulaire que LR veut bien le faire croire et LR n’est pas en mesure d’arriver en tête aux élections européennes. Ce que fait la force de la REM, c’est que l’opinion est au moins certaine que ce parti a une très bonne chance d’écarter le Rassemblement national dans  les trois rendez-vous électoraux à venir. En même temps, comment nier que ce gouvernement, si désordonné qu’il soit, ne poursuit pas les réformes dont nous avons tant besoin (retraites, fonction publique, éducation) avec une assiduité exemplaire ? Si les Républicains reviennent un jour au pouvoir, ils ne seront que trop heureux de trouver un pays guéri, au moins partiellement, de ses scléroses. Sinon, ils peuvent s’attendre à un déchaînement d’hostilité au moins aussi ravageur que la haine presque irrationnelle qu’inspire Macron. La droite classique pense que le duel Macron-Le Pen est « mortifère », comme l’écrit l’éditorialiste du « Figaro ». Ce qui est mortifère, en réalité, c’est que le Rassemblement national risque d’arriver au pouvoir au terme du mandat de Macron. Ce qui est mortifère, c’est le risque d’une sortie de l’euro et même de l’union européenne. Ce qui est mortifère, c’est un pouvoir politique aux mains de personnages sombres et incompétents, comme Mme Le Pen, qui croit  que le Smic est payé 36 euros de l’heure (vite, tous smicards !). Ce qui est mortifère, c’est le simplisme en politique, la croyance en la baguette magique, en cette révolution rétrograde qui nous demande de haïr les riches, les minorités, les vieux ou les jeunes. Ce qui est mortifère, c’est ce lent retour à l’obscurantisme.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 Responses to Confusion électorale

  1. Tara dit :

    Choisir entre la peste bleue marine et le choléra qui nous mène droit dans le mur.
    Le choix est vite fait.
    Nous n’avons apparemment pas trouvé le bon médicament contre le choléra, restera la peste.
    Et lorsqu’on regarde le programme de la dite peste, et que l’on constate qu’il ressemble à s’y méprendre au programme de M Mélenchon, on peut se poser des questions.
    Ceci dit, contrairement à ce que vous écrivez, il n’est pas certain que LREM soit en tête aux européennes.
    « Il n’est pas aussi impopulaire que LR veut bien le faire croire  » écrivez vous au sujet de LREM
    Vous n’avez pas du aller visiter la France profonde, ou alors dans des milieux de parvenus boboïsés, ou dans certaines grandes villes de provinces qui ressemblent à s’y méprendre au marais parisien.

    En effet, malgré la volonté de métropolisation les « territoires » (les pays n’existant plus?), le nombre d’électeur est encore très important dans les provinces.
    Provinces qui en ont assez d’être méprisées.

    Provinciaux qui, eux, n’amalgament pas « black blocs, anti fa et extrême gauche avec les Gilets Jaunes!
    « l’arrogance et la violence des gilets jaunes » : j’ai eu l’occasion de les côtoyer dernièrement (je n’en fait pourtant pas partie).
    Des gens calmes, posés, avec d’excellents argument, qui n’ont pas apprécié, alors qu’ils étaient monté à paris pour voir eux – même si ce qu’on leur montrait dans les médias étaient vrai, d’être poussés dans une nasse et gazés, avec 2 des leurs blessés par des LBD40, assez sauvagement, alors qu’ils étaient sur un lieu non interdit et très calme.

    Nous avons partagé un goûter avec eux… et les forces de l’ordre, dans une ambiance d’amitié et de compréhension vraie.
    Alors merci, pas d’amalgame.

    J’ai assisté, aussi, à des réunions de personnels médicaux qui en ont assez de voir les services publics fermés les uns après les autres, dans nos hôpitaux, notamment (sous le vrai faux excréter de « dangerosité », merci pour nous!!!, ainsi que les autres services : poste DDE, Trésorerie, SNCF, tribunaux, classes de collèges, de lycées…)

    Une chose est certaine, c’est que dans ces provinces, le mot d’ordre est : « tout sauf macron » (et LREM, bien sûr)
    Je suivrai le mot d’ordre.

    Réponse
    Le coup classique de « vous ne connaissez pas la France profonde » devient l’argument le plus éculé du débat. Merci, mais je n’y crois pas. Quant aux parvenus boboïsés, non mais, vous ne pourriez pas trouver autre chose ?
    R.L.

    • AC dit :

      Réponse à Tara: contrairement à vous et même si la politique du gouvernement Macron ne me satisfait pas, jamais je ne voterai pour la « peste bleue marine »! Sans doute n’avez-vous jamais eu des membres de votre famille déportés durant la seconde guerre mondiale en raison de leur religion ou, peut-être et ce que je n’ose croire, avez-vous plus ou moins consciemment des penchants vers l’extrême-droite…
      Quant à nos gilets jaunes, je comprends une partie de leurs revendications mais je déplore chez certains d’entre eux des pensées antisémites et antisionistes, leur opposition aux vaccins alors que l’on constate dans de nombreux pays le retour en force de la rougeole avec ses conséquences parfois tragiques. Enfin, je déplore qu’ils se laissent systématiquement déborder par les « black blocs » qui ne sont là que pour casser et piller. Ils devraient prendre exemple sur les manifestants algériens qui actuellement manifestent dans leur pays (et particulièrement dans la capitale Alger) non seulement pacifiquement mais de plus nettoient les rues à la fin de leurs défilés.

      • Michel de Guibert dit :

        L’opposition aux vaccins, on la trouve aussi chez Europe Ecologie les Verts, et notamment à propos de la rougeole, je pense en particulier aux prises de position de Michèle Rivasi.

  2. D.S. dit :

    Si le bon sens était plus largement répandu, LREM gagnerait largement les prochaines élections. Mais une trop grande avance ne serait évidemment pas souhaitable. On appellerait cela « abus de position dominante ». Les contradicteurs divers ont donc le grand mérite de vouloir rééquilibrer le débat. Mais leurs discours sont de moins en moins crédibles. Mon mot d’ordre: « Tout, sauf les adversaires de Macron. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.