L’utile bataille des législatives

Mélenchon s’y croit
(Photo AFP)

Les élections législatives de cette année (12 et 19 juin) n’ont rien à voir à celles d’il y  cinq ans. Elles vont réduire la majorité présidentielle et faire entrer à l’Assemblée nationale près d’une centaine de députés Nupes et quelques dizaines d’élus lepénistes.

C’EST une victoire de Jean-Luc Mélenchon : il est parvenu à créer un solide parti d’opposition qui ne manquera pas de nuire à l’action politique de la majorité présidentielle. Certes, fidèle à lui-même, il raconte des calembredaines, comme une majorité de la gauche unie qui le projetterait à Matignon ; cette forme de certitude, que rien n’explique, a au moins l’avantage de mobiliser les forces favorables à Emmanuel Macron au cas où elles seraient tentées d’abandonner la bataille sous le prétexte que son issue serait jouée. Mais Jean-Luc Mélenchon a accompli un exploit en unissant la gauche le temps des législatives. Il s’agit d’une évolution d’autant plus surprenante que rien ne laissait prévoir que le PS ou les écologistes seraient sensibles au chant des sirènes mélenchonistes ; d’ailleurs, beaucoup de gens de gauche sont entrés en dissidence. Il n’empêche que le nouveau rapport de forces à l’Assemblée rendra la tâche du gouvernement encore plus compliquée.

Une alliance de circonstance.

Du point de vue des macronistes, la majorité absolue est encore plus indispensable qu’avant les élections. Elle permettra de passer outre l’opposition aux réformes. Il n’est pas impossible non plus que chacun des partis qui composent la Nupes reprennent ses cartes après les législatives. Ce n’est un secret pour personne : c’est une alliance de circonstance destinée seulement à conquérir un peu plus de sièges, mais il n’y a aucune affinité idéologique entre la France insoumise d’une part et les autres partis d’autre part. Ce qui explique, d’ailleurs, la grogne des militants socialistes, communistes et écologistes. En d’autres termes, la gauche n’aura été unie que par aversion pour Macron, elle n’a accepté de se soumettre à Mélenchon que temporairement et elle ne calquera pas son comportement post-législatives sur celui de LFI. La Nupes a donc un pouvoir de nuisance qui durera ce que la Nupes durera.

Une majorité mélenchoniste n’est pas impossible.

L’électorat français doit savoir que le résultat des élections législatives est imprévisible. Il est improbable, mais pas impossible, que la Nupes remporte ce scrutin, surtout si l’abstention s’aggrave. Ceux qui croient que le président réélu aura une majorité absolue de toute façon se trompent lourdement. S’ils pensent éviter les urnes sans qu’il y ait des conséquences, ils commettent une grave erreur d’analyse. Mélenchon et les législatives ont déjà largement modifié le paysage politique et cela se ressentira au niveau de la distribution des sièges dans l’hémicycle. L’abstention peut coûter sa majorité absolue à Macron si la gauche se mobilise mais pas les forces qui soutiennent le président.

Mélenchon a secoué le cocotier.

Emmanuel Macron lui-même souligne le risque, mais de temps à autre seulement, car il ne veut pas sembler effrayé par Mélenchon. Il lui faut appeler ses troupes à voter tout en conservant une attitude extrêmement décontractée. Le chef de la France insoumise a déjà démontré que, si on peut nourrir des doutes sur sa manière d’exercer le pouvoir, c’est un homme politique hors pair pour secouer le cocotier. Or Mélenchon est structurellement minoritaire : au sein de la Nupes, le pourcentage de ses soutiens idéologiques est faible. Seuls les insoumis sont des révolutionnaires purs et durs. Alors que M. Macron rassemble la majorité silencieuse, celle qui ne dit mot mais réclame la stabilité politique. Elle doit voter comme un seul homme afin de signifier à Mélenchon ce qu’il est exactement : un homme éternellement dans l’opposition.

RICHARD LISCIA 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.