Vaccin : une logistique énorme

Un essai de vaccin
(Photo AFP)

Les tâches à venir du gouvernement sont multiples, mais la plus difficile à réaliser reste la campagne de vaccination contre le Covid, pour diverses raisons liées à la multiplicité de l’offre, le risque d’une demande insuffisante (le vaccin n’est pas obligatoire), et la maîtrise d’une technologie innovante.

LES DEUX vaccins qui seront disponibles le plus vite sont ceux de Pfizer et de Moderna, suivis très vite par celui d’AstraZeneca. On ne nous a pas dit l’essentiel : qui choisit le vaccin ? Sans doute pas le public qui a seulement le choix de ne pas être vacciné. Mais s’il fait le choix inverse pour des raisons de civisme et d’efficacité, chaque Français sera contraint d’accepter celui qui sera désigné pour lui. Pas question, par exemple d’attendre un vaccin classique qui se traduirait pas moins d’effets indésirables.

Vacciner le plus de gens.

Le calendrier est simple : les personnes en Ehpad, les personnes âgées, les soignants, puis tous les autres Français par classe d’âge. Il y aura sans doute une énorme pression des autorités sanitaires pour que le plus grand nombre de nos concitoyens soit vacciné. Mais, sachant que le taux de vaccination contre la grippe en 2018-19 n’a pas dépassé les 24 % , nous risquons d’avoir plus de doses que de gens à vacciner. Cette année, il est évident que la peur du Covid a incité plus de gens à se faire vacciner contre la grippe, mais, pour le moment, nous sommes loin des 70 % indispensables pour juguler la pandémie en France. Jusqu’à présent, personne n’a donné une idée du prix de la campagne, mais il sera forcément très élevé puisque, même si le prix de la dose est bas,  il faut prévoir des réfrigérateurs spéciaux (et coûteux) capables de conserver le vaccin à moins 70 degrés centigrades, ce qui n’est pas le cas du frigo du pharmacien.

Le problème de la chaîne du froid.

Plusieurs médecins estiment que le mieux est que les soignants aillent sur place rencontrer les personnes à vacciner. Ce qui pose de nouveau le problème posé par la chaîne du froid. Toutes ces questions doivent être réglées avant la fin du mois, avec un début de la campagne après le Nouvel an. Le gouvernement ayant été jugé à plusieurs reprises comme trop dirigiste en matière sanitaire, notamment en ce qui concerne le confinement ou le déconfinement, il serait bien inspiré de compter sur l’importance et le confort de l’offre plus que sur les admonestations dont il est coutumier. Il n’empêche que sa première tâche consistera à convaincre le plus grand nombre de patients et qu’il n’y parviendra pas s’il n’y a pas une abondance de soignants et, pour les personnes âgées, une attente raisonnable.  Ce sera un tour de force. Mais on peut craindre des lieux de vaccination vides ou au contraire trop peuplés, avec le risque de dissuader les personnes âgées qui ne seraient pas physiquement capables de rester debout à attendre pendant longtemps.

Une discipline de fer.

Toutes ces questions ont leur importance et n’ont pas traitées été publiquement par les instances sanitaires, ce qui risque de créer des dysfonctionnements dans la campagne, surtout si tout le monde veut se faire vacciner en même temps. Il est donc vraisemblable qu’une date et une heure sera octroyée à chaque personne désirant se faire vacciner, ce qui éviterait les encombrements. De cette manière, tout passera pas une discipline de fer et il ne sera guère question de choisir son vaccin : il faudra accepter celui qui sera offert par les autorités sanitaires. Ce qui exige plus de civisme chez les vaccinés qu’ils ne semblent en offrir en ce moment dans un contexte plutôt désordonné. Il est peu probable, compte tenu des difficultés multiples de la campagne qu’elle se déroule sans anicroche. Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement veut vaincre la pandémie à tout prix et qu’il s’acharnera, pendant toute l’année 2021 et au-delà, à prolonger la campagne pour vacciner le maximum de nos concitoyens. Car il en va de notre salut moral, économique et social.

RICHARD LISCIA

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

One Response to Vaccin : une logistique énorme

  1. DR rivollet philippe dit :

    Vaccin improvisé dans l’urgence x2 doses, je prévois un gigantesque flop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.