Tiens, revoilà l’écotaxe !

Air France pénalisée
(Photo AFP)

La création d’une écotaxe sur les billets d’avions, comprise entre 1,50 euro et 18 euros, n’est ni accablante ni insupportable, si on croit aux mesures pour réduire l’effet de serre. Mais elle a ses antécédents regrettables et elle met Air France dans un exceptionnel état de fragilité.

VOILÀ que la macronie reproduit le (Ségolène)-royalisme. Nous nous souvenons tous de l’échec des fameux portails autoroutiers qui nous ont coûté près d’un milliard et ont été démantelés, après une jacquerie bretonne, celle des bonnets rouges.. Dans le cas des billets d’avion, aucun risque, sauf la colère des passagers qui paient des billets dont 40 % de la valeur est attribuée non pas au transport mais aux taxes d’aéroport et autres bénéficiaires connexes. En outre, si cette écotaxe s’ajoute à celle qui va frapper les routiers, on ne peut pas dire que, dans sa singularité, elle fasse partie d’un vaste plan pour contrer le réchauffement climatique. Elle est de nature politique. Elle donne une suite à l’une des complaintes des gilets jaunes, qui ne rêvent pas de prendre l’avion. Ainsi le gouvernement s’introduit-il allègrement dans la lutte des classes, celle que M. Mélenchon appelle de ses vœux.

Air France affaiblie.

Il n’est ni difficile ni original de rappeler les inconvénients de cette taxe. Elle affaiblit Air France face à une très vive concurrence, elle menace des emplois directs et indirects, elle détournera partiellement une clientèle, très particulière parce qu’elle est patriotique, de notre chère compagnie nationale.  Elle ne rapportera en outre qu’une faible somme (127 millions) censée contribuer, mais pour une part bien insuffisante, au financement des mesures contre la pollution. La non taxation du kérosène était-elle une incongruité à laquelle il était urgent et louable de mettre un terme ? Sûrement, sauf que les voyageurs paient déjà très cher pour leur propre sécurité, corvée indescriptible tant ils sont maltraités, et payaient déjà la taxe Chirac pour la lutte contre le Sida, cause qui a certainement ses mérites mais n’a vraiment rien à voir avec le voyage aérien.

Un bateau à voile pour la Chine.

Je ne manquerai pas de souligner non plus qu’on ne va pas en Chine sur un voilier. L’écotaxe s’insère donc dans un débat éternel entre les tenants du progrès et ceux de la consommation la plus sobre possible, ou de la contemplation, qui fige les Marco Polo en puissance. Nous devrions rester chez nous pour faire plaisir aux gilets jaunes, et rétablir un monde moyenâgeux où les distances de plus de dix kilomètres redeviendraient infranchissables. Je pense au récent salon du Bourget où les constructeurs d’avions ont engrangé des commandes pour des milliards, alors que, conformément au politiquement correct, il est indécent de voyager, et en avion de surcroît. Bref, il était plus logique d’imaginer une politique écologique qui ne désigne pas une catégorie d’humains, ceux qui volent (dans les airs) pour contenter l’autre catégorie, ceux qui ne volent pas.

Démographie galopante.

À quoi s’ajoute une évidence : les contribuables de toutes sortes, sans distinction de race ou de religion, sont écrasés par les impôts et le gouvernement, qui s’en dit conscient, ne cesse de les empiler. Est-ce ainsi que l’on va rendre confiance aux entreprises et « libérer » le marché ? L’écologie est au centre d’une contradiction effrayante entre la nécessité de préserver la planète (ce que l’écotaxe ne fera pas) et celle de créer des emplois plutôt que d’en détruire. La pollution est la conséquence d’une démographie galopante que M. Macron dénonce quand il va en Afrique. Il paraît qu’elle va se stabiliser. Il demeure qu’à sept milliards d’individus, nous suffoquons tous. Et ni M. Jadot ni M. de Rugy ne savent comment on empêche les peuples de faire des enfants.

RICHARD LISCIA

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.