Canicule : la fièvre

Morts de soif au Panthéon
(Photo AFP)

L’épisode caniculaire de cette semaine est exceptionnel, ne serait-ce que parce que la France n’est pas vraiment équipée pour y faire face.  Elle ne l’est pas non plus dans les périodes de grand froid et sans doute est-il temps de considérer que le climat de notre pays, réputé pour être tempéré, est en train de changer, et qu’il faut s’adapter avec de nouveaux équipements.

LE GOUVERNEMENT, qui a en mémoire l’affreuse hécatombe de 2003, avec ses quinze mille morts supplémentaires fauchés par une chaleur excessive, multiplie les alertes, les décisions, et fait de la canicule sa priorité absolue. Cela nous aurait changé de la politique traditionnelle si l’opposition, dans ce cas aussi, a décidé de discuter les mesures adoptées, par exemple celle du ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer qui a reporté les examens du brevet de jeudi et vendredi à lundi et mardi prochain. Les médias, jamais à court d’interlocuteurs, ont vite trouvé les grognards de service qui se plaignent d’avoir prévu leurs vacances à partir de lundi 1er juillet. Ce qui a conduit Christian Jacob, pressenti pour l’élection du président des Républicains, à se demander si le gouvernement n’avait pas, en l’occurrence, un agenda caché. Ce rejet systématique de mesures transparentes qu’aucune arrière-pensée n’explique en particulier (à la place de M. Blanquer, M. Jacob aurait-il maintenu la date des examens ?) est à la fois agaçant et confondant.

Le gouvernement en fait des tonnes.

À notre tour de constater que la moyenne des sondages d’opinion signale une forte remontée de la popularité du président de la République et du Premier ministre qui, tous deux, gagnent cinq à six points, ce qui, évidemment, ne fait pas l’affaire de LR ni des autres partis d’opposition. Mais il faut reconnaître que le gouvernement, à propos de la canicule, en fait des tonnes et que les médias, en se concentrant sur cette chaleur exceptionnelle deviennent illisibles et inaudibles. Il n’est pas question de nier l’impact de cette brusque fièvre météorologique sur la santé de nos concitoyens, sur les seniors, sur l’économie, sur le sort des travailleurs, maçons ou agriculteurs, qui travaillent sous le soleil. Tout le monde a  compris, cependant, qu’il fallait s’hydrater et éviter de courir le marathon. Une vive remontée du thermomètre à la fin du mois de juin n’est pas un cataclysme. D’ailleurs, les micro-trottoirs font état de personnes certes prudentes mais pas du tout affolées. Je suggère donc à la presse de se calmer et, au gouvernement, de travailler, par exemple en matière de dépenses publiques non financées que la Cour des comptes lui a reprochées ce matin.

Je me rends compte, en écrivant ces lignes, que j’ai honteusement cédé à la panique caniculaire et que je la commente comme tout le monde. Probablement l’instinct grégaire. À ceux qui, éventuellement, souhaiteraient me reprocher le détachement que j’affiche à l’égard de la chaleur, je répondrais que je n’ai pas la climatisation et que je me contente d’un ventilateur dans la chambre à coucher. J’ai bon espoir, malgré tout,  et en dépit de mon âge, de survivre à la semaine noire de la météo. Sinon, je serai bon prince et vous enverrai de l’au delà un blog d’excuses.

RICHARD LISCIA

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 Responses to Canicule : la fièvre

  1. J PERNES dit :

    Maintenant, pour toutes celles et ceux à qui la canicule fait peur, venez en Bretagne dépenser vos économies en faisant marcher le commerce. Vous êtes les bienvenus. Ici, la canicule, pour l’instant, cela nous fait bien rigoler ! Tiens, d’ailleurs, au moment où je vous parle, en direct de Saint-Brieuc, il se met à pleuvoir.
    Et effectivement, sans nier les dangers d’une chaleur excessive, ce n’est quand même pas la fin du monde.

    • JL dit :

      Sous le pont sur lequel passe la voie rapide Vannes-Lorient et situé a la sortie d’Auray est écrit :les Français dehors. J’ai toujours eu envie d’ajouter : sauf juillet et août.
      Bécasssine est toujours en vie.

  2. J. GERNEZ dit :

    Ne soyez pas trop pressé de nous quitter. Pour vous… et pour nous. Vos éditoriaux nous manqueraient cruellement.

  3. Cabane J. interniste dit :

    Canicule, je rigole ! en 2003 le thermomètre ne passait pas en dessous de 30° la nuit alors qu’actuellement il est 10° plus bas, entre 19 et 20°. Et Météo-France nous prédit chaque jour des températures supérieures à 40° alors qu’il ne fait que 35°. Quant aux soi-disant experts autoproclamés qui recommandent de s’hydrater à l’eau (au risque d’hyponatrémies) et de se mettre dans des endroits frais, ils ont perdu une bonne occasion de se taire. Qui aura le bon sens médical de prescrire aux gens qui en ont vraiment besoin le soluté de réhydratation type OMS à 4 g de NaCl par litre ? Bref on est peu exigeant avec la qualité de nos infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.