La bataille de la 5G

Cédric O
(Photo AFP)

Le projet d’installation du réseau 5G en France, soutenu par le gouvernement, est largement critiqué par les écologistes et la gauche qui demandent un moratoire avant la mise en place du système.

LE PRÉSIDENT de la République a reçu une délégation réunissant quelques-uns des citoyens qu’il avait conviés à donner leur avis sur le réchauffement climatique climatique et dont il avait approuvé toutes les recommandations sauf trois. Ils sont ressortis amers et déçus de la rencontre, M. Macron leur ayant confirmé qu’il ne cèderait pas aux pressions des Verts et de la gauche pour retarder l’adoption de la 5G en France. L’hostilité des écologistes à la 5G est principalement fondée sur le respect de la santé publique, bien que, à ce jour, aucune étude n’ait prouvée que la généralisation de ce réseau nuirait au bien-être des Français. L’autre remarque qu’ils avancent repose sur la précipitation du gouvernement, qu’ils jugent suspecte, alors qu’il est facile de retarder le projet pour s’assurer au préalable qu’il n’est pas dangereux. Enfin, les Verts insistent sur le fait qu’Internet n’est toujours pas à la portée des populations françaises enclavées dans des zones privées de relais et qu’il serait logique de généraliser Internet avant de passer à la 5G.

Anciens et modernes.

Dans une émission ce matin sur France Info, le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, a justifié la hâte des pouvoirs publics par la saturation de la 4G qui ne peut plus accueillir à l’infini de nouveaux consommateurs. Il estime que la 5G est un moyen moins cher et plus facile à installer que la fibre optique. La 5G n’est pas qu’un nouveau téléphone. C’est un système susceptible de rendre des services exceptionnels à l’industrie et aux foyers car il régule l’adduction d’eau et d’électricité, avec la possibilité d’en réguler le flux à distance. Cédric O explique que ces progrès sont impossibles avec la 4G. Il s’ensuit une bataille des anciens et des modernes. Emmanuel Macron n’a pas caché sa colère. Il a accusé les défenseurs du moratoire de se comporter comme des Amish (secte religieuse installée en Pennsylvanie qui rejette l’électricité et les moyens de transport modernes) et de vouloir revenir à « à la lampe à huile ». En pleine crise sanitaire et sociale, le pays n’avait vraiment pas besoin de cette nouvelle polémique. Un récent sondage montre que deux tiers des Français sont hostiles à la 5G parce qu’ils craignent des effets négatifs sur la santé qui n’ont pas été anticipés.

Obscurantisme ?

La France est l’un des rares pays européens qui n’aient pas encore adopté la 5G. Au problème qui oppose l’exécutif et l’opinion chez nous s’ajoute la méfiance qu’inspire aux pays européens le comportement de la firme chinoise Hua Wei, laquelle voudrait acquérir des parts de marché pour la 5G  pour mieux infiltrer les projets industriels des pays occidentaux. Toutefois, nous disposons des connaissances technologiques nécessaires, sans avoir besoin de nous adresser à la Chine pour installer la 5G. Il ne fait aucun doute que le principe de précaution, inscrit  dans la Constitution, freine la témérité technologique et que, dans cette affaire, les forces qui participent au progrès scientifique se heurtent à une forme de passéisme, pour ne pas dire d’obscurantisme.

Mais on doit à la vérité d’ajouter que nos sociétés si mobiles et si fiévreuses n’ont pas un besoin impérieux des technologies dont elles font leurs choux gras. Beaucoup de personnes et, parmi elles les seniors, ne passent pas leur temps sur What’sApp, sur Instagram ou sur Internet. Et beaucoup d’appétits sont créés par la publicité et non spontanés, comme dans toute offre industrielle. On comprend Macron quand il espère tirer le pays du magma en se jetant sur les nouvelles technologies ; on comprend les objections des écologistes : ils préfèrent une France plus égalitaire à une France où ceux qui savent s’adapter aux gadgets de la new tech créent un environnement qui place les autres sur le bord du chemin.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to La bataille de la 5G

