G7 : le coup de Macron

Zarif, l’homme qui a l’oreille de la France
(Photo AFP)

Après avoir consulté ses homologues du G7, Emmanuel Macron a fait venir le ministre iranien des Affaires étrangères à Biarritz. Mohammad Javad Zarif n’a pas été reçu par Donald Trump, mais un échange d’idées a bel et bien eu lieu entre l’Iran et les États-Unis par l’intermédiaire du président français.

COMME on pouvait s’y attendre, l’initiative du chef de l’État a eu sa part de critiques. M. Zarif avait déjà eu un contact avec les dirigeants français vendredi. Il est curieux qu’il soit revenu en France deux jours plus tard. De même qu’il est regrettable qu’il n’ait pas été convié à une discussion avec M. Trump. Mais de toute évidence, la France a joué un rôle de médiation. Elle a informé le président des États-Unis des idées iraniennes et elle a rapporté la réaction de M. Trump à ces idées. Comme l’a fait remarquer M. Macron dans l’une de ses nombreuses interventions publiques pendant les deux premiers jours du sommet, le G7 est une réunion informelle. Il a néanmoins pris le soin d’informer ses partenaires avant d’inviter le ministre iranien. Et il n’est pas excessivement optimiste de croire que des pistes ont été explorées pour empêcher l’abandon de l’accord nucléaire conclu entre Téhéran et six autres pays, dont les États-Unis, en 2015.

Début de détente.

La visite à Biarritz du dignitaire iranien a en tout cas contribué à détendre l’atmosphère. Bien qu’il ait approuvé l’idée de M. Macron de rappeler M. Zarif en France, M. Trump dit qu’il n’est pour rien dans le geste français. C’est la moindre des prudences pour un homme qui, l’an dernier, avait retiré sa signature de l’accord qui avait suivi le G7 de 2018.  On peut donc considérer que le président de la République a obtenu un progrès important dans une crise qui menace la paix du monde et il est absurde de minimiser ses efforts au nom de l’incessante dialectique pouvoir-opposition. De toute façon, il faut rendre à Macron ce qui lui appartient. Il a fait d’un rendez-vous habituellement sans surprise un évènement intéressant qu’il a nourri lui-même de ses efforts diplomatiques. Il exerce une politique du sourire qui efface les mauvaises humeurs des participants et il parvient à prendre Trump par les bons sentiments, ce qui est rare. Non seulement il agit, mais il explique pourquoi et dans quelles conditions il agit. Vendredi dernier, il avait déjà saisi l’opinion mondiale de ce qui se passe en Amazonie et apporté, du même coup, une coloration environnementale au sommet.

Plus écolo que moi…

On ne peut pas nier au président son activisme inlassable. D’un exercice vieillissant, très institutionnel et rabâché, il a fait une tribune où les dirigeants de puissances riches sont sommés de réfléchir, d’agir et de se retrouver unis sur un certain nombre de principes. Trump n’aime guère qu’on l’entraîne dans des actions qu’il considère comme relevant de l’angélisme. Mais même lui sait qu’un conflit militaire avec l’Iran serait désastreux pour le Proche-Orient et pour le monde.  À quoi s’ajoute la dimension écologique que M. Macron a donnée au G7 et que Yannick Jadot, tête de liste d’EELV aux élections municipales a reconnue ce matin. Il l’a fait avec beaucoup de réserves, parce qu’il est en pleine campagne électorale. Fort de son résultat de 13,5 % des voix aux élections européennes, il croit qu’il peut rassembler assez de monde pour arriver en tête. Mais si l’on en croit les succès passés des Verts, ils n’ont pas plus tôt remporté une bataille qu’ils se divisent, se chamaillent et font à peu près tout ce qu’il faut pour ne pas gouverner. M. Jadot est convaincu qu’une forte campagne des Verts pourrait mettre fin au match classique entre La République en marche et le Rassemblement national. Rappelons-lui qu’il lui sera très difficile de réunir la gauche autour de son panache et qu’il ne faut pas forcément être vert pour faire de l’écologie. Macron en a fait plus que lui la semaine dernière en lançant son cri d’alarme sur l’Amazonie.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to G7 : le coup de Macron

  1. PICOT dit :

    Joli coup, effectivement, de la part de Macron. Espérons que cela entrainera des résultats positifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.