La manif’ fourvoyée

Esther Benbassa hier
(Photoi AFP

Dans la manifestation d’hier, consacrée à la défense des musulmans, Jean-Luc Mélenchon a vu un évènement « magnifique, conclu par une Marseillaise magnifique ». Or, non seulement il s’agissait d’une démonstration dont tout le monde pouvait se dispenser, mais en plus elle a abouti à l’amalgame tragique entre persécution des juifs et racisme anti-musulman.

CE RACISME existe et il a pris sa forme la plus répréhensible lors de l’attentat contre une mosquée dans les Landes qui a fait deux blessés graves. Les agressions anti-musulmanes existent et sont tout aussi déplorables que les attaques contre les juifs, plus nombreuses. Les violations de sépultures musulmanes existent, comme celles des cimetières juifs, mais au total, ce sont les cimetières chrétiens (plus de mille en un an) qui font l’objet du nombre d’attaques le plus élevé. Peut-être l’indignation de ceux qui s’identifient aux victimes ne doit-elle pas être évaluée en chiffres. Mais, d’une part on n’a pas vu les chrétiens de France se lever comme un seul homme pour dénoncer l’anti-catholicisme ; et, d’autre part, l’intolérance est largement partagée entre les communautés, avec une nuance : les juifs, peu nombreux en France, et si souvent insultés et agressés, se plaignent mais ne s’en prennent à personne, alors que, depuis un certain temps, des Français juifs meurent parce qu’ils sont juifs, ce qui nous renvoie à une époque tragique de l’histoire.

La montée du communautarisme.

La droite et la gauche, la République en marche et le gouvernement, n’ont guère été enthousiasmés par ce projet de manifestation où ils ont vu le développement d’un phénomène alarmant, la montée du communautarisme musulman. À la France insoumise, la perplexité régnait et quelques ténors de ce parti se sont abstenus, notamment François Ruffin et Alexis Corbière. Pourquoi ? Parce que, contrairement à leur patron, ils ont bien vu qu’à ce compte-là, des manifestations pour chacune des communautés pourraient être organisées, ce qui nuirait à la République une et indivisible. D’emblée, le PS a refusé de participer, probablement pour une autre raison : le risque d’une dérive des manifestants vers des thèmes et des slogans en faveur de l’islam politique, qui est le plus grand ennemi de la société française. On peut très bien reconnaître que les musulmans de France se heurtent à la xénophobie et au racisme, comme on peut reconnaître qu’une frange active de musulmans se retrouve dans le terrorisme antifrançais. Au nom de la bienveillance à l’égard de tous, par crainte aussi d’apparaître comme des pro-musulmans de second ordre, d’aucuns ne craignent pas d’encourager, dans ce courant, les éléments radicaux, d’ailleurs présents parmi les organisateurs de la manifestation.

Étoile jaune et croissant de lune.

On en a vu la preuve formelle quand certains des manifestants et parfois des enfants sont apparus portant une étoile jaune associée à un croissant de lune. La pire des provocations : trop de musulmans, hélas, poussent le raisonnement jusqu’à se présenter comme un groupe aussi persécuté aujourd’hui en France que les juifs le furent pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une double faute, parce que les musulmans de France, qu’ils l’admettent ou non, vivent généralement en paix et se sont souvent bien intégrés dans la société française ; et parce que personne en France ne songe à exterminer tous les musulmans. C’est ce qu’aurait dû dire Esther Benbassa, sénatrice verte, qui a vu ces horribles badges et les considère comme un symbole du rapprochement entre judaïsme et islam. Elle était indignée de ce qu’elle, qui se déclare juive et se consacre à la mémoire de sa famille, fût considérée comme antisémite. Effectivement, quand on pratique l’amalgame, on crée des ambiguïtés surprenantes. Dès lors que tout ce qui est excessif est insignifiant, le pays pouvait faire l’économie de cette manifestation qui, comme d’autres, ne changera rien. Mais elle a au moins prouvé une chose : que les victimes, dont la douleur est si vive, en arrivent à oublier la culpabilité des musulmans hostiles à la société française qu’ils souhaitent ni démocratique, ni républicaine et qu’ils veulent rendre musulmane, par la violence si nécessaire. Mme Benbassa n’a qu’à se débrouiller avec ça.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.