  1. Laurent Liscia dit :

    Obscurantisme, sans aucun doute. Cela dit, je rejoins ton point de vue: la marche du progrès technologique mérite d’être examinée et peut-être redirigée vers des projets plus constructifs. Par exemple, ceux qui permettraient de renverser la dérive climatique. Il y a une expertise à acquérir dans ce domaine-la aussi, pourquoi ne pas mettre l’accent là-dessus et favoriser l’innovation ? Ce que je vois ici du 5G sur mon téléphone portable ne me fait ni chaud ni froid. Et ne fait certainement rien pour ralentir les incendies de forêt. Quant a Huawei, ce sont sans aucun doute des espions à la solde de l’Armée du Peuple et malheureusement personne ne peut installer le 5G a meilleur prix (puisque c’est clairement subventionné par les services de renseignement chinois). Mais je m’égare.

  2. Doriel Pebin dit :

    Bonjour, encore un autre très bel exemple de l’épidémie (ignorée) mais réelle de l’effet Dunning Kruger à connaître d’urgence (en résumé: les ignorants croient savoir et les savants savent qu’ils ne savent pas suffisamment). Après les millions de spécialistes en virologie, voici ceux en 5G ! Un rapport officiel vient pourtant d’être publié sur ce thème. Conclusions: il n’y a pas de danger actuellement documenté (fait par organisation non gouvernementale). La France est d’ailleurs en retard dans l’emploi de la 5G et tous ces soit-disant experts pensent mieux savoir que les experts des autres pays qui ont déjà la 5G. Que les critiqueurs lisent le rapport et ne se comportent pas comme Trump avec des faits alternatifs (non prouvés) et la peur. Une partie des écologistes associée à l’extrême gauche ont des comportements sectaires et irrationnels, entretenus et favorisés en sous-main par l’extrême droite (et toutes les dictatures environnantes). Leur but avoué, masqué ou ignoré est de déstabiliser la démocratie. Défendre la vérité contre les postures soi-disant démocratiques est un combat de tous les jours auquel vous contribuer régulièrement. Continuez, SVP.

  3. LEROY dit :

    Merci M. Liscia pour toutes vos analyses toujours aussi pertinentes. Je vous soupçonne de bénéficier d’un élixir d’éternité.
    La 5G est tout sauf un gadget. Elle est une avancée technologique au moins aussi importante que la fibre optique pour la transmission de l’information, et qui ne nécessité pas une infrastructure aussi coûteuse qu’elle. Elle va vite devenir indispensable au développement industriel, au développement du territoire, par tous les moyens de commande (de machines, de régulation électrique, etc.), ou d’information qu’elle autorise. Nous avons des compétences dans ce domaine, et aucune preuve de sa nuisance n’a été rapportée à ce jour. Il est d’ailleurs un peu paradoxal de voir ceux qui en sont les plus violents détracteurs être l’oreille collée jour et nuit à leur téléphone ou se répandre en permanence sur les réseaux sociaux (pour dire des injures ou des c…), dont le transfert des informations se fait grâce aux antennes relais qu’ils sabotent ou dont ils demandent incessamment la disparition.
    La couverture du territoire par internet, jusque dans les plus reculés des villages, nécessite la fibre, ou la 5G. Si on veut développer par exemple la télémédecine, ou le travail à domicile, il est nécessaire d’en passer par là. Si n’importe quelle installation de radiologie, ou d’échographie, pourra, du fin fond de la Corrèze, obtenir l’avis d’un spécialiste, d’un cardiologue, d’un neurochirurgien, pour ne prendre que ces exemples médicaux, ce sera grâce à de tels systèmes de télécommunication. (Et pas seulement, comme le dit de façon extrêmement élégante et recherchée le maire de Grenoble Eric Piolle, pour regarder un film porno dans l’ascenseur en HD). Il prend un peu les futurs utilisateurs pour des obsédés celui là, ou quoi?
    Un autre exemple est celui des OGM, dans la connaissance desquels la France avait un savoir-faire mondialement reconnu. Depuis le passage de José Bové et des « faucheurs », qui ont en outre menacé physiquement certains chercheurs (de façon totalement impunie), la recherche dans ce domaine a complètement disparu dans notre pays. Continuons donc comme cela, ça fera « avancer » les choses…et notre pays y gagnera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.