Covid : le vaccin

Un essai en Allemagne
(Photo AFP)

Pour la première fois, les Laboratoires Pfizer ont annoncé hier qu’ils avaient mis au point, en phase clinique, un vaccin contre le coronavirus, efficace à 90 %, mais dont la durabilité n’a pas été précisée, et pour cause. Cette annonce apporte une lueur d’espoir à tous les pays, notamment à la France, où la pandémie ne cesse de progresser.

PAR LA voix de la Commission de Bruxelles, l’Union européenne a indiqué qu’elle achèterait 300 millions de doses de ce vaccin ; lequel ne sera mis sur le marché que dans trois mois mais permettra vraisemblablement de mettre un terme au cycle des confinements et des déconfinements. Le nombre de 300 millions pourrait n’être qu’un début si le vaccin anti-Covid devient obligatoire et si les Européens veulent immuniser la totalité de la population. Malheureusement, 46 % des Français sont hostiles à toute forme de vaccination et le gouvernement aura beaucoup de mal à les convaincre. Cependant, l’immunisation de 54 % de nos concitoyens devrait largement suffire pour obtenir une immunisation collective. La campagne de vaccination n’est pas pour demain. Le vaccin doit être certifié par les autorités sanitaires européenne et française et il ne sera mis sur le marché que si sont établis de nombreux paramètres, innocuité, absence d’effets secondaires, constance de l’immunité pendant au moins un an.

Ne pas relâcher la discipline.

L’existence du vaccin risque d’avoir les mêmes résultats négatifs que ceux du déconfinement, qui avait déclenché le laxisme de la population et s’est traduit par une deuxième vague dont les personnels hospitaliers, les enseignants et les malades paient aujourd’hui le prix. Il est donc essentiel de conserver les gestes barrières et les mesures anti-contagion qui sont en place aujourd’hui, et de ne pas préférer les joies de Noël aux risques de contamination. Les autorités sanitaires doivent dès maintenant établir un protocole de vaccination massive en dressant la liste des priorités, en commençant par les soignants et les personnes vulnérables, soit qu’elles aient d’autres pathologies, soient qu’elles aient dépassé l’âge de 65 ans. Non seulement le lancement de la campagne n’aura pas lieu avant la fin de l’hiver, mais elle durera plusieurs mois.

Jubilation à la bourse.

Les bourses mondiales ont salué la découverte du vaccin par Pfizer par une hausse énorme des valeurs, atteignant 7,5 % à Paris. L’industrie pharmaceutique, mais aussi celles des voyages, ont atteint des sommets. Cette réaction excessive de la bourse, qui n’attendait que ce signal pour grimper de plusieurs échelons, n’est pas irrationnelle. Si les fabricants de vaccins bénéficient de ce nouvel atout, ce qui est logique, il est également évident que les populations vaccinées pourront voyager beaucoup plus facilement que pendant les périodes de confinement. D’autres vaccins, qui font l’objet d’une recherche acharnée et enfiévrée, devraient être mis au point dans les semaines qui viennent, ce qui pourrait nous éviter une sordide compétition des États pour l’accès au vaccin. Quoi qu’il en soit, il est remarquable que la mise au point d’un premier vaccin n’ait pris que dix mois, alors que d’autres infections, comme le Sida, n’ont toujours pas de vaccin, au bout de 37 années de recherche. Il est vrai que les nations les plus riches ont pris en charge les milliards d’euros nécessaires aux investissements, ce qui leur a permis en outre de prendre le contrôle de la mise sur le marché, la répartition et la distribution du vaccin.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Covid : le vaccin

  1. Laurent Liscia dit :

    Montée des bourses car lueur mondiale. Si le(s) vaccin(s) se confirme(nt), on peut saluer un triomphe de la recherche médicale. Vive la recherche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.