La droite sur deux fronts

Marion Maréchal
(Photo AFP)

Président du groupe sénatorial des Républicains, Bruno Retailleau a annoncé ce matin qu’il ne serait pas candidat à la présidence de LR, ce qui devrait ouvrir une voie royale à Christian Jacob, son homologue à l’Assemblée.

M. RETAILLEAU  dresse un tableau plutôt sombre des perspectives de LR. Il propose de bonnes raisons de ne pas être candidat, à commencer par son désir de ne pas aggraver les divisions du parti. Il n’est pas impossible qu’il se réserve pour un destin plus grand que la présidence de LR et qu’il songe à 2022. M. Jacob, pour sa part, ne nourrit pas une telle ambition et il est indiscutable qu’il apparaît comme le moins clivant des candidats. Mais il ne correspond pas du tout au profil de l’homme capable de réunifier le parti et de l’arracher à ses démons. M. Retailleau estime qu’il faut tout chambouler, réformer le parti en profondeur « sinon, on meurt ».

Un parti ouvert aux autres.

Les Républicains ne retrouveront leur enthousiasme en effet que lorsqu’ils auront compris que leur ligne politique doit être assez large pour que des sensibilités diverses y adhèrent. M. Jacob peut jouer un rôle unificateur mais sur la base de la continuité. À tort ou à raison, on ne le voit pas prendre des dispositions qui choqueraient ou consterneraient les barons du parti. La réforme de LR est d’autant plus nécessaire que la majorité veut s’élargir, à l’occasion des élections municipales, en captant une partie de leurs effectifs. La REM envoie un défi aux maires LR : rejoignez-nous ou bien vous serez battus. De quoi les épouvanter. On peut donc s’attendre à une bataille d’autant plus violente entre les deux formations que LR y jouera sa vie.

La nouvelle stratégie de RN.

Le pire, c’est que la menace ne vient pas d’un seul côté, mais de deux. Marine Le Pen, qui a toujours cultivé l’isolationnisme du Front national, envisage maintenant de conclure des accords avec LR dans certaines villes. C’est ce que Marion Maréchal, censée s’être retirée de la politique, a souvent préconisé pour crever le plafond de verre qui a toujours empêché le FN, jusqu’à présent, de gagner la présidentielle. Il est difficile de dire où en sont les rapports entre la tante et la nièce, mais Marine ne pourra pas s’engager dans cette stratégie sans donner un rôle à Marion. Ce qui est sûr, c’est que le double assaut, de la REM et du RN, contre LR, a de bonnes chances d’achever un parti que les élections européennes ont lessivé et qui ne trouve pas sa voie.

Une chasse à courre.

On n’a pas du tout le sentiment, en effet, que LR est en train de dresser autour de son bastion les murs qui le protègeront contre l’avidité des autres partis. La droite classique est devenue une chasse à courre où le gibier abonde et les deux partis qui ont le vent en poupe ne cachent pas leur volonté de  la phagocyter. Ils semblent tellement sûrs de l’affaiblissement de LR qu’ils opèrent sans masque et en nommant leurs intentions. L’état-major de LR, quand il deviendra opérationnel en octobre prochain, devra se servir de la stratégie du RN pour dénoncer tous les ralliements d’élus LR à un autre parti politique. Il fera valoir qu’il est aussi peu moral de rejoindre la majorité actuelle ; et il devra adopter une ligne à caractère consensuel, celle qui ouvre les bras à la droite dure mais aussi au centre droit. Il n’y a pas de salut en dehors de l’ouverture. Encore faut-il que le prochain président de LR ne s’enferme pas dans une spécificité idéologique trop bien définie. Le temps des choix clairs est révolu. L’ère du « en même temps » a commencé, de sorte que, même si le projet d’Emmanuel Macron n’aboutit pas, il aura au moins imposé une nouvelle façon de faire de la politique, celle que Giscard avait pressentie et que Macron a mise en œuvre.

RICHARD LISCIA

PS – Je m’absente quelques jours. Je vous retrouve lundi 24 juin.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.